Eau

500 notes - Retour sur 11 années d’écriture

500 Brest Envies 4Voilà plus de 11 ans que j’ai commencé ce blog. Cette longévité en fait probablement le plus ancien blog d’élu ouvert sur Brest. Des mots ont été apposés sur ces pages depuis ce 22 novembre 2007 et me voici rendu à ma 500ème note. Petite rétrospective sur toutes ces textes retraçant une part importante de mon parcours et de ces dernières années de mandats, mais aussi des réflexions et des envies que j’ai pu avoir au fils du temps.

Genèse

Ce blog fut d’abord une envie personnelle empruntée à mon expérience syndicale, où les panneaux syndicaux furent longtemps pour moi de beaux espaces d’expression libre dans l’entreprise. L’écriture « publique » est un exercice exigeant vis-à-vis de soi-même et engageant vis-à-vis des autres. J’aime prendre ce temps-là, plus lent, plus apaisé, plus réfléchi. En politique, il me manquait cela : un espace d’expression libre, un espace de réflexions partagées, un espace aussi pour rendre compte de l’action publique (c'est important dans un engagement). Le blog « Brest EnVies » fut et reste cet espace-là pour moi.

On retrouve sur le côté gauche du blog, via les nombreuses catégories des notes, les sujets qui m’ont le plus inspirés. Feuilletons-en quelques-unes !

Lire la suite "500 notes - Retour sur 11 années d’écriture" »


Un mandat au fil de l’eau !

Cours eauDernier jour de ce mandat à Brest métropole en tant que vice-président en charge de la rade et du littoral. Demain en conseil de Bmo, une page se tournera. Je souhaitais donc en profiter pour conclure ce qui fut pour moi une très belle aventure de 6 ans, sur la question de l’eau dans toute sa diversité.

L’eau, c’est la vie ! Après l’air que nous respirons, c’est le bien le plus précieux, le plus indispensable à la vie. On a vite tendance à oublier et à penser que l’ouverture du robinet suffit pour faire jaillir cette eau limpide et fraiche. Tout un mandat à découvrir qu’il n’en est rien et que tout cela demande une vigilance continue, d’importants investissements, un travail de fond avec de nombreux acteurs et sur un territoire qui ne se suffit pas des limites administratives.

L’eau, c’est d’abord sa gestion qualitative. Depuis tout le travail engagé sur le bassin versant via le Syndicat de l’Elorn, mais aussi par son traitement au travers de la nouvelle Société Publique Locale Eau du Ponant. C’est aussi la minimisation de l’empreinte écologique d’une collectivité de plus de 200 000 habitants qui rejette dans un milieu naturel fragile, unique et qui nous est indispensable : notre rade de Brest. La plus belle rade du monde, ne dit-on pas ?

L’eau, c’est aussi sa gestion quantitative. Dans le milieu naturel d’abord, pour faire face aux périodes de sècheresses, avec le barrage du Drennec à Sizun. Mais aussi dans les réseaux, sous nos pieds, dans les réservoirs et les châteaux d’eau qui se remplissent et se vident comme les marées, deux fois par jours. Une gestion tout en finesse et en anticipation, de façon à toujours disposer d’eau à toute heure de l’année.

Lire la suite "Un mandat au fil de l’eau !" »


Les dessous du prix de l'eau

EauNouveaux articles « éclaboussants » sur le prix de l’eau [ici et ]. Brest aurait le prix de l’eau le plus cher des communes de plus de 100 000 habitants. Alors que nous sommes passés en SPL en 2012, le prix de l’eau n’aurait pas baissé. Au contraire, de 2009 à 2013, il aurait augmenté de +14%, passant de 3.71 €/m3 à 4.23 €/m3.

Ce genre d’article fait toujours sensation et est toujours suivi d’une vague de prises de position qui relèvent souvent peu le débat. Pourtant, derrière les chiffres se cachent une réalité bien différente.

Le prix de l’eau ramené au m3 est un indicateur qui ne traduit pas réellement l’augmentation du prix de l’eau pour l’habitant. On le sait, les consommations d’eau baissent de 2 à 3% par an depuis 10 ans, grâce aux efforts faits sur la limitation des gaspillages. A facture constante, le prix de l’eau grimpe donc mécaniquement … mathématiquement devrait-on dire !

Avec une baisse de 2.5% des consommations d’eau, le prix de l’eau ramené au m3 est 2.5% plus cher, alors que la facture moyenne de l’abonné n’a pas varié d’un centime !

Lire la suite "Les dessous du prix de l'eau" »


Eau du Ponant, un anniversaire à en couper l’eau !

Afin de marquer à sa juste mesure le premier anniversaire du démarrage du contrat de Brest métropole océane avec la Société Publique Locale Eau du Ponant, une intervention spéciale a été organisée à la veille de cette date anniversaire historique. Un « couvre-eau » a été déclaré pendant une heure, pour tous les robinets de la communauté urbaine brestoise.

Ainsi au petit matin de ce 30 mars un peu particulier, à 2:00 les 1700 km de réseaux furent coupés exactement en même temps, puis réalimentés de façon identique à 3:00. Cette opération d’une rare précision est une première en France et a reçu un accueil chaleureux des habitants qui bénéficient sans s’en rendre compte des services de la SPL Eau du Ponant depuis un an.

Rappelons toutefois que cette opération unique en son genre n’aurait pu avoir lieu sans le concours et la parfaite synchronisation des services de l’heure d’été !

AFP – 1er avril 2013


Trophée Eco Actions : Brest à l’honneur !

Trophée des Eco Maires _ BrestMardi soir, de retour d’un déplacement professionnel, j’ai fait un rapide crochet par l’Hôtel Lassay de l’Assemblée Nationale. J’y ai reçu le second prix des Trophées Eco Actions, des mains de Claude Bartolone et de Georges Pernoud, pour le compte de notre collectivité.

Brest métropole avait déposé un dossier de candidature sur une action phare que nous soutenons depuis plus de 10 ans : « Désherber sans polluer, une gestion volontariste des espaces publics ». Face à cent autres dossiers venant de toutes la France et d’Outre-mer, nous avons décroché le second prix pour notre action en faveur de la qualité de l’eau, la santé et la biodiversité.

C’est en 2000 que la collectivité a engagé une réflexion et des actions sur ce sujet. Depuis douze ans, quatre de nos services se sont mobilisés sur le sujet : le service voirie, le service propreté et déchet, le service espaces verts et le service d’écologie urbaine. Transversalité entre les services, mais aussi entre les territoires puisque les 8 communes de Brest métropole ont avancé ensemble sur ce dossier.

Les résultats sont aujourd’hui au rendez-vous. A la fin des années 90, nous utilisions environ 1500 kg de produits phytosanitaires pour l’entretien des espaces publics, avec des incidences mesurées en termes de pollution de l’eau. Aujourd’hui, nous n’en utilisons plus qu’environ 10 kg (moins de 1% des quantités initiales), majoritairement pour la lutte contre les espèces invasives présentes sur certaines parcelles. L’amélioration s’est aussi ressentie sur les analyses d’eau.

Ce prix reconnait le choix des élus sur toute cette période, mais aussi le travail des services à transformer leurs pratiques pour l’entretien de l’espace public. Cette conversion aux techniques alternatives ne fut pas simple et nécessita un engagement de tous pour réussir sur la durée. Nous pouvons nous féliciter collectivement de cette reconnaissance nationale que nous recevons aujourd’hui.


Décennie des Nations Unies pour la biodiversité

A quelques jours du démarrage de la onzième réunion de la Conférence des Parties sur la diversité biologique (COP 11) qui se tiendra à Hyderabad, en Inde, du 8 au 19 octobre 2012, je vous conseille le visionnage de cette vidéo sur la Décennies des Nations Unies pour la biodiversité. Cela retrace efficacement l'un des plus grands enjeux de ce siècle.


Havre de paix pour la loutre d'Europe

37_HavredePaix3Jeudi dernier, en tant que président du Syndicat de Bassin de l'Elorn, j’ai signé une convention "Havre de paix pour la loutre d'Europe" au barrage du Drennec à Sizun, avec le président du Groupe Mammalogique Breton, Xavier Grémillet.

Les Havres de paix sont des conventions entre des propriétaires de terrains susceptibles d'accueillir la loutre et le Groupe Mammalogique Breton (GMB), association de protection des mammifères sauvages de Bretagne et de leurs habitats. Il y a aujourd'hui 45 Havres de paix en Bretagne, sur 280 ha et environ 34 kilomètres de berges.

La loutre est un animal plutôt discret qui a besoin de certaines conditions pour vivre et se reproduire. Ces conventions définissent quelques règles simples pour favoriser leur présence et aussi leur développement. En effet, la loutre est un animal qui a été durement touché, soit par l’exploitation de l’homme (chasse), soit par la mise en place d’infrastructure ou d’usage peu adapté à son mode de vie (routes, urbanisation, agriculture ou même diminition des sources de nourriture).

Comme beaucoup d’actions sur la biodiversité, l’enjeu n’est pas de sanctuariser un espace au profit d’une espèce. C’est au contraire, de comprendre comment l’homme interfère sur les autres espèces et d’apporter les corrections, quand ces impacts se font de manière inconsciente et bien souvent, sans aucune valeur ajouté. C’est une forme de vivre ensemble, en bonne intelligence, étendu à l’ensemble du vivant.

Lire la suite "Havre de paix pour la loutre d'Europe" »


Communiqué de presse sur les cyanobactéries au lac du Drennec

Logo-eptb-cmjmiconeCommuniqué de presse du Syndicat de Bassin de l'Elorn envoyé ce jour.

__________

Le 8 mars dernier, à la suite d’observations d’efflorescences algales aux abords du lac du Drennec, des analyses et un suivi ont été mis en place par le Syndicat de bassin de l’Elorn.

Les premières analyses ont montrés qu’il s’agissait de cyanobactéries référencées sous le nom de Planktothrix mougeotti. La présence de microcystines, qui sont des éléments toxiques, n’avait pas alors été détectée.

Depuis, un suivi hebdomadaire a été mis en place pour examiner le développement de ce phénomène qui est généralement très rare en cette période de l’année, et n’a jamais été observé sur ce site.

Dans le cadre de ce suivi, deux autres prélèvements ont été faits par les agents du Syndicat de Bassin de l’Elorn, les 16 et 23 mars derniers.

Les résultats nous sont parvenus hier après-midi.

· Le premier montre une très forte concentration de microcystines dans les eaux de surface prélevées dans une efflorescence (accumulation d’algues de couleur vert intense qui apparait en surface, sur les bords du lac, par temps calme). La concentration y est 20 fois supérieure au seuil admis pour la baignade et les activités nautiques.

· Le second, prélevé dans les premiers mètres au milieu du lac (au sein de la couche d’eau), montre une concentration inférieure au seuil de potabilité de l’eau.

D’après les informations portées à la connaissance du Syndicat de bassin de l’Elorn, un risque sanitaire existe pour les usages aux abords du plan d’eau, en présence de ces accumulations d’écume de couleur verte.

Dès réception de ces éléments, le Syndicat de bassin de l’Elorn a organisé, ce matin, une réunion en présence d’élus de Sizun et de Commana, de l’ARS, du Centre Nautique de l’Arrée et de l’AAPPMA de l’Elorn, afin de décider des premières mesures préventives à mettre en œuvre.

Ainsi, il a été décidé d’interdire la baignade, la pêche et les activités nautiques dans les zones présentant des accumulations d’écume ou de mousse verte (ces zones peuvent varier en fonction des vents dominants sur le lac).

La consommation des poissons pêchés dans le lac est interdite à titre de précaution.

Les communes de Sizun et Commana ont pris les arrêtés correspondant.

Une information du public va être mise en place dès demain sur site.

Enfin, les exploitants des usines de potabilisation d’eau présentes sur le cours de l’Elorn ont été informés des niveaux de microcystines observés, afin de mettre en place un suivi pour anticiper, le cas échéant, les mesures à prendre.

________

Depuis la diffusion de ce communiqué, des précisions nous sont parvenues par les exploitants des usines d’eau potable. Ce type de pollution est normalement très bien traité par les stations de traitement par l’utilisation de charbon activé. Pas d’inquiétude donc à avoir sur la qualité de l’eau potable du robinet.

Pour plus d’info, deux documents intéressants sur le sujet : Les toxines cyanobactériennes ou sur le site du gouvernement ici.


Des cyanobactéries au lac du Drennec

Cyanobactérie drennecCe matin dans Ouest-France, un article : Nouvelle pollution au lac du Drennec, faisait suite à une conférence de presse organisée par l’AAPPMA de l’Elorn et l’association Eau et rivières. Sur un ton alarmiste, ils mettaient en garde contre l’apparition d’efflorescence de cyanobactéries repérées aux abords du lac du Drennec.

Contrairement à ce que laisse entendre l’article, les « autorités compétentes » suivent bien cette affaire puisque c’est le Syndicat de Bassin de l’Elorn qui a fait les analyses permettant de constater qu’il s’agissait de l’espèce Planktothrix mougeotti, comme mentionné dans l’article.

Renseignement pris auprès de spécialistes de la question, cette espèce de cyanobactérie (il en existe quelques milliers) n’est pas toxique. Son apparition pourrait provenir de la très faible pluviométrie récente qui n’aurait pas permis d’apporter les éléments minéraux propres aux développement des algues que l’on voit plus généralement dans le lac. La nature ayant horreur du vide, une autre espèce se serait alors développée, en présence non pas de nitrate (comme c’est habituellement le cas), mais seulement de phosphore, présent dans toutes les eaux de Bretagne et très faiblement présent au lac du Drennec.

La situation est-elle alarmante ? Rien ne le laisse à penser aujourd’hui. Certes, il existe des espèces de cyanobactéries toxiques, mais nos analyses ne montrent pas que ce soient celles-là qui se sont développées dans le lac et rien ne permet de dire que des cyanobactéries toxiques apparaitront par la suite. L’avenir est par nature incertain, mais la probabilité d’apparition d’éléments toxiques n’est donc pas plus grande aujourd’hui qu’hier. Nous avons donc mis en place un suivi préventif du phénomène sur la durée, mais pour le moment, rien ne dit qu’il en faille plus.

Lire la suite "Des cyanobactéries au lac du Drennec" »


Projet SapEAUné : la solidarité eau à Brest métropole

Photo Thierry 242Cette semaine a lieu le 6ème Forum mondial de l’eau à Marseille, l’occasion pour moi de revenir sur le projet de coopération entre Brest et Saponé, au Burkina Faso. Ce projet se déroule dans le cadre de la loi Oudin – Santini sur la solidarité internationale pour l’eau et l’assainissement. Il y a une semaine, j’étais sur place, avec Réza Salami, pour constater à la fois la nécessité de l’action, mais aussi son avancement.

Depuis moins d’un an, Brest métropole s’est engagée dans un vaste projet sur 3 ans avec la Commune de Saponé. L’objet est en premier lieu de produire le schéma stratégique sur l’eau potable et l’assainissement de la Commune, sorte de document de planification et de priorisation des actions sur son territoire. Ce travail s’inscrit dans la réforme de décentralisation du gouvernement burkinabais, via un document officiel appelé le PCD-AEPA (Plan Communal de Développement, pour l’Accès à l’Eau Potable et à l’Assainissement).

Le second objectif est d’accompagner la Commune de Saponé pour faire évoluer les pratiques et les mentalités sur son territoire en termes de gestion de l’eau. Il n’est pas suffisant de construire des points d’eau ou des latrines, sans la mise en place de comités d’usagers du point d’eau ou d’une approche pédagogique sur l’intérêt de l’assainissement, le projet n’aboutira pas à un changement durable. Chaque action doit s’accompagner d’une démarche vers la population et comme que le projet vise à l’autonomie, d’une adhésion réelle de celle-ci. Des comités de gestion doivent donc être montés, à la fois pour faire fonctionner, mais aussi pour entretenir, réparer et aussi mettre en place une redevance permettant de gérer l’investissement sur la durée.

Dernier point du projet, à la fois le plus simple techniquement mais aussi le plus couteux financièrement, la création de points d’eau et de latrines. On parle d’accès à l’eau au Burkina quand on dispose d’un point d’eau à moins de 1000 m de chez soi et que ce point d’eau dessert au maximum 300 personnes. L’objectif du gouvernement et du PCD-AEPA est que pour 2015, 76% de la population du pays atteignent cet objectif d’accès à l’eau. Dans le cadre du projet avec Brest, nous créerons de nouveaux points d’eau et réhabiliterons des points d’eau existants, laissés à l’abandon, faute de moyen ou de comité d'usager pour leur entretien.

Lire la suite "Projet SapEAUné : la solidarité eau à Brest métropole" »


Natura 2000

Hier, avait lieu un comité de pilotage Natura 2000 Elorn, à Landividiau. Le document d'objectifs ayant été validé, nous passons à la phase action dans la gestion du site et la mise en place des premiers contrats Natura 2000.

Mais l'objet de cette note n'est pas de vous refaire le CoPil d'hier, dont vous trouverez tous les éléménts essentiels sur le site internet [ici]. Par contre, je souhaitais mettre en ligne la vidéo très belle et très pédagogique qu'a réalisé la DREAL Basse-Normandie sur les sites Natura 2000 qu'accueille son territoire.

Je vous la laisse découvrir ci-après, cela peut sembler long, mais les belles images et l'intéret du commentaire font largement oublier la durée ! ! 

Lire la suite "Natura 2000" »


Des fondations ... à la construction

Logo _ SPL _ Eau du PonantLa Société Publique Locale Eau du Ponant fête ce mois-ci son premier anniversaire. Juste le temps de regarder un peu en arrière et un peu en avant, dans cette période charnière de la première SPL de France sur l’eau.

2011 aura été le temps des fondations

L’année 2011, débutée par la création de la Société Publique Locale et la mise en place de son Conseil d’Administration aura permis de poser les bases de ce nouvel outil public pour notre territoire. Ce fut une période de mise en route, à la fois pour l’équipe de salariés, mais aussi pour les administrateurs d’Eau du Ponant.

L’année aura permis de mettre en place les outils, tels que l’informatique de gestion permettant de gérer l’entreprise et l’ensemble des 260 000 usagers que nous aurons dans un an. Elle aura aussi permis de réfléchir à nos fonctionnements, notre relation aux usagers, nos enjeux et nos ambitions.

2011 aura été marquée par le travail sur le contrat avec Brest métropole (concession de 99 ans) et l’appel d’offre pour la gestion des usines du contrat de BMO, qui aura finalement été gagné par Véolia.

2011 aura aussi été un temps de travail sur le volet social pour tous les salariés qui vont rejoindre la SPL au 1er avril prochain. Une centaine de salariés, de BMO ou de Véolia, vont intégrer la SPL. Il nous fallait discuter avec eux des conditions d’arrivée. Après plusieurs étapes de discussion et d’échanges, cette phase s’est conclue positivement fin 2011 par un accord entre les différents interlocuteurs.

2011 aura enfin été le temps de la réflexion sur les futurs locaux d’Eau du Ponant qui devront accueillir l’ensemble du personnel, quelques mois après le début des contrats.

2012 sera le temps de la construction

De la phase préparation et de projet, nous passons cette année à la phase opérationnelle de la SPL.

Au 1er avril, la SPL deviendra l’opérateur pour Brest métropole océane. Trois mois plus tard, ce sera au tour du SIDEP, sur le territoire de Landerneau, La Roche Maurice, Plouédern et Trémaouzan et pour le Syndicat des eaux du chenal du Four. A la fin de l’année, le Syndicat Intercommunal des Eaux de Kermorvan clôturera cette phase d’intégration.

2012 sera probablement aussi le temps de la construction du siège d’Eau du Ponant qui accueillera une grande partie des 120 salariés et le matériel de l’entreprise.

Nous sommes dans l’entre-deux dans la monté en puissance de notre Société Publique Locale. 2012 sera assurément encore une année passionnante dans la création de ce nouvel outil public de gestion de l’eau et de l’assainissement.


Mes réponses au questionnaire pour les élu(e)s de Jean Gadrey

Lecteur du blog de Jean Gadrey, je me suis "pris au jeu" du questionnaire qu’il propose à l’attention des candidats et futurs élus pour les échéances de 2012. Je ne suis pas aujourd’hui particulièrement candidat pour la présidentielle, mais les questions m’ont paru intéressantes et tenter d’y répondre permet aussi de forger sa réflexion ... et de donner son avis !

Voici donc ci-dessous l’état de mes réflexions sur les thèmes abordés par le questionnaire. (ici)

Lire la suite "Mes réponses au questionnaire pour les élu(e)s de Jean Gadrey" »


Livre : La vie, quelle entreprise !

La vie quelle entreprise Je viens de finir le livre de Robert Barbault et de Jacques Weber, « La vie, quelle entreprise ! Pour une révolution écologique de l’économie » et je dois avouer en recommander chaudement la lecture.

Au fil des notes de ce blog, il m’arrive de m’évertuer à tenter de rendre compréhensible la biodiversité et son incommensurable utilité pour le vivant et donc pour l’Homme. Ce livre atteint cet objectif avec brio et intelligence, c’est un magnifique tour d’horizon sur le sujet.

L’ouvrage aborde d’abord avec pédagogie la question de la biodiversité et pourquoi elle est au centre de tout, sorte d’épine dorsale du vivant qui lui permet de résister aux chocs, aux crises. Vient ensuite le temps de replacer l’humain dans tout cela, de faire le bilan de son action et de dresser un état des lieux objectif des risques qui pèsent sur nous. Pour enfin conclure par une vision de ce qui pourrait donner lieux à des opportunités pour l’Homme, en relation avec son milieu et ses références économiques.

Le livre donne beaucoup d’exemples, s’appuie sur de nombreuses expérimentations scientifiques ou d’expériences de changement menées aux quatre coins du globe. Il revient sur beaucoup d’idées préconçues que l’on nous a peu à peu fait prendre pour des évidences, mais qui en fait servent un modèle économique et non l’Homme. C’est un livre qui remet en question et qui éclaire sur une question complexe, parce qu’oubliée, mais qui relève après tout de beaucoup du bon sens.

A se procurer dans toutes les bonnes librairies et devrait être dans toutes les bonnes bibliothèques !

Lire la suite "Livre : La vie, quelle entreprise !" »


Eau du Ponant à J-270

Logo _ SPL _ Eau du Ponant Eau du Ponant avance pas-à-pas. Plus que 270 jours avant la reprise du premier contrat : celui de BMO, en concession.

Le mois dernier se sont conclues les différentes étapes de l’appel d’offre visant à confier les usines de BMO à un opérateur privé, la SPL gardant en gestion tout le reste (voir communiqué de presse).

Le choix s’est fait dans une compétition serrée entre trois propositions qui devaient répondre à un cahier des charges précis.

Outre le fait de faire tourner les usines (c'est un minimum !), l’appel d’offres engageait les compétiteurs à proposer des axes d’améliorations sur les process utilisés dans nos usines. Par ailleurs, une clause d’optimisation des consommations a été inscrite dans le contrat, afin de favoriser les économies d’énergie.

En parallèle, les discussions avec les partenaires sociaux avancent pour encadrer la reprise des salariés qui passeront de Véolia à Eau du Ponant en avril 2012. (Lire ici)

Sur le plan technique et logistique, Eau du Ponant continue à s’outiller. En avril prochain, l’effectif passera de 7 personnes à un peu plus d’une centaine. Il s’agira alors de loger ces salariés et de leur fournir tous les outils nécessaires à leur cadre de travail. Des locaux sont donc à trouver, mais les outils de gestions informatiques sont aussi à mettre en ordre de marche. Tout cela se met en route progressivement.

Enfin, sur le plan de la gouvernance, un conseil d’administration s’est réuni il y a une quinzaine de jour et un séminaire travail a eu lieu la semaine dernière. L’entente et la coopération entre les différentes collectivités s’articule très positivement autour de ce projet fédérateur. C’est une garantie pour la réussite de la SPL et aussi un enseignement important sur la coopération intercommunale, quand elle s’ancre sur un intérêt commun partagé.


Gestion quantitative du barrage du Drennec

Rivière Elorn Le début de l’année 2011 aura été particulièrement sec, avec quelques records en la matière. La préfecture a déjà lancé des mesures de restrictions préventives quand à l’usage de l’eau. En parallèle, un certain nombre de réunions ont été montées afin d’analyser les risques, notamment sur l’alimentation en eau potable des populations.

Grâce au barrage du Drennec, en amont de l’Elorn entre Sizun et Commana, le Finistère nord dispose d’une capacité de stockage de 9 millions de m3. Toutefois, cette retenue n’est pas une réserve d’eau potable à proprement parlé, mais un outil de soutien d’étiage de la rivière Elorn, au regard des usages sur celle-ci.

En effet, les usages sur la rivière sont multiples. En amont du barrage, il y a la pêche, la baignade et les loisirs nautiques sur le plan d’eau. En aval du barrage, il y a des piscicultures, de la pèche, la vie biologique dans la rivière bien-sur (faune et flore), mais aussi des prélèvements d’eau pour en faire de l’eau potable, dont les deux prises d’eau potable, une près de Landivisiau et l’autre près de Landerneau. Grace aux différentes interconnections de réseaux d’eau potable, ces deux prises d’eau peuvent alimenter une large part de la population du Finistère Nord en période de sècheresse.

La gestion du débit relâché par le barrage doit donc tenir compte de tous ces enjeux. Mais en cas de sècheresse sévère, c’est bien l’enjeu sur l’eau potable qui devient alors prioritaire. Nous devons donc gérer la retenue d’eau de façon préventive, pour qu’il y ait suffisamment d’eau potable pour tenir jusqu’au retour des pluies. 


Quelques pas dans le bon sens

Qq pas ds bon sens
Petit conseil de lecture du soir : « Quelques pas dans le bon sens » de Benjamin Grebot [
ici].

Ce petit livre est une invitation à la remise en avant d’une volonté politique portée par le sens … le bon sens en l’occurrence.

Ce livre nous invite à nous extraire d’une myopie qui ne nous mène nulle part, pour nous inciter à regarder un avenir que nous aurions choisi avec des valeurs humanistes. Pour cela, il nous faudrait re-questionner un certain nombre de dogmes modernes (notamment économiques) et surtout nous questionner nous-mêmes sur ce que nous voulons.

Loin de se contenter de grandes déclarations, ce livre donne des pistes très concrètes et à notre portée, pour ce changement de cap.

Sauf information erronée, il ne s’agit pas là d’un programme pour un potentiel candidat à la candidature, mais plutôt d’une envie citoyenne de donner son avis, de porter à connaissance une vision alternative à celle que l’on nous sert tous les jours … et dans une démocratie, c’est un bien public précieux !

Cerise sur le gâteau, Benjamin Grebot est brestois, depuis quelques mois.

Image : Créée sur www.wordle.net avec le texte du livre.

Lire la suite "Quelques pas dans le bon sens" »


Reportage Toxic Somalia

M53876 Presqu’une semaine après la fin de Safer Seas, il y avait hier soir une émission d’ARTE consacrée à la Somalie [ici] et notamment à la question de la piraterie en mer. Le reportage « Somalie, pirate ou piratée ? » par Paul Moreira apporte un regard nouveau sur cette question dont il a largement été question lors des journées Safer Seas à Brest.

L’enquête du journaliste met à jour les réseaux mafieux européens qui prospèrent sur l’élimination des déchets toxiques de nos sociétés : chimiques ou nucléaires. Le reportage montre comment des futs ou des containers de déchets hautement toxiques sont arrivés sur les cotes somaliennes, largués par des bateaux en provenance d’Europe [Infographie]. Il montre aussi les dégâts irréversibles de ces produits sur la santé des habitants, avec notamment des naissances avec des malformations particulières. Il montre enfin comment les pêcheurs de Somalie ont fini par prendre les armes, pour devenir de vulgaires pirates, faute de ne pouvoir combattre ceux qui les détruisaient lâchement depuis le large.

Le gouvernement somalien semble impuissant face à cela, pris dans des conflits internes au pays et n’ayant aucun bateau pour contrôler ses cotes. Les navires mafieux importent à la fois déchets toxiques et armes. Cela favorise ainsi les conflits armés internes qui jettent le pays dans le chao, tout en rendant la situation confortable pour tous ceux qui souhaitent se débarrasser de produits dangereux, à moindre coût.

Lire la suite "Reportage Toxic Somalia" »


Eau du Ponant : le site web de la SPL

Eau du ponant Dans les news de la semaine, on notera l’ouverture d’un site web pour la Société Publique Locale - Eau du Ponant.

Il ne s’agit pas du site web définitif, où l’on pourra consulter ses factures et correspondre avec la société qui nous fournira l’eau. Non, celui-là viendra plus tard dans le projet. Le site en question est plutôt sous la forme d’un blog. Il permet de suivre l’actualité de la nouvelle société publique et l’avancée dans le cheminement vers le 1er avril 2012.

N’hésitez pas à aller y faire un tour, de temps en temps …

_

www.eauduponant.fr

 


Eau du Ponant - Le logo

EDP_LOGOIl y a quelques mois, la société publique locale (SPL) créée par les 4 collectivités du nord Finistère (ici) s’était dotée d’un nom : Eau du Ponant. Elle se dote aujourd’hui d’une image, d’un logo.

Une image, c’est souvent aussi une recherche de sens. Chacun y verra surement des références à son propre environnement culturel.

Personnellement, j’y trouve la référence au Gwenn ha Du, drapeau de la Bretagne qui témoigne de l’ancrage de cette SPL à la pointe bretonne. Il y a la goutte d’eau, à l’image de la ressource d’eau douce qui reste à la base de la production de l’eau potable. Mais on trouve aussi les vagues, la mer, notre rade qui symbolisent aussi le milieu naturel, sensible à la qualité des eaux que nous rejetons. Enfin, quatre vagues pour quatre membres fondateurs que sont Brest métropole océane et les syndicats de Landerneau, de Kermorvan et du Chenal du Four.

L’image est bien choisie, car Eau du Ponant sera en effet à l’interface de tout cela. Le métier de l’eau potable et l’assainissement ne se résume pas aujourd’hui à pourvoir de l’eau aux robinets des maisons et à évacuer les eaux sales. Ce sont des métiers qui s’inscrivent dans ce que l’on appelle « le petit cycle de l’eau », avec en amont une nécessaire vigilance sur la qualité de la ressource et la quantité des eaux prélevées, afin de desservir une eau potable de bonne qualité, toute l’année. Et en aval, la nécessité d’une gestion de nos rejets urbains au milieu naturel, afin d’impacter le moins possible l’environnement.

Enfin, Eau du Ponant est à l’interface de 4 collectivités, elles-mêmes composées de plusieurs communes. Il s’agit donc bien d’une aventure collective, pour un vrai service public.

-

Notons aussi qu’il s’agit là d’un vrai produit local, puisque ce logo est la création d’une artiste de Concarneau : Valérie Le Roux.


SPL Eau du Ponant – Premier Conseil d’Administration

4279630615_62ffa4e00b_m Ce matin avait lieu le premier CA (Conseil d’Administration) de la Société Publique Locale Eau du Ponant. Ce conseil fut avant tout l’occasion de mettre en route la société, qui n’est effective que depuis le 1er janvier dernier : nomination des vice présidents, mise en place du budget, mise en place des commissions et des procédures d’achat.

Nous avions aussi à trancher sur une des questions qui a agrémenté nombre des débats depuis le démarrage de ce dossier : celle du découpage fonctionnel entre ce que la SPL gardera en direct et ce que nous allons sous-traiter sous la forme de marchés de prestation.

Même si la décision revenait aux membres du CA de ce matin, l’orientation politique pour ce qui concerne la concession de BMO avait depuis longtemps été affichée : un retour au périmètre de 1987 (périmètre précédent le contrat d’affermage avec Véolia).

Nous avons donc voté la mise en œuvre d’un marché de prestation englobant les usines d’eau potable et les réservoirs associés, ainsi qu’un marché englobant les usines de traitement des eaux usées et les relevages associés, de Brest métropole océane.

 

Lire la suite "SPL Eau du Ponant – Premier Conseil d’Administration" »


Société publique locale : une concession de 99 ans pour BMO

Verre eau Ce soir, nouvelle étape dans la création de la Société publique locale Eau du Ponant. Le conseil de communauté de Brest métropole océane a voté à la majorité le principe d’une délégation de service public à Eau du Ponant, sous la forme d’un contrat de concession des services publics d’eau potable et d’assainissement collectif, pour une durée de 99 ans à compter du 1er avril 2012.

Au dernier conseil de communauté, nous validions l’intention de créer la société publique locale Eau du Ponant [ici]. Lors de ce conseil, nous validons le principe de lui céder un contrat de concession pour une durée de 99 ans.

Lire la suite "Société publique locale : une concession de 99 ans pour BMO" »


Jardiner au naturel, ca coule de source : les vidéos

Jardiner au naturel _ Ca coule de source Aujourd’hui, avait lieu le comité de pilotage de la charte Jardiner au naturel, ça coule de source (dont j’ai déjà parlé ici et ).

Une des nouveautés pour cette année est la réalisation de vidéos pour valoriser ou simplement montrer les bonnes pratiques dans le jardinage. Cela va du compostage, à l’entretien des allées, en passant par les auxiliaires ou les limaces.

Les films de quelques minutes chacun montrent comment faire, en se basant sur les expériences de jardiniers qui pratiquent déjà le jardinage naturel et avec l’appui des conseils de Charly Rio de la Maison de la bio du Finistère.

Bon visionnage et bon jardinage !

Voir les vidéos ici

Toutes les infos de la charte sont sur le site www.rade-brest.fr


Eau du Ponant : Société Publique Locale

1709955745_88b41c48c8_m Hier, le Conseil communautaire de Brest métropole océane a voté son adhésion à la SPL « Eau du Ponant ». En début de semaine, le Syndicat de chenal du Four a ouvert le ban et le SIVU de Landerneau le fermera la semaine prochaine, après que BMO et le Syndicat de Kermorvan aient délibérés eux aussi.

La date de création effective de cette société privée, mais dont le capital sera 100% détenu par des collectivités publiques, sera le 1er janvier 2011. Même si les votes des différents conseils sont forts par leur symbolique, nous sommes encore dans le process de création et de montage d’une société privée. Nous sommes sur le contenant, même si le contenu se profil maintenant un peu plus clairement à l’horizon.

Depuis l’ « appel du 18 juin » (2010) de François Cuillandre, Président de Brest métropole océane, laissant entendre que BMO s’orientait vers la création d’une SPL avec 3 autres collectivités, de nombreuses réunions de travail ont eu lieux. Créer une société privée à plusieurs partenaires n’est pas simple en soit, mais lorsque les futurs actionnaires sont en plus des personnalités morales représentées par des conseils pluriels, l’exercice se complique un peu !

Les débats entre futurs actionnaires auront porté sur la gouvernance de la SPL, sur sa capitalisation, sur les modalités pour y entrer ou en sortir et enfin sur le modèle économique du prix de l’eau.

Créer une SPL ne signifie pas une externalisation des compétences de la collectivité sur l’eau. Le lien entre les 4 collectivités et la SPL sera d’ordre contractuel, dans le cadre d’une délégation de service publique (DSP). Ce choix de mode de gestions, qui peut être différent entre les 4 collectivités actionnaires de la SPL, sera pour BMO à l’ordre du jour du conseil communautaire du 10 décembre.

A suivre donc …


Turbines au lac du Drennec - Revue de presse

Le DrennecArticle du Télégramme de ce jour sur la mise en place de 3 turbines au lac du Drennec par le Syndicat de bassin de l'Elorn [ici].

J’avais déjà abordé la construction des centrales il y a quelques mois ici. Ces trois centrales sont aujourd’hui en marche depuis le mois de décembre dernier et produisent lorsque nous re-larguons de l’eau du lac dans l’Elorn. En dehors d’un imprévu dans la conduite de refoulement des deux pico-turbines collectant le débit dédié vers la pisciculture de l’INRA, aucun problème ou disfonctionnement n’a été détecté depuis la mise en route.

L’inauguration se fera samedi 9 octobre avec la participation des financeurs, des membre du syndicat de bassin de l’Elorn et de la commission locale de l’eau. Durant la semaine, des groupes scolaires pourront visiter ces nouveaux outils, ainsi que le barrage du Drennec et le dimanche 10 octobre, l’ensemble sera ouvert au public.

www.syndicat-bassin-elorn.fr

 


Coopération décentralisée, Brest s'engage à Saponé pour 3 ans

A la quête de l'eau par Didier BergounhouxDepuis jeudi dernier, une délégation de Saponé est à Brest afin de formaliser l’engagement qui unira nos villes pour les 3 années à venir, dans le cadre de la « solidarité eau potable et assainissement ».

La ville de Saponé, au Burkina Faso est une des villes ayant un jumelage avec Brest depuis 20 ans. Au début, une large part de la coopération s’est plutôt faite au travers du milieu associatif brestois, riche d’une quinzaine d’associations de solidarité internationale avec le Burkina. En 2007, cette coopération a pris une tournure différente puisque la collectivité a choisi de mobiliser le 1% solidarité eau (connu aussi sous le nom de loi Oudin-Santini) pour réaliser un projet d’alimentation en eau potable dans le centre médical de Saponé. D’un montant de 60 000 € sur deux ans, ce projet permettait d’apporter au centre médical une eau suffisamment propre pour les soins qui y sont pratiqués, comme les accouchements, par exemple.

Depuis le début du mandat, avec quelques élus nous travaillons sur la mise en place d’une coopération qui s’installerait plus sur la durée et moins sur des projets ponctuels, toujours avec notre ville jumelle du Burkina et dans le cadre du 1% solidarité eau.

Après une mission d’un technicien de BMO en février dernier à Saponé, un projet s’est peu à peu concrétisé autour d’une aide à la commune pour mettre en place un schéma directeur en eau potable et assainissement.

L’eau à Saponé, ce n’est pas l’eau à Brest. Il s’agit de quelque puits, manœuvrés par des pompes à main (PMH : pompes à motricité humaine) et souvent rien en terme d’assainissement. Cet état de fait maintien la population (surtout les femmes) sous la contrainte de puiser de l’eau journellement et de la transporter à pieds sur de longues distances. De même sur l’assainissement, le manque de toilettes dans les écoles éloigne les filles de l’éducation par exemple.

Lire la suite "Coopération décentralisée, Brest s'engage à Saponé pour 3 ans" »


Socièté Publique Locale

SPL4Lors du dernier conseil communautaire, le Président de Brest métropole océane, François Cuillandre, s’est exprimé sur le dossier de la gestion de l’eau en donnant une orientation au débat. Il s’est dit favorable à la reprise de la gestion de l’eau par une SPL (Société Publique Locale) en avril 2012, à la fin de l’affermage par Veolia.

Une SPL est proche d’une SEM (Société d’Economie Mixte) dans son fonctionnement. Sa particularité est d’avoir un actionnariat 100% public (au moins deux collectivités actionnaires) et de ne pas avoir d’obligation à être mise en concurrence, au moment du choix. La contrepartie à ces deux avantages est de ne pouvoir intervenir que sur les territoires de ses actionnaires. La forme juridique de la SPL a été votée à l’unanimité au Parlement ces dernières semaines. Elle traduit la nécessité de pouvoir disposer d’une structure fonctionnant avec les règles du privé, tout en restant contrôlé à 100% par le public et donc par le seul intérêt général.

Comme je l’avais dit dans une précédente note [ici], tous les modes de gestion ont des qualités et des défauts, des opportunités et des risques. Même si la SPL propose aujourd’hui une forme d’équilibre plutôt avantageux entre la régie et les anciennes formes de DSP à des entreprises privées, elle n’en demeure pas moins un outil. Le bien-fondé du choix dépendra donc avant tout de ce que l’on veut en faire et du sens que l’on y mettra.

Lire la suite "Socièté Publique Locale" »


Qualité des eaux du lac du Drennec

Lac drennec Mardi dernier, est paru dans le Télégramme un article sur la qualité des eaux du lac du Drennec : La qualité de l’eau inquiète. Il y est fait mention d’un rapport de novembre dernier qui classe en mauvaise qualité la masse d’eau, à cause de son taux de phosphore et d’azote. Par ailleurs, l’article mentionne le coté inquiétant de la dégradation de l’eau du lac, du fait des usages en aval du lac : l’alimentation en eau potable de Landivisiau, de Landerneau, de Brest métropole océane et d’autres territoires via les interconnections des réseaux en eau potable (soit près d’un tiers des habitant du Finistère).

L’article n’est pas en soi mensonger, rien de ce qui y est écrit n’est faux. Pour autant, il fait un amalgame regrettable entre les seuils imposés dans différentes masses d’eau (plan d’eau et eau de rivière). Ainsi, pour la composante nitrate (azote), le seuil pour atteindre le bon état d’un lac est d’environ 2 mg/litre, quand le seuil autorisant le prélèvement dans une rivière pour en faire de l’eau potable est de 50 mg/litre. Cet écart s’explique du fait de seuils qui ne traitent pas les mêmes enjeux. Dans un cas, il protège de l’eutrophisation des lacs et dans l’autre l’aspect sanitaire et préventif pour l’eau potable.

Lire la suite "Qualité des eaux du lac du Drennec" »


Le car de l’eau

Bus water Dans le cadre de la concertation sur la fin du contrat sur l’eau et l’assainissement, Brest métropole océane a organisé la semaine dernière deux nouvelles visites. Contrairement aux précédentes, ces deux visites n’étaient pas sur notre territoire, mais à Cherbourg et à Nantes. Ainsi est née l’aventure du car de l’eau

Mardi dernier, 7h place de Strasbourg, nous étions 18 à prendre place dans le car, faisant vaillamment face aux 1 000 km qui nous séparaient de notre retour le lendemain soir à 20h, sur cette même place. L’aventure était ouverte aux élus de Brest métropole océane (tous groupes politiques confondus), aux associations de défense des consommateurs et de l’environnement, aux syndicats, aux membres des conseils de quartier et à un gentil organisateur, en la personne du responsable de la direction de l’écologie urbaine et du service de l’eau et de l’assainissement de Brest métropole océane. Des quotas avaient été initialement fixés pour éviter d’exploser les budgets et de solliciter la galerie du car, mais il n’y eu que 18 courageux volontaires pour le départ.

-

Premier arrêt à la communauté urbaine de Cherbourg, pour une réunion avec le Directeur général des services qui est aussi le Directeur de la régie de l’eau. La communauté urbaine de Cherbourg est globalement deux fois moins grande que celle de Brest, il s’agit donc d’un cas d’école de retour en régie, sur un périmètre d’action deux fois moins important que celui que nous aurions à gérer.

L’engouement de Cherbourg pour le retour en régie n’est pas feint. Partant d’une gestion déléguée, qu’ils ne considéraient pas comme tendue (la séparation de Véolia semble s’être passée entre gentlemen), ils semblent avoir trouvé une véritable plus-value dans la gestion globale en régie. De cette façon, ils peuvent piloter beaucoup plus finement les services de l’eau et les coûts. D’après eux, la régie directe est en effet un excellent moyen pour rendre le service public de l’eau.

Lire la suite "Le car de l’eau" »


La Région Bretagne en campagne

Jean Yves Le Drian Hier, je faisais campagne pour les régionales. L’occasion pour moi de redécouvrir les différents champs d’actions du Conseil régional, car si plus de 75% des français estiment que ce que fait la Région est important, ils sont le même nombre à ne pas savoir ce qu’elle produit au quotidien !

Pas de discours de science politique ce soir, mais simplement trois exemples vécus, dans mon mandat, de relations constructives avec le Conseil régional de Bretagne.

D’abord sur l’eau, où la région est un acteur incontournable sur la politique de reconquête de la qualité de l’eau en Bretagne. Co-financeur avec le département ou l’agence de l’eau d’actions d’amélioration de la qualité des eaux, le Conseil régional milite aussi ardemment pour prendre en charge la politique de l’eau sur son territoire.

Lire la suite "La Région Bretagne en campagne" »


Le syndicat de bassin de l’Elorn étend son territoire au net

SBE Le syndicat de bassin de l’Elorn se dote d’un nouvel outil pour sa communication : un site Internet tout neuf. L’objet de ce site est autant d’informer sur ce qu’est le syndicat, nouvellement reconnu en tant qu’EPTB (Établissement Public Territorial de Bassin) que d’informer de nos actions au fils du temps et au fils de l’eau.

Vous pourrez y retrouver l’actualité du syndicat, telle que la gestion du barrage du Drennec avec l’installation en cours des turbines hydraulique pour produire de l’énergie ou les grands programmes de gestion des rivières du SAGE, en passant par les actions Natura 2000 sur la biodiversité, les analyses d’eaux ou simplement les comptes rendus des comités syndicaux.

Le site capitalisera les actions du syndicat, mettra en avant les avancées sur l’amélioration des eaux de notre bassin versant et plus largement des qualités naturelles de notre territoire.

Alors n’hésitez pas à aller y jeter un œil de temps en temps !


Concertation sur la gestion de l’eau à BMO, fin de la première étape

514534462_b9494ff068_o[1] Lundi dernier, Maxime Paul et moi-même concluions à Guipavas la première étape de la concertation sur le mode de gestion de l’eau sur Brest métropole océane.

Huit réunions publiques ont été organisées dans chacune des communes de la communauté urbaine. L’objectif de ces réunions était d’abord d’informer sur ce qu’est la gestion de l’eau et de l’assainissement, aujourd’hui, à Brest Métropole océane. Quel est l’état des lieux et quels sont les services rendus.

Cette première partie de la concertation laissait volontairement de coté le débat sur le choix d’un mode de gestion de façon à permettre d’approfondir la connaissance d’un sujet complexe.   

On ne peut pas dire que ces réunions publiques aient déplacé les foules ! Si l’on enlève les élus et les techniciens des collectivités de chaque commune présents, ainsi que les membres d’asso ou de groupes politiques engagés sur ce sujet, le nombre de citoyens intéressés par le sujet était bien maigre.

En tant qu’élu, c’est surement étonnant au regard des débats parfois enflammés qui peuvent exister dans la sphère politique sur ce thème. En tant que citoyen, cela l’est surement moins. Finalement, ce n’est pas un sujet qui fait débat dans la majorité de la population. Vu de loin et dans la vie de tous les jours, c'est-à-dire quand on ouvre son robinet d’eau ou que l’on tire sa chasse d’eau, le service de l’eau et de l’assainissement actuel rend l’usage que l’on attend de lui. Personnellement, je n’analyse pas cette absence de la population aux réunions publiques comme un désintérêt, mais plutôt comme une confiance. Globalement, la façon de rendre cet usage et la pertinence de cette gestion est bien déléguée par les citoyens aux élus, à la puissance publique, car elles sont plutôt satisfaisantes dans notre quotidien.

Si cette première partie de la concertation a été vécue avec un peu de frustration de la part des personnes qui connaissent bien ce sujet et voulant débattre de points précis, la seconde partie leur conviendra mieux, je l’espère. Le format des prochaines réunions n’est pas encore bouclé, mais elles devraient permettre de faire plus remonter l’avis des citoyens tant sur les enjeux à poser clairement dans un cahier des charges de la gestion de l’eau et de l’assainissement (quel que soit le mode de gestion final retenu), que sur les risques et opportunités des différents modes de gestion, en fonction des objectifs politiques fixés.

Notre futur choix ne doit pas se décider au regard d’une vision figée d’un mode de gestion ou d’un autre, mais bien en fonction d’une analyse des forces et des faiblesses de ces derniers, et de la qualité du service au sens large que nous voulons pour les habitants de Brest métropole océane.

Rendez-vous en 2010 pour en débattre.


Brest se met à l'heure de Copenhague

Collectif ARGOS Au mois d’octobre, trois événements se déroulent à Brest concernant les enjeux du dérèglement climatique : une action de sensibilisation, une action scientifique et une rencontre internationale.

  • Du 19 au 31 octobre, au centre commercial Coat-ar-Guéven, une exposition réalisé par le collectif ARGOS qui expose les effets déjà visibles du réchauffement climatique, ailleurs sur notre terre. Une rencontre avec un journaliste du collectif ARGOS aura lieu le lundi 19 octobre à Dialogues de 18 à 19h.
  • Les 15 et 16 octobre, à Océanopolis, les entretiens Sciences et Ethiques 2009 vous invite à « l’heure bleue : le changement climatique et les énergies de la mer ». Des débats de haut niveau sur ce sujet complexe et ses enjeux.
  • Les 21 et 22 octobre, au Quartz, la rencontre internationale Brest-FAO-PNUD : « Territoires, agricultures, pèches et forêts face aux changements climatiques : mieux comprendre pour mieux anticiper. »

Trois rendez-vous et trois niveaux d’action pour converger vers la prochaine conférence des Nations Unies sur le changement climatique du 7 au 18 décembre prochain à Copenhague.


HOME de Yann Arthus-Bertrand

Arton1234-a9496Ayant été sollicité par la FNAC et le cinéma multiplexe Liberté de Brest pour répondre aux questions de la salle suite à la projection du film HOME de Yann Arthus-Bertrand demain soir, j’ai eu la chance de pouvoir le voir en avant première mondiale cet après-midi !

Le 5 juin étant la journée mondiale de l’environnement, ce film sera diffusé aussi largement que possible demain, tant dans sur les grands écrans de cinéma que sur les petits écrans puisqu’il sera aussi diffusé à 20H30 sur France 2 et ensuite sur Youtube.

On s’attend seulement à de belles images de la part de YAB, mais elles sont ici là pour imager le propos et donner du sens aux mots. On ne refait pas le monde en deux heures, mais il arrive à en donner une lecture globale qui j’espère réveillera les esprits et donnera la nature et la hauteur des enjeux auxquels nous avons à répondre ensemble dans ce tout début de siècle.

Demain, regardez ce film, car c’est aussi un miroir sur ce que nous sommes.

-

Article : Terra Eco

Site de HOME

 


Un an de mandat, ça s’arrose ... à l’eau !

Au gré des rives de l'Elorn Les élections municipales datent du mois de mars 2008, mais c’est vers la mi-avril que j’ai été nommé vice président de Brest métropole océane, chargé du littoral et de la rade. Trois mois plus tard, j’étais élu président du syndicat de bassin de l’Elorn, trois mois encore après, président du comité de pilotage pour la mise en place de la charte Natura 2000 sur l’Elorn et six mois plus tard, vice président de la CLE (Commission Locale de l’Eau) qui s’occupe de la mise en place du SAGE (Schéma d’Aménagement et de Gestion de l’Eau) sur l’Elorn.

Bon, sauf à vous laisser croire que j’aime à empiler les mandats pour remplir mon CV, il faut dire que ces quatre mandats ont un gros point en commun : l’eau. Chacun traite de façon différente mais complémentaire de l’eau à l’état naturel (douce ou salée) et des milieux qui en dépendent (faune et flore).

Il y a encore un an, le citadin que j’étais (et que je reste) n’imaginait pas tout ce qui existe en matière de gestion de l’eau. L’eau ne coule pas de source, ou plus exactement, ne coule plus de source !

Dans un environnement où l’homme a pris une place prépondérante par ses différentes activités, l’eau est devenue un élément naturel dont la qualité n’est plus assurée par la nature. L’eau est devenue une source d’enjeux et de conflits pour les différentes parties prenantes qui l’utilisent.

Lire la suite "Un an de mandat, ça s’arrose ... à l’eau !" »


Emvod 2009

Emvod 2009 Sous ce nom bretonnisant se cache les premières « rencontres du développement durable et des Agendas 21 en Bretagne » qui ont eu lieux samedi 28 févier dernier, à Saint Brieuc.

J’y étais … et j’en suis revenu un peu déçu, je dois dire. Il est vrai que j’étais aussi en janvier derniers aux « 5ème assises nationales sur le développement durable » à Lyon et que je devais m’attendre à quelque chose … d’aussi nourrissant politiquement ! Ce ne fut pas le cas : un peu trop de discours d’affichage et pas assez de réflexions de fond et de vrais questionnements (ce qui est à mon sens le fondement du DD). Mais bon, c’était la première édition et après tout, on n'avance bien qu’en marchant !

Aussi, passons-là l’esprit critique peu constructif qui nourrissent mes premières lignes et tenons-nous en à ce que j’ai vraiment trouvé d’intéressant.

J’ai beaucoup aimé la présentation du sondage sur ce que pensent les Bretons du développement durable (ici). C’est assez intéressant de voir comment le concept est passé, en quelques mois, du savoir détenu par des initiés à quelque chose de plutôt bien compris et accepté par tout le monde. Bon, quand on sait que le concept date de la fin des années 80, cela relativise un peu aussi la capacité de l’humain à percuter sur des concepts nouveaux ! D’autant que dans l’intervalle, il aura fait route à 180° de cela, mais bon, ne polémiquons pas sur la passé …

Lire la suite "Emvod 2009" »


Littoral et rade de Brest

Rade_de_bVoilà, avait lieu cette après midi le premier conseil communautaire de Brest Métropole Océane, suite à l’élection de mars dernier. A cette occasion, une fois le Président François Cuillandre élu par le conseil, avait lieu la nomination et la validation par le vote des 24 vice-présidences de la nouvelle assemblée.

Je serai donc Vice-président, chargé du littoral et de la rade.

Ayant commencé au dernier mandat à m’intéresser à la problématique du développement durable, j’avais émis le souhait d’avoir une responsabilité en lien avec cette thématique. Aujourd’hui, je suis servi ! !

Le littoral et la rade de Brest sont des lieux où se mêlent tous les enjeux du DD : économiques, sociaux, environnementaux et de gouvernance, avec toutes les parties prenantes de ces espaces partagés.

Lire la suite "Littoral et rade de Brest" »


Axe revendicatif majeur

Water_2 Ce soir coup de barre à gauche : je suis allé voir le site de la liste Pour Brest, la Gauche debout. En effet, ils ont fait il y a quelques jours un débat sur l’eau, très remarqué : ils avaient collé en sauvage dans tout Brest, on ne pouvait pas passer à coté de leurs affiches !

Le sujet n’est pas sans intérêt et ils ne sont pas les seuls à l’aborder : comment doit se faire la gestion de l’eau ? Délégation de services publics, régie municipale ou société d’économie mixte … la question n’est pas simple et mérite une vraie analyse du besoin sur le territoire et une vraie discussion avec les citoyens. On ne peut pas généraliser sur des exemples d’autres grandes villes, comme Grenoble où l’eau coule des montagnes et où les eaux sales peuvent être ensuite, pour partie, filtrées par le milieu naturel. A Brest, point de neiges éternelles, mais un lien direct avec une des plus belles rades du monde … que nous souhaitons voir garder le titre !

Ce qui est étonnant avec certains listes qui se présentent à l’élection municipales, c’est que certaines d’entres elles ont déjà une idée tranchée de la question. Pour la Gauche debout, bien que se présentant comme une liste citoyenne, critiquant la municipalité en place qui ferait tout sans consulter les citoyens, ils ne rechignent pas à proposer une réponse fermée sur un sujet aussi important et engageant pour la ville. Grand paradoxe !

Lire la suite "Axe revendicatif majeur" »


Ache-Deuzo

1674136966_d14aa8397b Hier, j'étais à Rennes, au 9ème Carrefour des Gestions Locales de l'Eau. Ce fut pour moi l'occasion de me familiariser avec ce domaine, un peu fermé de premier abord.

S’agissant d'une rencontre nationale, il y avait beaucoup de professionnels de l'eau. Les trois gros stands étaient ceux de Véolia, La Lyonnaise des Eaux et de Saur que l'on connaît déjà, mais il y avait beaucoup de petits stands : de vannes hydrauliques, de compteurs télé opérés, de systèmes de rétention (plus ou moins innovants), de systèmes d'assainissement (individuels ou collectifs), de pompes de relevage, de systèmes d'analyse des fuites dans les réseaux, de systèmes d'analyse de la qualité de l'eau, etc. ... j'en passe et des meilleurs !

Lire la suite "Ache-Deuzo" »