Agriculture

La ferme de Traon Bihan ne sera pas expropriée

La ferme Traon Bihan a été distinguée au Salon de l’agriculture pour ses bonnes pratiques sur une des prairies du Vern, « la prairie fleurie », et je tiens à les féliciter pour cette distinction méritée.

Cela dit, il me semble utile de rappeler ici que la ferme Traon Bihan ne sera pas expropriée, comme certains persistent à l’affirmer depuis de trop nombreuses semaines.

Le siège de leur exploitation n’est pas situé sur l’espace à urbaniser et les terres concernées ont déjà été achetées par la métropole à l’amiable, y compris à des membres de la famille des exploitants actuels. La ferme de Traon Bihan ne loue pas les terrains à la métropole, mais en dispose gratuitement depuis des années, justement dans l’attente d’une urbanisation annoncée depuis plus de 15 ans.

L’ensemble de la ZAC de la Fontaine Margot ne sera pas urbanisée puisque nous avons déjà annoncé que 9 ha constitueront les « Prairies du Vern » et conserveront, pour une très large part, une vocation agricole au cœur du projet. Pour la bonne évolution de ce dossier, il convient d’être précis : la métropole a acquis ces terrains depuis de nombreuses années, avec une vocation annoncée d’urbanisation. Le versement d’un prix pour ces terrains incluait l’indemnisation des locataires et permettait aux propriétaires de réinvestir dans du foncier agricole.

Malgré cela, Brest métropole va encore plus loin dans son accompagnement en travaillant activement pour trouver et acquérir de nouveaux terrains agricoles, et les mettre à disposition des exploitants, notamment de la ferme de Traon Bihan qui en est demandeuse. Déjà en 2016, Brest métropole a mis à disposition de la ferme 3,6 hectares pour anticiper la prise de possession de nouvelles terres. Il nous reste encore plusieurs années pour le mener à bien. Il serait souhaitable que la ferme travaille aussi à nouer des coopérations sur du foncier agricole, comme le font généralement en anticipation les autres agriculteurs qui font face à cette question.

La pérennité de la ferme de Traon Bihan n’est pas menacée. Des solutions peuvent être trouvées, à condition que chacun travaille dans le même sens.

Pour plus d'informations lire une précédente note : La ferme de Traon Bihan va-t-elle disparaître avec la Fontaine Margot ? Questions/Réponses


Oulala Monsieur Hervé !

Pour plus d'informations sur les faits cités dans la vidéo

La vidéo sponsorisée de Mr Hervé : ici

Etude de l'ADEUPA sur le niveau de vacance sur la métropole : ici

Les chiffres du Bilan triennal Plan Local de l'Habitat voté le 16 décembre 2016, qui témoigne bien d'une importante production de logements neufs en renouvellement urbain ici
et .

Pour mieux comprendre les enjeux de la politique de l'urbanisme sur Brest, quelques précédents billets sur les sujets abordés :

Traon Bihan va-t-elle disparaître avec la Fontaine Margot ? Questions / Réponses

Urbanisme : quand les petits chiffres cachent les grands

Les dessous de la politique de l’urbanisme à Brest

L’urbanisme primaire à la mode RPB de Mme Malgorn

 

 

 


Traon Bihan va-t-elle disparaitre avec la Fontaine Margot ? Questions / Réponses

Quartier-fontaine-margot-brest-carte2La ferme de Traon Bihan va-t-elle se faire expropriée par la ville de Brest ?

Non, ni la ville de Brest ni la métropole ne vont exproprier la ferme de Traon Bihan. La plupart des terrains exploités aujourd’hui par la ferme sur la ZAC de la Fontaine Margot ont été achetés à l’amiable, il y a déjà quelques dizaines d’années.

Bien que propriétaire, la collectivité a toujours une politique de mise à disposition des terrains acquis à des agriculteurs, tant qu’ils ne sont pas urbanisés. S’agissant de cycles longs sur une ZAC comme celle de la Fontaine Margot, cette mise à disposition est souvent de plusieurs années. Nous avons d’ailleurs mis en place une planification de l’urbanisation sur ces secteurs pour permettre une meilleure lisibilité des mises à disposition pour les 15 prochaines années.

Aujourd’hui, la ferme de Traon Bihan travaille sur des parcelles agricoles qui sont la propriété de la collectivité, il n’y a donc pas d’expropriation de la ferme (1).

_

Pourquoi urbaniser sur des terres agricoles et pourquoi particulièrement sur celles qu’exploitent la ferme de Traon Bihan ?

Pour conserver sa population, la ville de Brest se doit de produire tous les ans des logements supplémentaires, du fait du phénomène de desserrement des ménages (2).

Aujourd’hui, la collectivité fait de gros efforts pour produire en renouvellement urbain. Sur les trois dernières années, près de 70% de l’offre nouvelle de logements sur la métropole a été produite en renouvellement urbain. Cette politique très volontariste est justement pour favoriser la densification de la ville (en logements, pas en habitants puisque nous en perdons) et donc la préservation des terres agricoles ou naturelles.

L’économie agricole étant une source importante de richesse et d’emplois pour notre territoire, cette préoccupation est largement partagée par tous les élus de Brest, de la métropole et du Pays de Brest.

Lire la suite "Traon Bihan va-t-elle disparaitre avec la Fontaine Margot ? Questions / Réponses" »


Emission Terres & mers de Bretagne : la question foncière

La semaine dernière, j’étais invité à l’émission Terres & mers de Bretagne pour parler de la gestion du foncier vis-à-vis des enjeux agricoles de notre territoire.

Brest métropole travaille depuis de nombreuses années sur cette question, notamment au travers de ce que nous appelons la Cellule foncière. Cette instance réunit les professionnels de l’agriculture et les services de Bmo. Elle permet d’élaborer ensemble les stratégies de développement de l’urbanisation pour que l’impact soit le plus contrôlé possible et quand il existe, anticipé longtemps à l’avance.

De même, le PLU de Bmo pose des ambitions fortes de préservation de l’espace agricole, tout en permettant la poursuite du développement de notre agglomération, nécessaire à la dynamique d’ensemble du Pays de Brest et à son attractivité.


Les dessous de la politique de l’urbanisme à Brest

15488131058_495cf0b31d_zJ’entends souvent la même critique sur la politique de l’urbanisme à Brest. Cette critique est largement portée par l’opposition brestoise, mais elle se retrouve aussi dans l’esprit des habitants, parce qu’elle exprime aussi une forme de logique. Cependant, dans le monde complexe où nous vivons, une logique trop simple sous-estime souvent la réalité.

Explications.

 

Lire la suite "Les dessous de la politique de l’urbanisme à Brest" »


Marguerite LAMOUR : quand la démagogie frappe à la porte

Tract_démago_marguerite_lamourEn dernière ligne droite de campagne, la droite aux abois sort un tract que je trouve parfaitement démagogique et clientéliste sur la 3ème circonscription de Brest rural.

La députée sortante y fait valoir la priorité qu’elle donnerait pour sa circonscription, là où le candidat de gauche, Jean-Luc BLEUNVEN a affirmé qu’il défendra l’ensemble du Pays de Brest, si les électeurs lui en donne le mandat dimanche.

Marguerite LAMOUR semble être la seule a ne pas s’être rendue compte encore que le Pays de Brest était l’échelle territoriale minimale pour parler de nos grands enjeux locaux. L’emploi, l’éducation, la recherche, la santé, la défense, l’agriculture ou l’aménagement de notre territoire ne se satisfont pas des petits découpages électoraux.

La cohérence est évidemment à trouver à l’échelle de notre bassin de vie. Le pays de Brest est l’échelle à laquelle s’écrit notre destin commun. La 3ème circonscription ne vivra bien que si l’ensemble du Pays de Brest a un développement cohérent et Jean-Luc BLEUNVEN a raison de soutenir que c’est ce territoire-là qu’il faut penser et défendre.

Après deux mandats en tant que députée, Marguerite LAMOUR ne semble pas encore avoir compris son rôle au parlement : être une députée de la République et non de sa seule circonscription. Elle ne semble pas s’être extraite de la logique d’un mandat d’élue locale.

Voilà ce qui est vraiment le plus inquiétant !


Mes réponses au questionnaire pour les élu(e)s de Jean Gadrey

Lecteur du blog de Jean Gadrey, je me suis "pris au jeu" du questionnaire qu’il propose à l’attention des candidats et futurs élus pour les échéances de 2012. Je ne suis pas aujourd’hui particulièrement candidat pour la présidentielle, mais les questions m’ont paru intéressantes et tenter d’y répondre permet aussi de forger sa réflexion ... et de donner son avis !

Voici donc ci-dessous l’état de mes réflexions sur les thèmes abordés par le questionnaire. (ici)

Lire la suite "Mes réponses au questionnaire pour les élu(e)s de Jean Gadrey" »


Quelques pas dans le bon sens

Qq pas ds bon sens
Petit conseil de lecture du soir : « Quelques pas dans le bon sens » de Benjamin Grebot [
ici].

Ce petit livre est une invitation à la remise en avant d’une volonté politique portée par le sens … le bon sens en l’occurrence.

Ce livre nous invite à nous extraire d’une myopie qui ne nous mène nulle part, pour nous inciter à regarder un avenir que nous aurions choisi avec des valeurs humanistes. Pour cela, il nous faudrait re-questionner un certain nombre de dogmes modernes (notamment économiques) et surtout nous questionner nous-mêmes sur ce que nous voulons.

Loin de se contenter de grandes déclarations, ce livre donne des pistes très concrètes et à notre portée, pour ce changement de cap.

Sauf information erronée, il ne s’agit pas là d’un programme pour un potentiel candidat à la candidature, mais plutôt d’une envie citoyenne de donner son avis, de porter à connaissance une vision alternative à celle que l’on nous sert tous les jours … et dans une démocratie, c’est un bien public précieux !

Cerise sur le gâteau, Benjamin Grebot est brestois, depuis quelques mois.

Image : Créée sur www.wordle.net avec le texte du livre.

Lire la suite "Quelques pas dans le bon sens" »


Qualité des eaux du lac du Drennec

Lac drennec Mardi dernier, est paru dans le Télégramme un article sur la qualité des eaux du lac du Drennec : La qualité de l’eau inquiète. Il y est fait mention d’un rapport de novembre dernier qui classe en mauvaise qualité la masse d’eau, à cause de son taux de phosphore et d’azote. Par ailleurs, l’article mentionne le coté inquiétant de la dégradation de l’eau du lac, du fait des usages en aval du lac : l’alimentation en eau potable de Landivisiau, de Landerneau, de Brest métropole océane et d’autres territoires via les interconnections des réseaux en eau potable (soit près d’un tiers des habitant du Finistère).

L’article n’est pas en soi mensonger, rien de ce qui y est écrit n’est faux. Pour autant, il fait un amalgame regrettable entre les seuils imposés dans différentes masses d’eau (plan d’eau et eau de rivière). Ainsi, pour la composante nitrate (azote), le seuil pour atteindre le bon état d’un lac est d’environ 2 mg/litre, quand le seuil autorisant le prélèvement dans une rivière pour en faire de l’eau potable est de 50 mg/litre. Cet écart s’explique du fait de seuils qui ne traitent pas les mêmes enjeux. Dans un cas, il protège de l’eutrophisation des lacs et dans l’autre l’aspect sanitaire et préventif pour l’eau potable.

Lire la suite "Qualité des eaux du lac du Drennec" »


Chalutage des algues vertes dans l’anse du Moulin blanc à Brest

Photo BMO - Direction écologie urbaine

Algues vertes. Le chalutage testé en rade

Le plan de l'État en Bretagne contre les algues vertes prévoit de tester le ramassage des algues vertes en mer, notamment dans l'anse du Moulin-Blanc. Brest Métropole Océane a devancé l'appel. Trois essais ont eu lieu, le dernier en avril.

Le plan de l'État pour le ramassage des algues vertes en mer ? une façon d'essayer de tarir ce qui peut arriver ensuite sur la plage ? évoque les baies de Lannion (22), Douarnenez et l'anse du Moulin-Blanc. Localement, l'idée fait son chemin depuis trois à quatre ans. «Il fallait trouver les partenaires et les subventions», résume Thierry Fayret, vice-président de BMO chargé de la rade et du littoral. La concrétisation est intervenue à l'été 2009, avec Ifremer, le Ceva (Centre d'étude et de valorisation des algues) et le comité local des pêches. 

Cette volonté s'inscrit aussi dans le Sage (Schéma d'aménagement et de gestion de l'eau). Celui-ci a comme objectif de descendre, à l'horizon 2021, à22mg d'azote par litre contre 34 à 35. Mais cet objectif nesera pas pour autant suffisant pour en finir avec les algues vertes. «Le seuil de disparition est à 10mg», explique Thierry Fayret. «L'action de ramassage n'a de sens que si on mène les deux de front. Et si l'on continue de considérer la baisse des nitrates et des phosphates comme le plus important », poursuit celui qui est à la fois vice-président du Sage et président du syndicat de l'Élorn.

Article de Vincent Durupt paru ce jour dans le Télégramme de Brest. Lire la suite ici …


La Région Bretagne en campagne

Jean Yves Le Drian Hier, je faisais campagne pour les régionales. L’occasion pour moi de redécouvrir les différents champs d’actions du Conseil régional, car si plus de 75% des français estiment que ce que fait la Région est important, ils sont le même nombre à ne pas savoir ce qu’elle produit au quotidien !

Pas de discours de science politique ce soir, mais simplement trois exemples vécus, dans mon mandat, de relations constructives avec le Conseil régional de Bretagne.

D’abord sur l’eau, où la région est un acteur incontournable sur la politique de reconquête de la qualité de l’eau en Bretagne. Co-financeur avec le département ou l’agence de l’eau d’actions d’amélioration de la qualité des eaux, le Conseil régional milite aussi ardemment pour prendre en charge la politique de l’eau sur son territoire.

Lire la suite "La Région Bretagne en campagne" »


Le syndicat de bassin de l’Elorn étend son territoire au net

SBE Le syndicat de bassin de l’Elorn se dote d’un nouvel outil pour sa communication : un site Internet tout neuf. L’objet de ce site est autant d’informer sur ce qu’est le syndicat, nouvellement reconnu en tant qu’EPTB (Établissement Public Territorial de Bassin) que d’informer de nos actions au fils du temps et au fils de l’eau.

Vous pourrez y retrouver l’actualité du syndicat, telle que la gestion du barrage du Drennec avec l’installation en cours des turbines hydraulique pour produire de l’énergie ou les grands programmes de gestion des rivières du SAGE, en passant par les actions Natura 2000 sur la biodiversité, les analyses d’eaux ou simplement les comptes rendus des comités syndicaux.

Le site capitalisera les actions du syndicat, mettra en avant les avancées sur l’amélioration des eaux de notre bassin versant et plus largement des qualités naturelles de notre territoire.

Alors n’hésitez pas à aller y jeter un œil de temps en temps !


Brest se met à l'heure de Copenhague

Collectif ARGOS Au mois d’octobre, trois événements se déroulent à Brest concernant les enjeux du dérèglement climatique : une action de sensibilisation, une action scientifique et une rencontre internationale.

  • Du 19 au 31 octobre, au centre commercial Coat-ar-Guéven, une exposition réalisé par le collectif ARGOS qui expose les effets déjà visibles du réchauffement climatique, ailleurs sur notre terre. Une rencontre avec un journaliste du collectif ARGOS aura lieu le lundi 19 octobre à Dialogues de 18 à 19h.
  • Les 15 et 16 octobre, à Océanopolis, les entretiens Sciences et Ethiques 2009 vous invite à « l’heure bleue : le changement climatique et les énergies de la mer ». Des débats de haut niveau sur ce sujet complexe et ses enjeux.
  • Les 21 et 22 octobre, au Quartz, la rencontre internationale Brest-FAO-PNUD : « Territoires, agricultures, pèches et forêts face aux changements climatiques : mieux comprendre pour mieux anticiper. »

Trois rendez-vous et trois niveaux d’action pour converger vers la prochaine conférence des Nations Unies sur le changement climatique du 7 au 18 décembre prochain à Copenhague.


HOME de Yann Arthus-Bertrand

Arton1234-a9496Ayant été sollicité par la FNAC et le cinéma multiplexe Liberté de Brest pour répondre aux questions de la salle suite à la projection du film HOME de Yann Arthus-Bertrand demain soir, j’ai eu la chance de pouvoir le voir en avant première mondiale cet après-midi !

Le 5 juin étant la journée mondiale de l’environnement, ce film sera diffusé aussi largement que possible demain, tant dans sur les grands écrans de cinéma que sur les petits écrans puisqu’il sera aussi diffusé à 20H30 sur France 2 et ensuite sur Youtube.

On s’attend seulement à de belles images de la part de YAB, mais elles sont ici là pour imager le propos et donner du sens aux mots. On ne refait pas le monde en deux heures, mais il arrive à en donner une lecture globale qui j’espère réveillera les esprits et donnera la nature et la hauteur des enjeux auxquels nous avons à répondre ensemble dans ce tout début de siècle.

Demain, regardez ce film, car c’est aussi un miroir sur ce que nous sommes.

-

Article : Terra Eco

Site de HOME

 


Un an de mandat, ça s’arrose ... à l’eau !

Au gré des rives de l'Elorn Les élections municipales datent du mois de mars 2008, mais c’est vers la mi-avril que j’ai été nommé vice président de Brest métropole océane, chargé du littoral et de la rade. Trois mois plus tard, j’étais élu président du syndicat de bassin de l’Elorn, trois mois encore après, président du comité de pilotage pour la mise en place de la charte Natura 2000 sur l’Elorn et six mois plus tard, vice président de la CLE (Commission Locale de l’Eau) qui s’occupe de la mise en place du SAGE (Schéma d’Aménagement et de Gestion de l’Eau) sur l’Elorn.

Bon, sauf à vous laisser croire que j’aime à empiler les mandats pour remplir mon CV, il faut dire que ces quatre mandats ont un gros point en commun : l’eau. Chacun traite de façon différente mais complémentaire de l’eau à l’état naturel (douce ou salée) et des milieux qui en dépendent (faune et flore).

Il y a encore un an, le citadin que j’étais (et que je reste) n’imaginait pas tout ce qui existe en matière de gestion de l’eau. L’eau ne coule pas de source, ou plus exactement, ne coule plus de source !

Dans un environnement où l’homme a pris une place prépondérante par ses différentes activités, l’eau est devenue un élément naturel dont la qualité n’est plus assurée par la nature. L’eau est devenue une source d’enjeux et de conflits pour les différentes parties prenantes qui l’utilisent.

Lire la suite "Un an de mandat, ça s’arrose ... à l’eau !" »


Emvod 2009

Emvod 2009 Sous ce nom bretonnisant se cache les premières « rencontres du développement durable et des Agendas 21 en Bretagne » qui ont eu lieux samedi 28 févier dernier, à Saint Brieuc.

J’y étais … et j’en suis revenu un peu déçu, je dois dire. Il est vrai que j’étais aussi en janvier derniers aux « 5ème assises nationales sur le développement durable » à Lyon et que je devais m’attendre à quelque chose … d’aussi nourrissant politiquement ! Ce ne fut pas le cas : un peu trop de discours d’affichage et pas assez de réflexions de fond et de vrais questionnements (ce qui est à mon sens le fondement du DD). Mais bon, c’était la première édition et après tout, on n'avance bien qu’en marchant !

Aussi, passons-là l’esprit critique peu constructif qui nourrissent mes premières lignes et tenons-nous en à ce que j’ai vraiment trouvé d’intéressant.

J’ai beaucoup aimé la présentation du sondage sur ce que pensent les Bretons du développement durable (ici). C’est assez intéressant de voir comment le concept est passé, en quelques mois, du savoir détenu par des initiés à quelque chose de plutôt bien compris et accepté par tout le monde. Bon, quand on sait que le concept date de la fin des années 80, cela relativise un peu aussi la capacité de l’humain à percuter sur des concepts nouveaux ! D’autant que dans l’intervalle, il aura fait route à 180° de cela, mais bon, ne polémiquons pas sur la passé …

Lire la suite "Emvod 2009" »


Biocarburant

Street_children_of_butareLa crise alimentaire qui touche brutalement les pays les plus fragiles remet au premier plan l’intérêt d’une montée en puissance des biocarburants et leur réel intérêt pour les problèmes à venir de notre petite planète.

Certes les biocarburants sont des produits de substitution au pétrole que l’on pourrait qualifier de « renouvelables » puisqu’il est possible de les reproduire à notre échelle de temps. Certes, les biocarburants produisent dans leur combustion moins de produits nocifs que les produits pétroliers. Pour autant, les biocarburants ont encore deux points faibles de tailles : ils continuent à produire du CO2 et surtout, ils prélèvent l’énergie en question sur les stocks alimentaires mondiaux.

Dans un monde où la démographie va conduire à une augmentation du nombre d’habitants jusqu’à 9 milliards dans le siècle à venir, les biocarburants posent la persistante question du partage des richesses, mais aussi celle du partage des ressources énergétiques en des termes nouveaux.

Lire la suite "Biocarburant" »


Crise énergétique

Terraced_rice_fields_in_tegallalang Concentrés sur nos petits problèmes de pays développés, on l’attendait sur le pétrole pour nourrir nos machines, elle risque d’abord de venir sur les matières premières agricoles, au travers d’une crise alimentaire. En effet, c’est l’apport énergétique journalier humain qui risque de poser problème, à très court terme.

Jacques Diouf, Directeur de la FAO (Agence des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) parlait des « émeutes de la faim » en octobre 2007. C’est aujourd’hui ce qui se produit dans plusieurs pays où l’alimentation est un problème au jour le jour. (Voir interview JJDD du 13.4.08)

Le riz constitue l’aliment de base pour la moitié de la population mondiale et son prix a doublé en un an sur plusieurs marchés mondiaux. Sur la même période, le prix moyen d’un repas a augmenté de 40% dans des pays où la population ne vit qu’avec seulement 1 $ par jour. L’armée a été déployée au Pakistan pour éviter les pillages sur le riz et ce même riz conduit directement en prison, en cas de vol aux Philippines. Les pays exportateurs resserrent drastiquement leur politique d’exportation pour assurer la nourriture de leur population, mais quid des pays aujourd’hui importateurs comme sur le continent africain ?

A l’image du travail du GIEC sur le climat, récemment reconnu par un prix Nobel de la paix, s’est monté en 2004 l’IAASTD (International Assessment of Agricultural Science & Technology for Development) qui réuni plus de 400 experts internationaux afin d’analyser les enjeux en terme alimentaire et afin de définir des stratégies pour l’agriculture dans le monde dans les prochaines décennies. Comme pour le climat, la prise de conscience remet particulièrement en question nos modes de développement antérieurs qui ont pu produire des résultats, mais qui ne seront plus possible pour 9 milliards d’habitants.

Il est grand temps de repenser l’agriculture de façon globale et à des fins alimentaires pour les populations … et non spéculatives pour les marchés financiers. Comme pour le climat et l’énergie, il faut repositionner une réflexion sur des enjeux collectifs (dans l’espace et dans le temps) et non laisser faire la main invisible économique qui sert des intérêts particuliers dans certains cas et nous mène tout droit à la catastrophe, dans d’autres. Sur le long terme, l’équilibre n’est jamais le fruit du hasard mais toujours le produit d’ajustement et d’intelligences combinées. C’est cette voie là qu’il nous faut trouver ensemble.

Dans le monde, les inégalités entre pays sont déjà criantes et provoquent des tensions très importantes. La faim risque d’être un mal encore plus grave et une motivation encore plus puissante pour ce qui est des migrations et des violences. Cette crise alimentaire doit être regardée de très près si on ne veut pas qu’elle devienne une poudrière mondiale.

-

Pour l’anecdote, cinq jours après s’être fait poser un stimulateur cardiaque, notre ancien Président Jacques Chirac a lancé cette semaine un appel à la communauté internationale pour trouver des solutions de sorties sur la crise alimentaire. Même si on connaît l’affection pour l’agriculture de notre ancien Président, je trouve ce retournement de situation quelque peu abracadabrantesque de la part d’un homme qui a fait sa carrière politique bien à droite et qui a prôné le laisser faire économique comme seule solution possible au développement … mais finalement, il est toujours temps de bien faire !

(Ci-après l’appel en question)

Lire la suite "Crise énergétique" »