Politique

Fin de la désignation

IMG_20190919_200555 PaysageJe tiens tout d’abord à féliciter François Cuillandre pour sa victoire dans cette désignation pour le l’investiture en tant que premier des socialistes pour les municipales de 2020.

Je tiens aussi à le remercier pour la qualité de nos échanges et de nos débats construits, sincères et respectueux.

Merci aussi à tous les militants qui ont soutenu ma candidature, qui m’ont soutenu dans cette période face au choix de se porter candidat ou pas, mais aussi de proposer un projet. Tous vos témoignages d’amitiés, tous vos conseils et votre aide auront été un précieux soutien pour moi. Merci à tous.

Les militants ont tranché, ils ont choisi et c’est maintenant le bon choix, car c’est notre choix collectif.

L’appel à l’unité est une bonne chose. Mais elle ne doit pas servir à masquer une absence de réflexion qui n’apporterais pas de plus-value politique.

Cette étape se referme à partir d’aujourd’hui. Je l’avais dit, nous serons tous derrière celui qui sera désignée par nos militants.

Place maintenant à l’unité, qui ne sera pas une unité de façade comme on peut la voir dans d’autre parti, mais une unité débattue et choisie.

Alors maintenant, en route vers la victoire le 22 mars prochain.

Merci à tous !


Candidat à la candidature socialiste à #Brest

Thierry FayretSuite à l'annonce de François Cuillandre de repartir pour un 4ème mandat, j'ai pris cette semaine le temps de réfléchir et d’échanger avec mon équipe, avant de me porter candidat à la candidature socialiste aux municipales de 2020.

Comme vous, j'aime Brest et m’y investis depuis plus de 20 ans dans le secteur associatif, et politique.

Comme vous, je suis ancré dans le quotidien (je travaille chez Thales) et je regarde l’avenir qui se prépare pour nos enfants.

Comme vous, je crois en la force et la singularité de ce territoire.

Aujourd’hui, à 49 ans et après 3 mandats, j’ai envie de mettre mon expérience, mon énergie, mon authenticité à votre service, pour un nouveau souffle à Brest.

Ma candidature s'inscrit dans le désir de faire autrement, en responsabilité, avec sincérité, en transparence et en confiance.

Le renouvellement des hommes et des femmes est le meilleur garant de la santé de nos démocraties.

Le renouvellement des idées doit répondre à un monde incertain et de plus en plus violent.

Le renouvellement des méthodes amènera à plus de coopération, plus de participation des citoyens.

Plus que jamais peut-être, dans le contexte de rejet du politique qui est le nôtre (abstention record, gilets jaunes …) et tandis que l’urgence écologique et sociale s’accroit, cette volonté d’agir me porte à être candidat à la candidature interne pour Brest demain.


La violence est le dernier refuge de l’incompétence

Ici vous avez toutLes vacances sont aussi le temps de prendre du recul et de réfléchir sur l’année passée. Le mouvement des Gilets jaunes en aura clairement été un marqueur fort. En plein cœur de l’été, le Monde a publié un article (ici) fort instructif par une analyse fine du mouvement à Bordeaux, considérer comme la « Capitale des Gilets jaunes ».

L’article met en lumière la fracture qui s’est installée entre les habitants de la périphérie par rapport au centre-ville (notamment des grandes métropoles). La phrase « Ici vous avez tout. Là-bas, on n’a rien » traduit bien à elle seule ce sentiment d’injustice et de relégation qui transpire des propos des manifestants. Une fracture construite d’une exclusion par le logement des habitants. Des centres-villes toujours plus agréables à vivre, où se côtoient la consommation, le luxe, la douceur de vivre, mais aussi l’immobilier spéculatif. Autour, des cités dortoirs où les habitants travaillent dans le centre-ville de l’agglo, mais se voient contraints à rentrer chez eux le soir venu, faute de moyen de partager cette vie parfois idéalisée.

Face à cette contestation, une volonté politique de dresser des murs par un courant sécuritaire affirmé (l’article le dit bien, mais plein d’autres reportages viennent témoigner de ces faits). Un gouvernement qui fera du maintien de l’ordre un écran de fumé pour nier cette montée des inégalités et taire le cri d’alarme de personnes descendues dans la rue parfois pour la première fois. Un recourt à la violence d’Etat, condamnée à de multiples reprises, comme pour mieux nier l’évidence de cette société de plus en plus divisée. Une façon tragique de défendre un modèle de société à bout de souffle.

Lire la suite "La violence est le dernier refuge de l’incompétence" »


Loi pour l'école de la confiance – Une loi injuste qui amplifie les inégalités territoriales

L-Assemblee-nationale-adopte-le-projet-de-loi-sur-l-ecoleComment la loi Blanquer qui vient d’être voté par l’Assemblée nationale baisse les moyens pour l’éducation des villes qui en faisaient le plus dans la lutte contre les inégalités !

L’obligation de scolarisation à 3 ans (qui dans les faits ne changera le quotidien que de très peu d’élèves) génère un Big-Bang financier pour les collectivités. En effet, ces dernières devront financer les maternelles privées (sous contrat) à la même hauteur que les moyens donnés aux écoles maternelles publiques.

Le hic, c’est que les collectivités qui finançaient déjà pour partie leurs écoles privées du fait de l’histoire et des relations entretenues avec elles, se verront interdites de compensation financière de l’Etat ! Elles devront prendre le reste à charge sur leurs propres enveloppes éducatives existantes, diluant ainsi les moyens alloués à l’éducation dans le public.

En Finistère, il s’agit que la quasi-totalité des communes. En effet, pour soutenir la mixité sociale des élèves accueillis dans le privé maternelle, les collectivités ont bien souvent mis la main au porte-monnaie en Bretagne pour favoriser l’équité sociale. De l’autre côté, les collectivités qui n’ont jamais financé le privé en France sont souvent celles qui font face à une école privée élitiste qui, par définition, n’avait pas besoin d’aide du fait de frais de scolarité élevés.

Par cette loi d’affichage, le gouvernement essaye de limiter la casse financière pour l’Etat d’une déclaration à la va-vite du Président. Dans les faits, les villes payeront les pots cassés. Seules les villes ne finançant pas le privé seront compensées. Cela donnera plus de moyens aux territoire où l’élitisme éducatif est de rigueur. Les autres communes devront payer elles-mêmes l’addition, bien qu’elles aient travaillé depuis des années pour favoriser la mixité sociale dans le public, comme dans le privé.


Président de la métropole et/ou Maire de Brest ?

Prsident MaireDepuis 2014, aucune commune d’une métropole ne peut disposer de plus de la moitié des sièges au Conseil de métropole. Cette évolution anodine a conduit à des changements structurants sur Brest.

En effet, contrairement à beaucoup de métropoles, nous avons la particularité d’avoir une ville centre qui pèse 66,7% de la population, avec un peu moins de 140i000 habitants sur 209 000. Le poids de Brest dans la démographie de la métropole a conduit à ce que le Président soit bien souvent le Maire de Brest (sauf dans les premiers temps, avec des résultats parfois « mouvementés »).

Ce choix a permis une intégration rapide des compétences du bloc communal et une dynamique d’entrainement sur tout le pays de Brest, et même au-delà. Ainsi, bien que notre Communauté urbaine ait eu moins de 210 000 habitants, nous remplissions déjà en 2015 les exigences demandées pour passer au statut de métropole, quand beaucoup d’autres ont dû accélérer leurs mutualisations pour y prétendre. Enfin, nous avons su développer un réseau d’acteurs publics qui rayonnent bien au-delà de notre frontière métropolitaine et qui intéressent un territoire de coopération à 400 000 habitants : sur l’eau, les déchets, le tourisme, l’urbanisme, l’énergie, les pompes funèbres, etc.

On le voit, le cumul des fonctions de Maire et de Président aura permis cette cohérence et donc une efficacité dans la gestion du bloc communal (salué par un rapport de la Cour des comptes). La possibilité d’une différenciation entre Maire de Brest et Président de la métropole reste cependant possible. Pourquoi n’est-ce pas souhaitable ?

Lire la suite "Président de la métropole et/ou Maire de Brest ?" »


LREM - La quête de la croissance externe

661_magic-article-actu_c35_5a5_cd4c69089c9b284d2dab61fdc4_le-courrier-sale-de-marlene-schiappa-a-ses-collegues-du-gouvernement_c355a5cd4c69089c9b284d2dab61fdc4Dans une tribune parue dans le JDD ce weekend, Marlène Schiappa lance "l'appel du 9 juin" à destination des élus républicains. Son texte "Qui est prêt à faire passer son pays avant son parti ?" tente d'y justifier un pseudo "rassemblement national" (si l'appellation n'était pas déjà d'origine contrôlée) autour de LREM.

Marlène Schiappa décline une vision politique qui nie encore une fois les logiques partisanes en les apparentant à des logiques individuelles. Malheureusement pour elles, le ralliement de 72 élus de droite au soir de la débâcle, mortifiés par la peur de devoir porter une étiquette de "looser" (comme dirait ce cher Trump), témoigne bien que le ralliement à LREM masque des logiques individuelles intéressées par le maintien au pouvoir, plus que par le sens de sa famille politique. Il fait glisser encore un peu plus vers la droite le centre de gravité de ce mouvement.

Le rassemblement autour d'un parti qui gérerait en interne ses propres contradictions est un mensonge qui trahi bien le caractère populiste du parti présidentiel. L'unité de façade de ce parti devenu "ultra-attrape-tout" ne tient pas à leur capacité à discuter ou débattre, mais à renoncer à leurs idéaux et à accepter l'autorité d'un seul chef : Emmanuel Macron. La diversité de LREM ne tient que par la volonté d'accession au pouvoir derrière un chef qui leur a donné satisfaction. Fini les idées, les idéaux, place au suivisme, à efficacité et à l'opportunisme.

Lire la suite "LREM - La quête de la croissance externe" »


#Européenne2019 – Les leçons d’un scrutin

Scrutin-elections-europeennes-tiendra-26-2019_0_729_460Après avoir laissé passer une semaine, quelles leçons tirer du scrutin de dimanche dernier en France. Même si la liste Envie d’Europe n’a pas atteint un score qui nous permet de siéger confortablement à Bruxelles (ce que je regrette), je trouve que les signes envoyés par les électeurs de gauche sont plutôt réjouissants. Pour cela, il ne faut pas analyser cette élection sous un prisme partisan, mais plutôt en tant que citoyen de gauche.

D’abord et c’est une première, les électeurs ont donné une claque aux statistiques de l’abstention. Une participation qui cesse de descendre pour se relever de 8 points, c’est du jamais vu. Autant le dire, ce n’était clairement pas de ce scrutin que l’on attendait cette performance. Cette mobilisation témoigne que l’Europe a pris du sens pour les citoyens qui en ont pris l’enjeu. Et ce rebond se note aussi à l’échelle européenne.

L’émergence d’un vrai positionnement écologique est aussi une bonne nouvelle. A la fois présent dans tous les programmes de gauche (et souvent comme première préoccupation), le score d’EELV derrière Yannick Jadot témoigne d’un besoin de réponses sur les crises environnementales qui secouent notre planète. L’écologie ne sera plus un sujet secondaire, mais devient un thème de premier plan.

Lire la suite "#Européenne2019 – Les leçons d’un scrutin" »


La gauche n’est belle que dans la coopération

Csm_SD_FAYRET_Thierry1_f698726fa1L’élection européenne de dimanche marquera les esprits des citoyens de gauche. Face aux deux grands partis qui nient toute logique de politisation de l’espace publique pour laisser plus de place aux populismes, la gauche n’aura pas réussi à exister et à se fédérer.

Pourtant, sur les sujets essentiels, les partis de gauche se rejoignent et partagent un large consensus de valeurs et de programmes d’actions. Avec le départ des « sociaux libéraux » vers le mouvement d’Emmanuel Macron, le Parti Socialiste a pu clarifier sa position. Cette dernière campagne axée sur l’environnement, la lutte contre les inégalités et la démocratie en Europe marque une étape essentielle dans la refondation de notre parti.

Une nouvelle étape doit être franchie à gauche, celle de la coopération. L’union opportuniste au gré des suffrages, masquant souvent des stratégies de parti, doit laisser la place à des coopérations construites, sincères et sur la durée. Nous devons inventer ces nouvelles façons de coopérer qui autoriseront la construction d’un socle commun à gauche. Nos divergences doivent arrêter de servir les égos. Au contraire, elles doivent nourrir la compréhension d’un monde diverse et pluriel, aux multiples enjeux. Nos différences sont une réalité incontournable de la société, elles doivent devenir une richesse, une matière première politique pour construire du commun.

A Brest, ce travail pluriel existe depuis de nombreuses années au sein de notre municipalité. Il est le fruit d’un bilan riche et reconnu. Nous devons le poursuivre et l’élargir, lui trouver de nouveaux équilibres et continuer inlassablement à questionner le sens de notre action. C’est au niveau local que s’inventent et s’expérimentent ces coopérations. Il nous revient de faire monter en maturité cette « démocratie libérale » qui divise la gauche, à force de la mettre en compétition.

A nous de trouver ces nouvelles clés, pour nous, pour tous les citoyens et pour demain. Parce que la gauche n’est belle que dans la coopération.


Des réponses simples pour un monde complexe

190519_Env Inég Part BV PolétiqueComment répondre à des crises multiples, dont les échéances sont de plus en plus proches ?

Comment gagner la confiance, dans un monde de défiance ?

Comment construire ensemble, à partir d'une société fondée sur l'individu et non plus le collectif ?

Telles sont quelques unes des grandes questions de notre époque, auxquels nous avons le plus grand mal a trouver des réponses collectivement. Des questions sur lesquels les gouvernements nationaux se fracassent les uns à la suite des autres. Les réponses acceptables ne peuvent être des juxtapositions de recettes incomplètes qui rapiècent par morceau, une toile déjà très dégradée.

Pour mobiliser, il faut donner du sens : une direction, une signification, une incarnation à ces changements, et ce sens doit prendre en considération l'ensemble des défis sociétaux, les liens qui les relient, tout en sachant les prioriser. Les politiques l'ont tous compris à des degrés divers, réponses environnementales et sociales ne peuvent plus être décorrélées, mais ce sont loin d'être les seules pour arriver à mobiliser.

Tentons de décrire les 5 pôles (et leurs liens) qui doivent être travaillés ensemble, pour transformer en profondeur et durablement notre société.

Lire la suite "Des réponses simples pour un monde complexe" »


De quoi la notoriété est-elle le nom ?

PopulismeLa journée fut joliment égayée par un sondage, commandé par Monsieur Prunier (himself !), sur la notoriété de quelques personnalités politiques brestoises. S’il semble avoir repris des études, Monsieur Prunier ne semble pas avoir suivi de module en sciences politiques !

La notoriété est-elle un bon indicateur pour juger de personnalités politiques ? La notoriété est liée au talent de « se mettre en scène ». Adieu idées, programmes politiques, bonne gestion ou même intérêt pour autrui, nous sommes dans la capacité à se montrer et à être vu et reconnu. Pas certain que cela soit le critère le plus attendu des citoyens vis-à-vis des politiques dans le moment …

Faire de la politique, ce n’est pas chercher la « notoriété », mais l’intérêt général au service des habitants. Il est dommage que notre brillant ex-élu d’opposition brestois n’ait pas encore compris cela et ait préféré comme indicateur pour son joli classement une notion qui n’offre pas de sens.

Finalement, ce classement me va bien. Quand nous en viendrons au bilan, il démontrera qu’il n’est nul besoin de se mettre tout le temps en scène pour produire dans les faits de belles politiques publiques au service des citoyens.

Croire que la politique se joue sur de la notoriété, c’est probablement le degré zéro de la politique. C’est peut-être même la porte d’entrée dans le populisme : ce mal dont la seule ambition est de dépolitiser le peuple !


Ma p’tite contribution au grand débat !

2019-01-27_18h46_18Si je ne suis pas fan des QCM des fiches du Grand débat, je trouve que sur la fiche « Fiscalité et dépenses publiques », il y a un tableau factuel et très pédagogique. Celui qui détaille ce que financent 1000 € de dépenses publiques en France (ici).

Ce tableau montre que près de 60% des dépenses publiques sont en fait des redistributions de la protection sociale : notamment retraites et assurance maladie qui représentent 80% de ces seules dépenses.

Lire la suite "Ma p’tite contribution au grand débat !" »


Gilets Jaunes, ou les révoltés de la nouvelle taxe d'habitation

Arbitre-carton-jauneLes Français commencent à découvrir que derrière les belles promesses électorales du candidat Macron, il va falloir payer l'addition. Le montant global ne va pas baisser, mais ce ne sont clairement plus les mêmes qui vont payer les dépenses de l’Etat. Et le critère de justice sociale n’est clairement pas celui qui mène la politique nationale.

Face au poujadisme dénoncé hier par le Président, nous pourrions facilement opposer la démagogie, voire la tromperie de la mesure phare du candidat Macron sur la suppression de la Taxe d’habitation qui aurait rapporté près de 20 milliards en 2020. Aujourd’hui, le Président élu a bien annoncé la suppression totale, mais a juste oublié de dire comment cela allait se refinancer. D’une façon non dite, la hausse du prix de l’énergie est une des formes de prélèvements compensatoires parmi d’autres.

Lire la suite "Gilets Jaunes, ou les révoltés de la nouvelle taxe d'habitation" »


Nicolas Hulot, retour sur un échec programmé

1151037-hulotDrôle d’oiseau que ce Nicolas Hulot ! A défaut d’avoir impulsé de réelles actions de fond pour l’environnement au sein de ce gouvernement, il aura réussi à marquer les esprits par sa sortie. Une semaine après l’annonce de sa démission en direct sur France Inter, il est intéressant de regarder pourquoi son action n’a pas fonctionné et d’en tirer aussi quelques enseignements.

Je ne me permettrais pas de critiquer la sincérité de l’engagement de Nicolas Hulot. C’est une personnalité engagée qui a ses travers, mais que j’apprécie. Je l’avais dit au début de ce gouvernement, c’était le seul ministre sur lequel quelques espoirs étaient permis. Dans son intervention sur France Inter, je partage une large part de ses inquiétudes et de ses indignations. Mais on a aussi pu sentir l’isolement dont il a souffert et l’incompréhension qu’il a affronté au regard de l’indépassable feuille de route jupitérienne. Je ne crois pas que Nicolas Hulot ait manqué de sincérité dans son engagement, mais de lucidité, certainement.

Une part de son échec tient dans la croyance qu’il a eu de sa capacité à créer un mouvement autour d’une question, certes centrale et essentielle pour notre espèce, mais clairement pas placée au bon niveau des agendas politiques autant qu’individuels. Quand il dit qu’il n’avait personne derrière lui, il n’a pas tort. Est-ce pour autant que le sujet ne concerne pas ? Je ne le crois pas. Mais il a sous-estimé trois conditions de réussites fondamentales. 

Lire la suite "Nicolas Hulot, retour sur un échec programmé" »


Intervention en conseil de Métropole - Contactualisation Macron

2018-06-22_18h38_40Ce soir en Conseil de métropole, nous avons voté sur la contractualisation entre l'Etat et la Métropole de Brest sur des objectifs financiers fixés unilatéralement par l'Etat central. Cette camisole financière n'a rien à envier aux précédentes mesures de restrictions budgétaires ayant permis à l'état de faire baisser le déficit public de 11,5 milliards d'euro. Le dispositif actuel prévoit quant à lui de contraindre les collectivités à hauteur de 13 milliards.

Ce contrat est en fait un marché de dupes puisqu'il ne s'agit aucunement d'une négociation, bien que l'on y fasse croire par une signature forcée des collectivités. Dans les faits, ne pas signer reviendrait à amplifier les sanctions contre nous. Comme je l'ai rappelé en Conseil, "tant qu'à se faire taper sur les doigts, mieux vaut choisir une petite règle qu'une grande règle !" Il n'y a donc pas vraiment de choix, sauf à souhaiter afficher une posture purement politique, mais en faire payer le prix aux habitants de la métropole par une baisse des dotations de l'Etat pour notre territoire.

Ce soi-disant " contrat de confiance " comme l'appelle ses instigateurs est bel et bien une re-centralisation des pouvoirs par le gouvernement actuel. C'est non seulement contre-productif puisque cela laisse croire que l'Etat redresse ses comptes alors qu'il n'en est rien, mais surtout, cela freine l'initiative locale.

 

Lire la suite "Intervention en conseil de Métropole - Contactualisation Macron" »


Suppression de la taxe d’habitation, une mesure de justice fiscale ?

Image 245875695475De nombreux marcheurs crient haut et fort que la suppression de la taxe d’habitation est une mesure de justice fiscale.

Mais est-ce vraiment le cas ?

La taxe d’habitation est considérée depuis des années comme une taxe injuste. En effet, le calcul de cet impôt se base sur des valeurs locatives fixées en 1970. Depuis 50 ans, des quartiers entiers ont muté. Aujourd’hui, des habitants d'immeubles défraîchis des années 1960 payent davantage d’impôts que ceux des centres-villes rénovés. Une réforme juste serait de revoir les bases de cet impôt.

Le Président Macron vient d’annoncer la suppression de la taxe d’habitation à l’horizon de la fin du quinquennat, sous prétexte qu’elle n’était pas juste. Afin de calmer les collectivités, il leur propose un remboursement par l’Etat des recettes non-perçues de l’impôt supprimé.

La réforme du gouvernement est-elle une réforme juste pour autant ?

Non, et pour au moins trois raisons.

  1. C’est une réforme qui grave dans le marbre les inégalités fiscales entre communes. Les communes comme Brest avec un potentiel fiscal faible auront une compensation plus faible (ramenée au nombre d’habitants) que les communes riches.
  2. C’est une réforme qui récompense les collectivités les moins vertueuses en matière de maîtrise de leur fiscalité (et donc de leurs dépenses publiques, cela va souvent avec). Comme Brest, les communes qui n’ont pas augmenté leurs impôts depuis des années percevront moins que celles qui ont fortement augmenté leurs impôts ces dernières années.
  3. C’est une réforme qui réduit une fois de plus l’autonomie des collectivités territoriales puisqu’elles ne disposeront plus d’une recette directe, mais d’une dotation supplémentaire. Ces dotation que les gouvernements successifs considèrent comme des charges et qu’ils rognent année après année pour faire baisser les déficits publics nationaux.

Enfin, le Président assure que cette mesure de son programme sera sans impact sur les budgets des collectivités publiques puisqu’il propose de la compenser. On peut voir cela très différemment.

La loi de finances 2018 exigent des budgets des 340 plus grandes collectivités de faire baisser de 13 milliards d’euros le déficit public national sur le mandat. Or la suppression de la taxe d’habitation devrait coûter plus de 10 milliards d’euro à l’Etat en compensation vers les collectivités.

Une autre lecture possible pourrait être que l’Etat compense de 10 milliards d’euro d’un coté, en demandant de réduire les dépenses de 13 milliard d’euro de l’autre. Finalement, les collectivités font plus que se payer cette suppression de la taxe d’habitation.

Loin d’être une réforme juste comme martelé par les élus marcheurs, la suppression de la taxe d’habitation proposée par le candidat Macron dans son programme fut d’abord une mesure populiste électoraliste. Elle devient aujourd’hui une mesure injuste, consolidant les inégalités entre les territoires et limitant encore un peu plus leur autonomie vis-à-vis d’un pouvoir toujours plus centralisé.


Contractualisation financière : un discours en trompe l’œil

Capture 36Jeudi 5 avril dernier avaient lieu à Dijon les journées de France Urbaine. Un grand nombre de collectivités étaient présentes pour échanger sur les enjeux qui se posent à elles.

Lors de la plénière d’ouverture, le Premier Ministre est intervenu pour parler d’un sujet qui lui tient à cœur : la contractualisation financière des collectivités. Il est intéressant de décrypter ce qui a été dit et de constater comment le discours tenu est totalement en trompe-l’œil, par rapport à la réalité des faits.

Ce que le premier Ministre Edouard Philippe a dit lors de ces rencontres s’est articulé autour de trois points :

  1. Les gouvernements Sarkozy et Hollande ont réduit les déficits publics en ponctionnant autoritairement les dotations aux collectivités.
  2. Le nouveau gouvernement maintiendra les dotations des collectivités.
  3. Une contractualisation sera négociée entre l’Etat (au travers des Préfets) et les collectivités, pour maintenir une hausse des budgets de fonctionnement en dessous de +1,2 %, sous peine de sanctions sur leurs dotations.

Conclusion à comprendre : le gouvernement n’impose rien, il maintient les moyens des collectivités et négocie avec elles.

Pourquoi est-ce un beau tour de passe-passe ?

Lire la suite "Contractualisation financière : un discours en trompe l’œil " »


Pour moi, ce sera Olivier Faure !

Bf5a59689c979fa65542a98b0023cDepuis le début des échanges sur notre prochain congrès, j’écoute, je lis et je cherche à décrypter les besoins et les envies pour ce qui sera une phase de reconstruction de notre parti.

Je crois dans le besoin de renouvellement, mais aussi dans la nécessité de travail sur les idées et notre capacité à intégrer les enjeux de ce nouveau siècle dans un socialisme modernisé, plus en phase avec notre époque. Ainsi, je suis heureux de voir que tous les candidats adhèrent aujourd’hui à la nécessité de prise en compte de l’écologie, autant qu’aux inégalités puisqu’au final, les deux sont liés.

Je suis aussi content de lire la nécessité d’un travail d’ouverture de notre parti vers les citoyens, non plus seulement pour faire des adhésions et se compter, mais bien pour jouer notre rôle de facilitation des initiatives, de partage des idées et de la compréhension du monde. Ce n’est qu’en travaillant nos idées avec et pour les citoyens que nous retrouverons le chemin de la réussite aux élections. Notre chemin ne sera pas celui du populisme, de droite, de gauche ou du centre, mais de l’émergence d’une nouvelle alternative transformatrice, vraiment en phase avec les attentes de la population.

Tout cela, on le retrouve dans les candidatures des quatre candidats au prochain congrès, mais je crois aussi, comme je l’ai souvent dit ici, que la méthode compte autant que le fond. C’est aussi ce qui me fait pencher aujourd’hui vers la candidature d’Olivier Faure pour le poste de premier secrétaire.

J’aime sa capacité à ne pas s’arrêter aux clans et aux idées. Les bonnes idées n’ont souvent pas de courant. Il faut les saisir et savoir les travailler d’où qu’elles viennent. J’apprécie qu’il se définisse lui-même comme « l'unique enfant de François Hollande et Martine Aubry », pour avoir longuement travaillé avec chacun de ceux que l'on affichait encore il y a peu, comme les tenants de deux gauches irréconciliables.

J’aime sa capacité à faire travailler ensemble. Boris Vallaud disait de lui : « C'est un bon président de groupe qui crée du collectif, de la discussion, de la cohésion. Il fait confiance. On est un groupe où les gens ont plaisir à être ensemble. » Jean Marc Ayrault soulignait son côté « loyal et sincère, […] à l'écoute avec le sourire, mais avec de la fermeté et du caractère. » Il me semble que ces qualités sont des prérequis pour créer du commun et de l'adhésion.

Il l’exprime d’ailleurs lui-même récemment dans la presse (ici) : « Depuis que je suis président [de groupe à l’Assemblée depuis un an], la délibération est collective, tous les talents peuvent s’exprimer, toutes les compétences sont valorisées. Il n’est plus question d’écarter les meilleurs parce qu’ils font de l’ombre. Voilà ma méthode, c’est celle que j’appliquerai au Parti socialiste. […] Le PS doit devenir un parti plateforme ouvert à tous sans limitation, militants, citoyens, intellectuels et acteurs du mouvement social. Je veux construire un laboratoire collectif, un incubateur d’idées, une fabrique d’expérimentations. »

Enfin, j’apprécie qu’il ne se soit pas précipité à se porter candidat et qu’il ait eu l’intention en premier lieu de soutenir la candidature de Najat Vallaud-Belkacem, avant qu’elle refuse elle-même de se présenter. J’apprécie depuis les soutiens qu’il a pu recevoir qui me semblent aussi porteur d’espoir dans la reconstruction de notre formation politique : de Martine Aubry à Nathalie Appéré, en passant par Johanna Rolland, Valérie Rabault ou même Isabelle This Saint Jean, dont j’avais beaucoup apprécié les échanges lors de son passage à Brest.

Pour ces multiples raisons qui font sens à mes yeux, je choisis aujourd’hui de soutenir la candidature d’Olivier Faure pour prendre la tête de notre parti, à l’issue de notre prochain congrès à Aubervilliers.

-

Plus d'info à retrouver sur le Blog d'Olivier Faure ou sa page Facebook


Règlement intérieur des Conseils : tripatouillage ou clarification ?

RICette semaine ne fut pas de tout repos pour le Règlement intérieur du Conseil de métropole. Une délibération est prévue au prochain conseil pour préciser la notion de Groupe politique, avec pour objectif initial de maintenir les équilibres existants. Suite à une erreur d’écriture de la délibération et malgré la proposition de revenir dessus, l’opposition s’en est largement offusquée. Quelques explications s‘imposent, car si l’angle choisit est de faire croire à un tripatouillage politique, on peut tout aussi prendre celui de la bonne gestion de l’argent public.

Contrairement à d’autres villes ou agglos qui ont déjà arbitrées cette question à des regroupements de 5 à 10 élus, notre règlement intérieur ne dit rien aujourd’hui de ce qu’est un « Groupe politique » dans nos conseils, Ville et Métropole de Brest. Historiquement, nous étions plutôt habitués à des oppositions structurées. Il y avait donc deux blocs, entre le Groupe de la majorité et celui de l’opposition. Il n’y avait pas de débat sur cette question et le règlement intérieur suffisait en l’état.

Force est de constater que si le Groupe de la majorité reste unitaire, l’opposition s’émiette. Alors qu’elle était partie sur une seule liste, la droite brestoise s’est rapidement divisée après les élections. Nous avons ensuite vu partir Mme Le Goïc dans l’opposition. Puis plus récemment, est venu le tour de deux élus Marcheurs de passer dans l’opposition. Cette situation pour le moins inattendue et nouvelle lors de ce mandat pose alors une question : devons-nous considérer tout binôme d’élus qui se scinde d’un Groupe constitué comme un nouveau Groupe politique ? Ou alors faut-il, comme dans d’autres assemblées, avoir atteint une taille donnée pour être qualifié comme un Groupe politique ?

Lire la suite "Règlement intérieur des Conseils : tripatouillage ou clarification ?" »


Démographie, une brève histoire du temps et des territoires

DemographieLes chiffres du recensement de la population arrivent chaque année entre le sapin de noël et le réveillon du nouvel an. Le traitement qui en est fait se résume souvent à une classification des communes, entre celles qui perdent et celles qui gagnent, sans vraiment chercher à comprendre les mécanismes en jeux et surtout les dynamiques à l’œuvre. C’est dommage, parce que l’analyse de la démographie nous apprend beaucoup sur notre territoire, notre histoire et notre société. Encore faut-il prendre la bonne distance et un peu de temps pour décrypter ces chiffres qui tombent chaque année. Alors, allons-y ! Regardons ensemble ce que nous racontent ces chiffres, à la fois sur notre passé, notre présent et notre avenir.

Pour comprendre, il faut d’abord prendre conscience que les chiffres de la démographie, à Brest comme ailleurs, doivent se lire à l’horizon de deux fractures majeures de notre histoire : la première et la seconde guerre mondiale. Dans notre monde qui avance à toute vitesse, nous oublions souvent que notre société reste encore très fortement impactée par ces deux guerres. L’analyse structurelle de la démographie doit donc encore se lire au travers de l’onde de choc que furent ces deux conflits du XXème siècle.

Lire la suite "Démographie, une brève histoire du temps et des territoires" »


20 ans de syndicalisme !

2017-11-27_22h00_38Le 25 novembre 1997, je fus élu pour la première fois comme élu titulaire au CE. J’étais alors le seul élu de mon syndicat de l’entreprise, le SNEPIE. Vingt années ont passée et j’ai beaucoup appris grâce au syndicalisme. Il y a 12 ans, je suis devenu Délégué syndical central (DSC) alors que l’entreprise engageait un plan social. Puis, pour la 4ème fois l’année passée, j’ai été élu Secrétaire de mon CE.

Le syndicalisme et la politique sont deux mondes séparés et c’est mieux ainsi. Bien que pratiquant les deux en même temps depuis le début, j’ai toujours fait attention à ne jamais mélanger ces deux fonctions qui agissent dans des sphères d’influences différentes. Pour autant, j’ai toujours considéré que le syndicalisme était une forme de « politique appliquée » au monde de l’entreprise. Comme la société, l’entreprise est un lieu où se jouent des relations individuelles, avec des règles particulières et une économie globale. Après toutes ces années, je peux assurer que le syndicalisme est assurément une très bonne école de la politique !

Lire la suite "20 ans de syndicalisme !" »


Liberté, Egalité, Fraternité, un nouveau cap pour la gauche

Img_0648Notre devise républicaine est inscrite partout dans la cité, mais fait-elle partie de notre pensée politique comme elle le devrait ? Ces trois mots continuent à nous questionner, car ils recèlent encore bien des réponses aux maux d’aujourd’hui.

DE LA REVOLUTION FRANÇAISE …

Issue de la pensée des Lumières au moment de la révolution française, notre devise est probablement à replacer dans son contexte. Loin d’être un programme politique, elle est le socle de ce qui est apparu à nos ancêtres (révolutionnaires) comme les valeurs nécessaires pour sortir d’une domination politique. La révolution française de la fin du XVIIIème siècle est l’expression de la contestation du pouvoir royal, d’une « monarchie absolue de droit divin » ayant institué une hiérarchie du pouvoir sur le peuple, par le biais de la noblesse et du clergé. Notre devise républicaine est à reprendre dans ce contexte et à lire comme une boussole pour s’extraire de toute forme de domination dans l’exercice d’un pouvoir.

Les termes de liberté, d’égalité et de fraternité peuvent aussi être lus de deux façons différentes. Ils sont tout à la fois l’expression de trois valeurs essentielles prises séparément, mais aussi un chemin, un cap pour fonder une société en dehors d’un pouvoir autoritaire et arbitraire.

On a eu tendance à cliver ces trois termes dans des débats politiques, comme s’ils abritaient en leur cœur une forme d’incompatibilité. Liberté et égalité devenant en quelque sorte chacun les portes étendards des deux bords politiques. La droite affirmant plutôt la primauté de la Liberté, quand la gauche s’attachait à revendiquer l’impératif d’Egalité. La Fraternité, moins facilement discernable dans les débats, apparait comme plus abstraite et moins objectivable. La connotation chrétienne du terme Fraternité l’aura aussi probablement desservi dans les temps de tension entre pouvoir religieux et pouvoir politique.

Près de 230 ans après la prise de la Bastille, que peuvent nous dire encore ces trois mots sur le chemin d’une meilleure gouvernance politique ? Sommes-nous encore sur la route fixée par nos ancêtres, où avons-nous déviée ? Avons-nous bien pris toute la mesure du message de ces trois valeurs signifient aujourd’hui ?

Lire la suite "Liberté, Egalité, Fraternité, un nouveau cap pour la gauche" »


Quelques explications pour un Conseil

Hier, avec quelques camarades ayant des responsabilités au Parti socialiste, nous avons pris l’initiative d’inviter les membres de notre Conseil fédéral à se réunir lundi soir prochain, lors d’un Conseil fédéral extraordinaire. Cette initiative qui relève normalement de notre Premier secrétaire ne manquera pas de susciter quelques questions, voire l’accusation de prise de pouvoir par la force. Il n’en est rien. Mais quelques explications s’imposent.

Tout d’abord, il faut couper cours à toute volonté de prise de pouvoir. Pour ma part, je ne suis candidat à rien en dehors des responsabilités que j’ai déjà au Parti. Je crois les autres signataires de cet appel sont dans le même état d’esprit. L’interpellation que nous faisons est une question de méthode avant d’être une question de personne.

La motivation de cette invitation est clairement une réponse aux demandes formulées par nos camarades militants de pouvoir se réunir et échanger sur une échéance importante qui est l’élection d’un nouveau Premier secrétaire pour notre fédération. En tant que responsables, nous partageons aussi cette attente et ce besoin de discussion, de dialogue entre nous, avant de relancer des échéances électorales. Tout cela est assez logique dans un parti, discuter, débattre, converger, cela prend du temps, mais c’est un temps nécessaire qui permet ensuite que cela se passe mieux.

Mais c’est la forme de notre action qui risque d’être critiquée. Puisque qu’il y a désaccord de méthode, c’est bien la méthode qu’il faut interroger.

Lorsqu’il y a désaccord et difficulté à converger, je crois qu’il faut toujours s’en remettre aux fondements qui font sens dans toute organisation. En l’occurrence, dans un parti comme dans une association, il s’agit des statuts. Ils sont écrits à des moments où la tension est moindre. Ils ne manquent pas d’être longuement discutés lors des congrès. Ils rappellent le cadre de notre action et de nos fonctionnements. Allons donc voir ce que disent nos statuts, qu’ils soient nationaux ou fédéraux d’ailleurs.

Les deux premiers principes fondamentaux que l’on va y retrouver et qui font écho à la situation d’aujourd’hui sont les principes de la liberté d’expression des militants et aussi de la loyauté au parti. Un parti est avant tout un lieu d’expression, il est normal que chaque adhérents ait la possibilité de s’exprimer, puisse faire entendre et partager son avis. Nos instances sont là pour cela. Il ne s’agit pas de les réunir quand il n’y a rien à dire et de ne pas le faire lors d’événements importants et structurants. Par ailleurs, il est bon de rappeler que notre parti pose clairement la non-appartenance à d’autres partis ou mouvements politiques. Dans cette période un peu confuse, il est bon de le rappeler. Chacun est libre de rester ou de partir, mais il doit exister une forme de loyauté qui est le socle de la confiance entre nous, minimum essentiel au travail ensemble. Pour discuter avec intelligence de sujets complexes et souvent avec de nombreuses divergences, il faut un cadre apaisé où les personnes se respectent et font preuve de bienveillance. Quand on est dans un parti, on réfléchit et travaille dans le parti auquel on appartient, pas pour celui d’à coté. Que mon propos ne soit pas interprété comme du sectarisme primaire, c’est exactement pareil dans une équipe de foot ! Dans les activités qui se ponctuent par des compétitions, qu’elles soient sportives ou électives, le jeu d’équipe veut que l’on respecte certaines règles. Cela ne nuit ni à la qualité de l’équipe, ni au jeu de celle-ci, bien au contraire.

Sur notre fonctionnement en fédérations, le principe statutaire important est la primauté du Conseil dans la direction du parti au niveau départemental. C’est le Conseil fédéral qui assure la direction du parti. Entre deux réunions du Conseil, c’est le bureau Fédéral qui gère les urgences dans la direction du parti. Ces deux instances de direction sont présidées par un Premier secrétaire. Ces deux instances ont le pouvoir de direction car elles sont des émanations démocratiques des résultats du congrès précédents. Les rapports de force entre courants de pensée y sont représentés à l’image du vote des militants. Par contre, le Secrétariat fédéral (que l’on confond souvent avec le Bureau) est quant à lui établit sur une liste proposée par le Premier secrétaire. Il correspond à ce que l’on appelle l’exécutif de la fédération : il exécute les décisions prises par le Conseil ou le Bureau. Il n’a de pouvoir autre que celui qui lui est délégué par le Conseil.

Dans le cas d’école qui nous concerne aujourd’hui, la démission du premier secrétaire, comme les modalités d’élection d’un nouveau secrétaire ont été décidées à huis-clos en Secrétariat fédéral. Les membres du Conseil, comme les militants, ont découvert dans la presse la démission, la date très proche de fin de dépôt des candidatures et celle de l’élection, sans parler d’un déjà potentiel nom pour la succession. Ce n’est pas banal ! Si nous étions dans un comité d’entreprise, nous nommerions cela un « délit d’entrave ».

Ce que disent les statuts est très clair. En cas de vacance du poste de Premier secrétaire, ce qui sera le cas fin septembre d’après le courrier reçu de notre Premier secrétaire en place, il faut élire un successeur dans un délai de trois mois. On voit donc mal l’intérêt d’un empressement. Statutairement, il existe déjà une collégialité élargie pour la direction : le Conseil fédéral et une collégialité resserrée : le Bureau fédéral.

Pour finir, malgré de nombreuses relances, la demande répétée de plusieurs camarades de mise en place d’un Conseil fédéral avant l’élection est restée lettre morte auprès du Premier secrétaire actuel. De nombreux articles ont fuité dans la presse, donnant une image désolante du fonctionnement de notre parti. L’absence de l’ouverture d’une instance de débat en est la principale cause. Il nous a semblé nécessaire de prendre les devants et d’y remédier.

En la matière, nos statuts ne donnent pas la prérogative unique au Premier fédéral pour convoquer un Conseil fédéral. Rien ne vient contredire le fait que plusieurs membres puissent organiser la mise en place d’un Conseil, pour peu qu’il y ait un ordre du jour. C’est ce que nous avons fait et rien de plus. Libre maintenant aux membres du Conseil de prendre acte de la démission du Premier fédéral, puis de partager pour définir ensemble la direction que nous souhaitons pour notre parti en matière de réélection d’un premier fédéral. Je ne doute pas qu’il y aura des débats, mais c’est bien ce qui fait la richesse de notre parti.

Voilà, j’ai pour habitude d’expliquer les choix que je fais et ce qui me conduit à les faire. Ce texte n’engage que moi et chacun des autres signataires est libre de s’en affranchir. Mais loin des caricatures qui ne manqueront pas d’être faites, je souhaitais que le sens de cette démarche soit celui qui fasse débat, s’il y a.

Ci-dessous l’analyse mise dans l'invitation en Conseil fédéral extraordinaire sur l’analyse des statuts, et qui reprend plus formellement ce qui est au-dessus.

Lire la suite "Quelques explications pour un Conseil" »


Sept nuances de gauches

170724_Dessin 7 nuances de gauchesSuite aux dernières élections, il devient complexe de comprendre la gauche ou plus exactement, les gauches. Il est cependant possible de définir une grille de lecture sur ce qui fonde ces gauches aujourd’hui. Cette grille de lecture peut aussi donner un axe de réflexion sur la place du parti socialiste dans cette nouvelle géographie.

Jean-Baptiste de Foucauld apporte une première clé de lecture sur les moteurs de la gauche : « les trois cultures politiques qui permettent le développement humain : la résistance, la régulation et l’utopie. »

LES TROIS CULTURES POLITIQUES HISTORIQUES DE LA GAUCHE

Ces trois cultures ont structurés la gauche depuis fort longtemps. Elles se retrouvent d’ailleurs assez lisiblement lors des motions de nos congrès. La culture de la résistance est la culture historique de la gauche. Fondée sur les luttes, le syndicalisme, la gauche de combat, elle est celle dans laquelle se retrouve encore « la gauche de la gauche » et dans laquelle le mouvement des frondeurs puise ses racines et sa légitimité. La culture de la régulation est celle de la gauche au pouvoir. Une gauche qui négocie, qui adapte, qui arbitre. C’est la gauche des compromis, mais c’est aussi la gauche qui travaille le réel. La culture de l’utopie est ancienne à gauche, ainsi parle-t-on du « socialisme utopique » au début du XIXème. C’est la culture de l’imaginaire attendu, de l’idéal, mais aussi des visons réformatrices profondes de la société. Ces dernières années, elle a plutôt été soutenue par les mouvements écologistes de la gauche, mais aussi par des mouvements s’affirmant comme tels, à l’image d’Utopia.

Ces trois cultures se conjuguent et s’associent plus ou moins en fonction des sujets et des personnalités. Ce mélange des gauches est parfaitement exprimé par la citation bien connue de Jean Jaurès : « Le courage, c’est d’aller de l’idéal et de comprendre le réel. » Plus récemment, la dimension utopique de l’écologie est ainsi passée dans les deux autres cultures avec plus ou moins de succès. Bien intégrée dans les éléments de langage, l’écologie fut malgré tout relayée au second plan dans les pratiques réelles. En France, l’existence d’une « écologie politique » ayant préempté le sujet dès le départ a probablement un lien avec l’appropriation plus lente des autres partis.

Ces trois axes permettent de comprendre les trois couleurs primaires de la gauche ainsi que les compositions qui en découlent. Cependant, ce prisme semble avoir explosé lors de la dernière séquence électorale. Il n’en est rien. Mais pour comprendre, il faut amener une nouvelle dimension à cette lecture de la gauche, celle du modèle de gouvernance.

Lire la suite "Sept nuances de gauches" »


Loi d'habilitation : un travail bâclé

ImageDès le début de son mandat, Emmanuel Macron met en place la mesure phare du programme de JF Copé en réformant par ordonnances pendant l’été suivant son élection. Au travers de la loi d’habilitation nous ne pouvons qu'observer avec impuissance les contours de la réforme du travail que le gouvernement déroulera pendant la période de repos estival.

La méthode n'est pas sans rappeler les plans de licenciements fait durant l'été et pour lesquels les salariés se retrouvent bloqués devant les portes en revenant de leur repos annuel. Bien qu'autorisé par la loi, cette méthode et la période choisie est en soi une faute lourde de la part du gouvernement. Nous pouvions l'attendre des plus réac de Les Républicains, c'est finalement de Les Républicains En Marche que cela vient. Comme je le lis dans la nombreuse littérature syndicale que je reçois ces derniers jours sur ce sujet, la rentrée risque bien d'être caniculaire sur le plan social !

En tant que délégué syndical central et secrétaire d’un CE de mon entreprise, c’est aussi avec une grande vigilance que je regarde cette loi qui mélange des avancées positives, des modifications mineures, mais aussi des modifications majeures qui affaiblissent fortement le rapport de force entre les Représentants des salariés et leur Direction.

Il me semble qu'un point majeur concerne la fusion des instances de représentation du personnel. Des espaces de dialogue social qui sont le cœur opérationnel de l'expression des salariés dans l’entreprise.

« Le projet d’habilitation prévoit la fusion en une seule instance des délégués du personnel, du comité d’entreprise et du CHSCT. Cette instance pourrait en outre, sous conditions, négocier des conventions et accords d’entreprise ou d’établissement. […] Le projet prévoit la possibilité de limiter le nombre maximal de mandats électifs successifs. » Extrait Social Pratique du 10/7/17

La volonté initial de ces trois instances est justement de séparer les sujets pour éviter aux élus de tout faire … et donc de ne rien faire à la fin.

Lire la suite "Loi d'habilitation : un travail bâclé" »


Le Parti Socialiste est mort. Vive le Parti Socialiste !

D'après les analystes, les commentateurs ou même certains responsables de notre parti un peu déroutés par les évènements, le Parti Socialisme serait mort. C'est probablement aller un peu vite en besogne. La victoire d'En Marche est une victoire en trompe l'œil, pour au moins trois raisons.

La première est que le parti En Marche a bénéficié d'une OPA médiatique du fait de sa nouveauté et de la personnalité d'Emmanuel Macron, décrite comme la seule alternative aux « vieux partis » et dans un second temps, au Front National. Dans les faits, ce discours seulement porté par de la nouveauté à venir est assez peu ancré sur des propositions concrètes dans l'esprit des électeurs. Il s'évaporera très rapidement avec le temps et l'exercice réel du pouvoir.

La seconde raison est qu'il s'agit d'un vote majoritaire qui concentre mécaniquement le pouvoir dans le parti arrivé en premier. La réalité des votes ne témoigne pas d’une adhésion, mais plutôt d'une fragmentation de l'électorat ayant voté et surtout une large abstention. Cette dernière traduit un manque de confiance vis-à-vis de toutes les propositions, y compris celles d'En Marche.

La dernière raison est que le parti En Marche s'est construit pour une large part sur de la croissance externe, prise sur les partis existants (plus de 45%). Pour gagner, près de la moitié des candidats En Marche ont été pris sur les effectifs des « vieux partis ». Un nombre significatifs des futurs élus de la majorité présidentielle sont donc bien des ex-membres du Parti Socialiste (33% des candidats ayant déjà été élus viennent des rangs du PS1). Preuve que le Parti Socialiste est bien encore une machine productive en matière de renouvellement !

Ces trois constats pour exprimer que l’avenir du Parti Socialiste n’est pas joué, et qu’il ne faut pas le caricaturer aux seules postures parisiennes. Par ailleurs, il ne faut pas continuer à surjouer la réalité du parti En Marche, dont il faut sonder objectivement la nature, quelques mois seulement après sa formation.

 

Lire la suite "Le Parti Socialiste est mort. Vive le Parti Socialiste !" »


Lendemain d’élection

240_F_145773572_68Pd6NiSW5yG3bMqwgk0BdvIWKEhC3g9Les lendemains d’élections provoquent souvent des états schizophrène à tendance bipolaire. On s’invente des victoires sans partage et des défaites sans excuses. Il faut cependant garder la tête froide et savoir prendre de la distance face à ce qui n’est qu’une somme de bulletins dans des urnes. Nous nous racontons des histoires, nous cherchons à nous faire peur et faisons semblant de ne pas comprendre, alors que le message des français est souvent limpide et généralement assez logique lorsqu’on le prend ainsi sur l’ensemble.

Cette dramatisation de l’élection n’est pas directement en lien avec le fait politique, mais la dureté du processus électoral qui procède par élimination brutale des autres candidats, y compris des sortants.

On le voit ici dans les faits, les français qui ont votés n’ont pas tranché sur des personnes, mais on répondu à l’appel d’un Président fraîchement élu : « Donnez-moi une majorité ! » Peu importe le bilan, le travail des sortants, cela ne semble pas avoir été jugé.

Ce processus de désignation est clairement une façon efficace et rapide de trancher. Mais il laisse des traces pour les sortants autant que pour les rentrants qui intègrent très rapidement ce qui peut leur arriver. Les jeunes élus d’aujourd’hui n’étant que de vieux élus en devenir !

La façon de désigner nos élus et surtout la façon brutale de les sortir est probablement un aspect de la démocratie qu’il nous faut encore travailler. Au-delà des désaccords politiques et des querelles individuelles, la très grande majorité des sortants n’ont pas démérité. Ils ont travaillé pour notre pays, donner de leur temps pour aider les autres et trouver des solutions avec les moyens dont ils disposaient, souvent sans compter, au dépend de leur vie familiale et de leur vie professionnelle. Je crois que c’est important de le reconnaître et de le dire.

Les idées ne valent que si elles s’incarnent dans des actes. Les élections ne doivent pas devenir des jeux de cirques romains, sorte de catharsis cathodique moderne afin de désigner des boucs émissaires à nos problèmes, sans en régler aucun. Sinon, ce ne seront pas des élus que nous aurons, mais des armées de gladiateurs se préparant à leur prochain combat !

Au contraire du climat de défiance qui préexiste aujourd’hui, je crois que nous irons mieux lorsque nous respecterons nos élus pour ce qu’ils sont et ce qu’ils font pour nous. Je ne crois pas au sauveur mais à une société qui fait ses choix en conscience (et pas seulement en élisant ses élus d’ailleurs) et qui les respecte.


Votons Emmanuel Macron !

2017-05-02_20h57_31Alors qu’en 2002 la réponse fut tranchée sans ambiguïté entre Jacques Chirac et Jean-Marie Le Pen, il semble aujourd’hui que les français rechignent à vouloir se décider et arbitrer entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Ce serait un acte manqué que nous pourrions longtemps regretter.

Le second tour d’une élection n’est pas un « premier tour bis », où l’offre disponible pourrait correspondre à ses propres choix. La stratégie du second tour n’a jamais été celle du premier, à cette élection comme aux précédentes. C’est le principe d’une élection démocratique à deux tours que de réduire les choix, pour converger sur un seul nom.

Aujourd’hui, il nous reste donc deux choix, que certains caricature comme étant les mêmes. C’est faux. Il s’agit d’un discours de campagne de premier tour, poussé par l’extrême gauche, mais en aucun cas une réalité. Emmanuel Macron reste un candidat du centre (l’avenir dira s’il est de centre droit ou de centre gauche), quand Marine Le Pen reste clairement une candidate d’extrême droite. Faire croire que les deux feraient ou mèneraient à la même politique, c’est clairement faire le jeu de l’extrême droite … mais aussi de l’extrême gauche qui se verrait bien en alternative à l’extrême droite.

Emmanuel Macron a clairement déstabilisé le jeu politique et les partis historiques. On peut le lui reprocher et lui en vouloir pour cela, mais ce rejet d’un clivage historique droite-gauche n’est pas nouveau et vient d’être sanctionné par le vote. L’avenir dira si cette vision est pérenne ou pas, mais on ne peut nier qu’elle répondait à une attente des français. De la même façon, on peut lui reprocher un discours vide, mais n’oublions pas que nous avons passé un mandat à critiquer un discours volontariste qui n’a pas été tenu, notamment parce que les conditions ne le permettaient pas. Emmanuel Macron n’en est pas moins un républicain et un centriste, qui partage avec nous un socle essentiel de valeurs républicaines et de modalités de fonctionnement de notre démocratie.

Nous aurons avec lui des divergences sur les politiques économiques et sociales, mais un Président républicain respecte les instances démocratiques et nous auront alors notre mot à dire. Les législatives à venir seront un temps pour apporter ces nuances et ces contre-pouvoirs. C’est cela la démocratie telle que nous la concevons.

A l’opposé, Marine Le Pen a une vision autoritaire et enfermante de la démocratie. Comme cela est très bien expliqué dans un article du Monde de ce weekend (ici), elle prônera une « démocratie illibérale », une démocratie centralisatrice et arbitraire, qui s’attache à couper les liens avec les instances représentatives, les contre-pouvoirs, pour gouverner de la façon la plus directe et la plus populiste, en manipulant les peurs, en créant des tensions entre populations et en repliant la France sur elle-même. Nous ne sommes clairement plus sur le même registre, nous ne sommes clairement plus dans le même régime.

Lire la suite "Votons Emmanuel Macron !" »


Et si c’était Vincent Peillon ?

Vincent-peillon-candidat-a-la-primaire-de-la-gauche-le-3-janvier-2017-a-paris_5773735Au delà du programme que vous pouvez retrouver sur le site vp2017.fr, il est intéressant de regarder les dynamiques à l’œuvre dans l’opinion publique. On le sait, lors des derniers événements politiques, ce ne sont pas les sondages qui ont prédits le mieux le résultat final, mais les flux de discussion autour des candidats sur internet. Regardons cela de plus près sur les trois derniers jours (c.à.d la journée du 1er débat, la veille et le lendemain).

Alors qu’il est parti largement en retard par rapport à ses concurrents à la primaire de la gauche et qu'il peut compter de ce fait sur un soutient de personnalités politiques et de militants bien moins large, Vincent Peillon bénéficie du plus grand nombre de citations sur internet sur ces trois derniers jours : 37.1K (en millier de citations). Vient ensuite Manuel Valls avec 32.5K, Benoit Hamon avec 27.4K, puis enfin Arnaud Montebourg avec 17.8K.

Mais citation ne veut pas dire forcément adhésion ou soutien, loin s’en faut !

L’analyse des propos positifs dans ces flux est donc aussi intéressante. Ainsi, on retrouve la même shortlist, mais en nombre de citations positives cette fois : Vincent Peillon : 8.2K, Manuel Valls : 7.2K, Benoit Hamon : 6.7K et Arnaud Montebourg : 3.8K.

Enfin, dernier élément d’analyse, les oppositions. Car une élection, c’est autant stimuler des soutiens que d’éviter de se créer des oppositions (les dernières présidentielles se sont d’ailleurs plus jouées sur des oppositions que sur des adhésions pour les candidats en liste). Pas vraiment de surprise, si on additionne les plus et les moins en termes de pourcentages de citations positives et citations négatives, les deux candidats les plus clivants Manuel Valls et Benoit Hamon n’ont plus que respectivement 1% et 3% d’expressions favorables quand Vincent Peillon et Arnaud Montebourg ont tous les deux 7% chacun.

Il est bien-sur trop tôt pour conclure et les prochains débats seront riches en expressions et en positionnements des candidats. Toutefois ces résultats d’analyses des flux sur internet témoignent d’une bien autre réalité que celle données par les sondages sortis à l’issue du premier débat. Sur cette base et à ce stade, on peut affirmer que Vincent Peillon est le candidat qui fait le plus parler de lui, notamment sur des expressions positives et qu’il est celui aussi qui clive le moins et est donc le mieux à même à rassembler la gauche.

Voilà de bons arguments pour s’intéresser à lui !

http://www.vp2017.fr/

http://www.facebook.com/29avecPeillon/

@29avecPeillon

-

Données recueillies sur www.pop2017.fr. Chiffres exprimés en millier de citations sur internet au cours des journées 11, 12 et 13 janvier 2017.


Les primaires sont-elles un bien pour la démocratie ?

Primaire vs démocratieLes primaires à gauche comme à droite sont globalement bien perçues. Leur taux de participation laisse à penser qu’elles sont plébiscitées par la population, en contraste avec des partis dont les effectifs ne font que décroître. S’agissant d’un vote de la population, elles apparaissent comme un acte de démocratie directe permettant de donner plus la parole à tous les citoyens. Toutes ces considérations peuvent s’entendre, mais n’est-ce pas regarder la primaire par le petit bout de la lorgnette ? Analyse.

Lors des premières primaires de la gauche en 2011, j’avoue avoir été plutôt favorable. Les arguments m’avaient convaincu qu’une plus grande ouverture sur les citoyens permettrait à plus de monde de participer aux choix politiques. Force est de constater que cette réalité est largement contrebalancée par d’autres phénomènes, qui me semblent bien moins probants vis-à-vis de l’idéal démocratique.

Les primaires produisent-elles des dirigeants faibles ?

Le premier point est probablement la question du « produit de sortie » de la primaire. Si on s’arrête au fait que la primaire doit désigner un candidat, alors l’objectif est pleinement atteint. Mais l’élection n’est pas une fin en soi. Elle n’est qu’une étape dans l’exercice du pouvoir et c’est là que le bât blesse.

Suite aux premières primaires citoyennes de 2011, qui ont vu la désignation de François Hollande à plus de 56% des votes, peut-on dire qu’elles aient permis ensuite au candidat de s’imposer et de gouverner comme nous le souhaitions ? Pas vraiment… Au-delà d’une droite sortante qui s’est positionnée dans une accusation d’illégitimité à gouverner du Président élu, il y a aussi eu une très forte opposition à gauche, y compris dans les rangs de ceux ayant participé à la primaire. Ainsi, nous sommes en droit de nous demander si les frondeurs sont le produit des politiques mises en place ou tout simplement l’opposition persistante d’un courant plus à gauche, battu de la primaire en 2011, mais qui prépare le coup d’après. Arnaud Montebourg et quelques autres sont-ils réellement sortis de la logique de la primaire durant ce mandat ? Je n’en suis pas sûr.

Lire la suite "Les primaires sont-elles un bien pour la démocratie ?" »


Esprit métropolitain ou esprit de clocher ?

Brest métropoleLa communauté urbaine de Brest n’est pas devenue métropole parce qu’elle est importante en nombre, mais parce qu’elle est grande. Elle l’est à deux titres. Le premier est son périmètre d’influence : un territoire de 400 000 habitants. Le second est son niveau de maturité et d’intégration de ses politiques.

La construction métropolitaine ne s’est pas faite en un jour, mais en plus de 40 ans. Elle s’est faite parce que des élus, petits et grands, de tous bords politiques, ont compris que nous ne pèserions pas grand-chose à la pointe bretonne, si chacun agissait de son côté. Ils ont compris que réuni, nous avions une vrai capacité à construire un territoire fort et ambitieux.

Cette vision, cette croyance dans un avenir ensemble a fait de nous des pionniers. Les élus qui nous ont précédés ont eu très tôt l’intelligence et la sagesse d’accepté de faire du commun, c’est-à-dire de partager collectivement leur pouvoir de décision dans l’instance supra-communale qu’était la communauté urbaine. Ils ont à la fois délégué les financements, mais aussi leurs capacités de choix et d’engagement pour un projet plus grand. C’est ainsi que la capacité de développement du territoire s’est amplifiée, s’est démultipliée. Malgré notre éloignement géographique, cette stratégie nous a permis d’exister au même titre que des agglomérations beaucoup plus peuplées.

Aujourd’hui, nous sommes connus et reconnus en France comme le territoire ayant intégré le plus rapidement et le plus sereinement nos compétences communales au niveau communautaire. Aujourd’hui, le passage aux exigences de la Métropole se fait d’ailleurs sans qu’il y ait besoin d’en faire plus, là ou d’autres territoires avancent beaucoup plus lentement … voire difficilement.

Certains voudraient nous faire faire marche arrière en refusant à la Métropole et à ses élus la légitimité à pouvoir participer à toutes formes de décision sur leur territoire communal, revenant à l’esprit de clocher, là où l’avenir n’existe qu’à l’échelle du Pays. Agir ainsi est assurément une régression dans le projet métropolitain qui anime notre territoire depuis bientôt un demi-siècle.

L’ambition pour notre Métropole, c’est bien sûr de poursuivre ce travail collectif. L’échelle de l’ex-communauté urbaine est depuis de nombreuses années déjà dépassée, autant par nos visions que par nos politiques communes. La cohérence de notre territoire ne s’exprime qu’à l’échelle des communes du Pays de Brest et de ses 7 intercommunalités. Si le nom de la ville de Brest est devenu l’étendard du territoire, une marque de fabrique en tant que « ville centre », elle n’existerait pas sans l’archipel des 88 communes qui composent avec elle le Pays de Brest, apportant chacune leur attractivité, leur dynamisme et leur diversité.

Pour représenter Brest métropole au sein du Comité de pilotage du SCOT, je mesure la difficulté de construction d’un territoire aussi large et multiple. Chaque nouveau pas confronte chacun aux incertitudes de l’avenir, mais il suffit de se retourner pour voir comment ce que nous avons déjà construit ensemble est précieux et puissant, et qu’il n’existe pas d’autre issue que ce destin commun.

Dans un monde largement fondé sur la confrontation, la concurrence ou la compétition, construire du commun n’est plus l’évidence. Pourtant, rien de grand n’arrivera sans cela. Pour réussir, nous sommes condamnés à nous entendre, à nous faire confiance et à avancer dans l’intérêt de tous. C’est cela l’esprit métropolitain.


L’urbanisme primaire à la mode RPB de Mme Malgorn

Urbanisme Primaire RPBEn plus d’être rempli de blagues usées et de quizz populistes (lire ici), le premier tract « Sciage » édité par le groupe Rassemblement Pour Brest (RPB) de Mme Malgorn est truffé de contrevérités. S’agissant de ma délégation, voici un petit décryptage de leur article : « l’urbanisme à la mode socialiste ».

Première erreur, le lien qu’ils font entre la démographie, les zones d’urbanisation et la population des quartiers. Comme je l’ai déjà montré dans deux notes « les dessous de la politique de l’urbanisme » et « quand les petits chiffres cachent les grands », la corrélation simpliste qui est faite est fausse. La baisse de la population brestoise est corrélée au manque d’offre de logements. Il est donc faux de dire qu’il ne faut pas construire de nouveaux logements parce que la population diminue. Le nombre de personnes par logement (par ménage) baisse continuellement depuis 40 ans, si nous ne proposons pas de nouveaux logements, la population baisse mécaniquement. Les nouvelles zones d’urbanisation (ZAC) tant critiquées sont justement là pour apporter une part de cette nouvelle offre sur les 10 ou 15 prochaines années et ainsi maintenir notre population sur le territoire de la métropole.

Pour bien appuyer leur démonstration, RPB lâche le chiffre de 25 hectares ouvert à l’urbanisation sur Brest, comme s’il s’agissait là d’un bétonnage massif. Il s’agit de ZAC qui vont s’étaler sur les dix prochaines années. Ce chiffre sur 10 ans représente la création de moins de 65 logements par an (25 ha / 10 ans x densité de 25 log/ha). Sur environs 75 000 logement que compte la ville de Brest, cela représente une croissance inférieure à 0.01% par an … de quoi déséquilibrer tout l’équilibre urbain, c’est sûr !!

Lire la suite "L’urbanisme primaire à la mode RPB de Mme Malgorn" »


Les partis politiques sont-ils en crise ou en évolution ?

Wordcloud 3Dans une démocratie, le rôle historique d’un parti politique est triple. Il doit d’abord être un contenant : il rassemble des personnes partageant une même vision du monde, de la société. Il doit ensuite définir un contenu : il est le creuset d’un travail en commun pour élaborer une ligne politique commune à ses membres. C’est le programme politique qu’il souhaite mettre en place. Il doit enfin porter ce programme politique au travers de candidats aux élections, afin que ses ambitions puissent un jour se décliner en actions concrètes.

Cette réalité théorique vient aujourd’hui en confrontation avec celle que l’on observe de l’activité des partis politiques. Deux éléments sont venus bousculer cet édifice.

Le premier facteur d’évolution est probablement l’accélération et l’élargissement de la société. Notre monde va de plus en plus vite, tant dans la production que dans la communication. L’individu est aujourd’hui en capacité à capter très rapidement l’information qu’il souhaite et est aussi capable de la faire circuler, de l’échanger avec d’autres et donc d’interagir sur les évènements. Ces informations mettent en lien le très local avec le mondiale, ce qui donne une lecture tant partielle que complexe des enjeux et des propositions à mettre en face.

Bien utilisées, cette diffusion de l’information et cette capacité à interagir sur le présent sont plutôt des évolutions positives dans un fonctionnement démocratique. Toutefois, elles rendent aussi plus difficile la construction de programmes politiques sur le moyen ou le long terme, en vue d’une élection. Comment prédire l’avenir dans 5 ans, dans un monde en perpétuel changement ?

Lire la suite "Les partis politiques sont-ils en crise ou en évolution ?" »


Terrorisme : la guerre de la pensée

Keep calm I m muslim not a terroristLe terrorisme n’est pas une guerre au sens propre, au sens historique du terme : entre états et armées, avec un objectif de lutte pour un autre territoire. Le terrorisme est avant tout une guerre de la pensée politique, instrumentalisée par la peur.

Le principe opérationnel du terrorisme, est la terreur. L’objectif est de marquer les esprits pour semer la terreur sur des actions revendiquées comme autant de victoires. Pour cela, tous les codes tombent. Toutes les lâchetés sont possibles voire nécessaires : attaquer les plus faibles, par surprise, pour que personne ne puisse plus se sentir en sécurité. L’objectif du terrorisme est d’atteindre trois objectifs : faire le plus de morts et de blessés, le faire savoir en le revendiquant (si possible avec un maximum d’images produites par les victimes elles-même) et faire que tout le monde se ressente potentiellement comme une cible.

L’objectif de Daesh n’est pas à court terme de conquérir des territoires en Europe. Les terroristes sont peu nombreux et, même si les images sont choquantes et les morts bien réels, ils sont aujourd’hui dans l’incapacité à nous infliger de lourdes pertes qui viendraient atteindre la capacité de la nation à se défendre, comme c’est le cas lors de conflits armés. Sur le fond, la stratégie de Daesh n’est pas de prendre notre territoire (ils ont déjà du mal à défendre le leur), mais de nous convertir à son modèle de pensée, qui est loin d’être que religieux.

La stratégie de Daesh en occident repose sur le concept de « réduction de la zone grise ». La « zone grise » est l’espace de coexistence entre croyants et incroyants, entre « fidèles et infidèles ». Un espace où les musulmans sont intégrés à nos sociétés, y trouvent leur place et s’y sentent chez eux. L’objectif du terrorisme est de réduire cet espace au profit de deux autres, celui de ceux qui les rejoindront dans une guerre du Califat contre l’occident et celui de ceux qui combattront ce Califat et tous ceux qui s'en rapprochent. Comme souvent dans les modèles politiques portés par des extrémistes, le modèle est binaire et tente de réduire tout ce qui ne l'est pas. Pour cela, l'acte de tuer n'est pas une fin, mais un moyen pour nous prendre à nos propres pièges. Il n'y a pas de victoire à tuer des faibles qui ne représentent pas en soi une menace. Il y a victoire des terroristes si cela conduit à produire de la radicalisation, de la discorde, si cela conduit à réduire un peu plus la zone grise. Les terroristes misent sur la préexistence d’un terreau xénophobe dans nos pays et de la fragilité de notre modèle démocratique face aux divisions politiques que la multiplication d’actes meurtriers et aveugles fera naître.

Lire la suite "Terrorisme : la guerre de la pensée" »


Violence politique

Vendredi dernier, alors que Jean-Jacques Urvoas discutait avec des militants, les locaux du Parti Socialiste à Brest ont été une nouvelle fois attaqués par une trentaine d’individus. Les banderoles et les slogans revendicateurs ont rapidement laissé la place à des actes de violence et de casse contre le bâtiment. Les militants présents ont dû s’enfermer pour ne pas être envahi et pris à partie. La police a dû intervenir pour disperser les agresseurs.

Cet épisode fait suite à toute une série de dégradations, majoritairement de nuit, sur les locaux du Parti Socialiste depuis plus d’un an. Cet épisode fait aussi suite à l’attaque très violente intervenue contre ces mêmes locaux, le 27 octobre 2014, suite aux débordements d’une manifestation contre les violences policières, après à la mort de Rémi Fraisse dans le Tarn.

Vendredi dernier, il y avait comme d’habitude quelques individus cagoulés, les visages masqués, prêts à user de la violence comme seul mode d’expression. Mais il y avait aussi des syndicalistes connus à Brest et des citoyens à visage découvert, qui légitimaient par leur accompagnement et leur passivité cette violence qui se déployait sous leurs yeux, comme si tout cela était devenu normal.

A l’intérieur des locaux, quelques dizaines de militants : personnes engagées dans des associations, syndicalistes, élus, venus-là pour échanger avec un camarade devenu Ministre. Ce n’était pas l’image d’Epinal d’un échange entre un Ministre et quelques militants beni-oui-oui, venus là sur ordre pour faire la claque. Au contraire, chacun était là pour s’écouter, tenter de comprendre et de se forger sa propre opinion. Les militants qui ne se privaient pas de poser leurs interrogations sur la situation actuelle et leurs doutes sur les lois en débat. Le ministre tentait d’expliquer, de clarifier une situation politique française complexe, mais exprimait aussi autant ses doutes que ses convictions.

Le rôle des partis politiques dans une société démocratique est justement d’être la place où le débat, l’échange politique puisse avoir lieu dans un cadre pacifié, ordonné et respectueux des divergences. C’est le lieu où chacun doit pouvoir s’exprimer, partager, être entendu par ceux qui sont en responsabilité et qui dirigent. C’est l’endroit où les projets politiques se travaillent, s’affrontent et se confrontent de façon à nourrir des programmes électoraux soumis à la sanction des citoyens. Tout cela ne se fait probablement pas de façon ordonnée et méthodique, mais les échanges, les rencontres, les discussions y sont bien le reflet de ce qu’est la société.

Dans une république démocratique les partis ne doivent pas devenir les boucs-émissaires faciles d’une société en perte de repères. Ils sont utiles pour que les divergences, les tensions qui existent dans tout groupe humain, arrivent à construire des politiques sans que la violence, la terreur et la domination aient leur place.

Les agressions violentes qui se multiplient contre les partis politiques sont bien une expression politique. Cette expression est la négation de nos valeurs républicaines. Cette expression est le témoignage d’une volonté de domination sans en passer par le débat, l’échange et la construction d’un monde commun. Nous habitons un pays où le vote est un droit, où la liberté d’expression, la liberté de contester et de manifester existent. De nombreux pays se battent encore, souvent aux prix de nombreuses vies, pour simplement acquérir ces droits politiques fondamentaux. Nous ne devons pas laisser cette violence guider nos attentes, car loin d’apporter des réponses, elle sera le ferment d’une monté de la peur et de la haine, déchirant le pays comme c’est arrivé souvent dans l’histoire.

Nous rejetons la violence contre les partis politiques, car elle est l’expression d’une vision politique conduisant à la peur, la haine et l’abandon des valeurs que nous défendons.


Réponse à la tribune de Monsieur Alexandre Lhomme

Monsieur Lhomme, vous signez sur le site de Médiapart une tribune qui ré-écrit de façon volontairement mensongère les évènements qui se sont déroulés pendant le conseil municipal de Brest, le jeudi 10 mars dernier. Ce faisant, vous vous permettez de me citer au travers de propos que j’ai écrit, comme pour mieux ré affirmer votre propre point de vue. Puisque vous semblez vous intéresser au fond de ma pensée, permettez-moi donc de vous la donner.

D’abord apprenez que je n’ai pas de leçons à recevoir de vous. J’ai grandi dans une famille très engagée sur l’accueil, l’intégration et l’alphabétisation des réfugiés en France. Lors de mon premier mandat, avec Marc Sawicki, je fus de ceux qui œuvrèrent activement pour l’organisation des parrainages républicains célébrés à Brest, afin de prévenir et d’aider des familles avec enfants sous le coup d'expulsions programmées par Nicolas Sarkozy, alors Ministre de l’intérieur. En effet, je suis très sensible à la cause de ces peuples qui perdent leurs maisons, leurs familles, leurs pays du fait de l’intolérance et de la violence qu’ils subissent. Je crois que notre majorité y est tout autant sensible et met en place, avec l’appui de l’Etat, les conditions de l’accueil des familles de réfugiés.

Ensuite, le récit que vous faites de la dernière séance du conseil municipal de Brest est une odieuse version, motivée par des fins purement politiques. Vous donnez l’impression d’un climat bon-enfant qui aurait dégénéré par la faute d’une municipalité sourde à la discussion. Pire, vous accusez des élus et des fonctionnaires d’avoir provoqué et voulu en découdre avec les manifestants. Vos propos ne sont que mensonges, travestissements et manipulations de la réalité.

Dès la rentrée des manifestants dans la salle du conseil le climat fut tendu et les propos violents. Alors que leur demande exigeait une réponse du Maire, il eut toutes les peines à s’exprimer dans une cohue de propos virulents et insultants. A aucun moment, il ne put finir une seule de ses phrases, plusieurs manifestants étant dans un état que personne ne tentait plus de contrôler. C’est pour cela que le conseil fut suspendu, dans l’attente d’un retour au calme.

Lire la suite "Réponse à la tribune de Monsieur Alexandre Lhomme" »


Rebondir en 2016

Voeux 2016 UNICEFL’exercice des vœux n’est pas simple en ce début d’année 2016. L’année 2015 fut clairement une année difficile. A cette même période, nous étions frappés par la première vague d’attentats. La fin de l’année fut aussi lourdement endeuillée par des actes encore plus meurtriers.

En ce début d’année, nous vivons tous avec une certaine appréhension de ce que sera 2016. Pour autant, cette année est une année sans élections (sans congrès !), elle doit donc être mise à profit pour réfléchir, pour travailler sur nos valeurs, sur nos projets, pour sortir de nos murs et aller à la rencontre des citoyens.

La presse voudrait maintenir les partis politiques dans le seul espace du quotidien, dans la politique spectacle, dans la « peopleisation » (reconnaissons pour sa défense que certains des notre s’y prêtent de bon cœur !) Mais c’est un piège mortifère qui est autant source de conflits que de divisions et qui ne porte quasiment aucune plus-value en réponse aux enjeux qui nous font face.

En réponse à la peur que produisent les terroristes, en réponse à la radicalisation qui arrive dans nos quartiers, en réponse à l’enfermement et le rejet que proposent les extrêmes, en réponse à la crise qui dure et à la précarisation des plus faibles de notre population, nous devons porter fièrement nos valeurs de gauche. Ces valeurs qui fondent la République doivent devenir notre boussole pour donner le cap et le sens à notre action : Liberté, Egalité, Fraternité, Laïcité, Justice, Solidarité et enfin volonté de changer pour améliorer le monde.

Nous devons incarner ces valeurs à la fois par l’exemplarité qui doit être la notre, mais aussi pour donner un sens dans les changements que nous portons et qui sont nécessairement source de désorientations.

Pour cette nouvelle année, je fais donc le vœu de rebondir en 2016 vers un horizon qui portera ces valeurs dans lesquels nous croyons.

Très bonne année 2016 à toutes et à tous.

-

[Carte de vœux : 2016 origami - UNICEF]


Déchéance nationale ou déchéance de la gauche ?

Identité nationaleDepuis quelques jours, j’écoute, j’observe ce débat sur l’inscription dans la constitution de la déchéance nationale pour les personnes ayant la double nationalité et condamnées pour actes de terrorisme.

Je ne peux pas dire que la proposition m’emballe plus que cela, mais je ne peux pas dire non plus que le sort de quelques fanatiques dont l’objectif est de tuer d’autres personnes en se sacrifiant eux-mêmes soit mon premier soucis du moment. Lorsque je vois la gauche se diviser et s'étriper sur cette question, probablement de principe, mais extrêmement mineure dans son application, cela me questionne plus sur ce qu’est devenue la gauche aujourd’hui en France que sur le devenir des potentiels binationaux déchus.

La gauche en France est-elle devenue une telle poudrière qu’elle soit en incapacité à exercer le pouvoir ? J’entends bien que la politique c’est le débat, mais là on ne débat plus, on se combat soi-même, en prenant à témoin les français dans la presse. N’est-on pas assez critiqué dans les médias, mis en accusation par la droite, calomnié par l’extrême droite pour qu’il nous faille en plus que, sur l'échiquier politique de la gauche, la dame, les chevaliers et les fous se retournent contre leur propre roi en essayant d'entraîner le maximum de pions ? On croit rêver en entendant certains responsables à gauche vouloir faire la peau au Président qu’ils ont fait élire et à son Premier ministre.

Pour ma part, mon engagement à gauche n’est pas tant pour défendre des valeurs universelles que pour changer dans les faits la réalité d’un monde qui marche sur la tête et laisse sur le bord de la route toute une partie de la population. L’égalité, très bien, parlons-en. Mais ne commençons pas à nous entre-tuer sur la question de la nationalité de terroristes, mais plutôt sur celle des jeunes qui veulent avoir le droit à la réussite dans nos banlieues, par exemple. Croyons-nous une seconde que d’autres que nous ferons avancer ces sujets et, qu’une fois avoir affaibli ce Président que la gauche a réussi à mettre au pouvoir, la droite ou l’extrême droite fassent meilleur job à notre place ?

Par ailleurs, je soumets juste une réflexion sur le comportement de la gauche aux yeux des français. On observe depuis des années une droitisation de la France et de son électorat. Entre deux extrêmes, droite ou gauche, qui alternent entre anarchie et autoritarisme, il y a la droite républicaine qui a pour habitude de se serrer les coudes derrière son leader (notamment dans les moments forts) et une gauche qui part dans tous les sens et n’arrive pas à se mettre d’accord lorsqu’il s’agit de gouverner. Je conçois facilement que pour la direction de son pays, l’électeur ait de plus en plus de mal à aller voter pour une gauche qui a fait du mouvement brownien son principe de réalité, que pour une droite ou une extrême droite qui semblent savoir où elles vont. A défaut d’être le bon sens, c’est plus rassurant.

Un Président peut faire des erreurs, autant que tous les autres. Il n’y a pas de vérité absolue. La politique n’est pas une science exacte, mais une succession d’arbitrages ancrés dans un présent où se jouent de nombreux équilibres et fondées sur une croyance dans des actes ou des valeurs qui engagent le futur. Le sens de la démocratie représentative est d’élire des personnes à des fonctions, justement parce que nous portons en elles une confiance sur leurs qualités à conduire le pays et répondre aux enjeux, à la place qui sera la leur et qu’ils ne partageront avec personne d’autre. Si nous ne respectons pas à minima cela dans la durée d’un mandat, alors nous nions la capacité de la gauche à gouverner.

Ce qui est sur, c’est que pour gouverner, il y a besoin d’être au pouvoir. La question qui se pose aujourd’hui est de savoir si la gauche souhaite et se donne les moyens pour y rester. Clairement, il y a une gauche qui préfère le confort de l’opposition aux responsabilités du pouvoir. Mais assurément, ce n’est pas celle qui changera le monde demain !


La République est la seule réponse au FN

Carte régional 2015Les lendemains d’élections sont toujours des temps d’atterrissage et de réflexion, où la réalité rattrape les croyances, les attentes ou les espoirs. Si en Bretagne le résultat de Jean-Yves Le Drian est à la hauteur des projections que nous attendions, il est difficile de se réjouir lorsque l’on regarde cette carte de France.

Le score de Jean-Yves Le Drian est clairement en ligne avec les attentes d’un territoire qui aime à la fois son identité, ses valeurs et son unité. La Bretagne se nourrie de ces trois fondamentaux qui en font un territoire d’exception, envié ailleurs. Les bretons ne se sont pas trompés en soutenant largement une personnalité qui puisse représenter ces trois facettes.

Mais comme ailleurs en France, la montée de l’extrême-droite doit nous questionner. Comme le disent de nombreux intellectuels, le temps n’est plus à diaboliser ou à rejeter la faute sur les électeurs. Il est temps de questionner ce qui constituent le pouvoir, les pouvoirs. Tout ce qui endosse autant la responsabilité de notre fonctionnement démocratique, que la montée du score du FN depuis ces dernières années.

Comme le dit la fameuse citation d’Albert Einstein, « on ne résout pas un problème avec les modes de pensée qui l’ont engendré.» C’est de là qu’il nous faut partir.

Le FN gagne du terrain. Mais surtout la croyance dans ses idées comme une justification aux problèmes, puis comme une alternative en termes de politiques. Mais, soyons en sûr, le FN ne grandit pas tout seul. Si la crise, l’isolement et les difficultés sociales constituent probablement un terreau fertile, c’est bien nous, les démocrates qui irriguons le sol qui le voit prospérer.

Le FN se définit lui-même comme « ni de gauche, ni de droite ». En cela, il qualifie lui-même son antithèse : la gauche et la droite républicaine. Mais aujourd’hui, il n’y a aucune lisibilité à cette entité républicaine, ni au travers des partis qui se font une guerre féroce et trop souvent stérile, ni dans les médias républicains qui refusent de prendre parti, déconstruisent systématiquement tous propos politiques et traitent chacun à la même enseigne (ce que se gardent bien de faire les médias d’extrêmes droite qui prolifèrent sur internet).

La question qui se pose donc aux différents pouvoirs est de partager ce qu’est la République et ce qui fonde notre pacte, entre nous qui nous reconnaissons dans les valeurs républicaines. Cet héritage fondé sur trois mots : Liberté, Egalité, Fraternité qui doivent redevenir notre boussole de lecture de notre société et non plus seulement une décoration aux frontons des mairies ou des écoles. Nous devons aussi y associer le principe de Laïcité comme 4ème pilier.

Même s’il partage de son ADN, le FN n’est pas le parti fasciste historique dans ce que l’on peut en lire aujourd’hui. Mais il est clairement une alternative non républicaine sur l’échiquier politique.

Liberté de la presse et liberté d’expression, liberté de son corps, liberté de la justice et des juges, égalité des chances, égalité des droits, unité du peuple français et fraternité dans la nation, ouverture sur les autres et au monde, … tous ces axes sont clairement en recul dans les programmes politiques du FN.

En face, clairement la proposition d’un pouvoir plus verticalisé et autoritaire, plus enfermé derrière des frontières, et même aujourd’hui, allant jusqu'à revendiquer une religion nationale.

Et dans l’ombre, avançant masqué comme tous les régimes non républicains, donc moins transparents et moins contrôlés, une vision clairement plus libérale vis-à-vis de l’accaparement du pouvoir et de la richesse.

Voilà ce qu’est réellement le FN.

Si nous pensons que cela répondra aux vrais problèmes qui nous font face, et bien allons-y ! Mais personnellement, je pense que cela n’en résoudra pas un. Le seul problème qui sera résolu avec le FN sera de renverser la table et de déstabiliser tous les autres partis. Mais ce n’est pas l’ombre du début d’une solution, c’est plutôt le début de nouveaux maux, qui prendrons probablement le pas sur les autres, mais ralentiront assurément la guérison globale.

Pour les républicains de droite et de gauche que nous sommes, la menace du FN ne doit pas être une menace de parti, mais une menace contre la République. Pour faire baisser le FN, il faudra que nous apprenions à réfléchir et travailler ensemble aux réponses, de gauche comme de droite à proposer à nos concitoyens.

Pour la France, le FN peut être un mal qui nous ramènera plusieurs décennies en arrière, ou alors restera seulement le symptôme d’un besoin de redonner du sens à une République trop endormie à l’égard de ceux qui en ont besoin.

Vouloir y répondre en repoussant la faute sur les autres n’est pas faire mieux que ce que propose le FN. Vouloir y répondre ensemble est la seule alternative.


Les deux réponses à la peur

Paris 13 NovC’est au réveil ce matin que j’ai appris les événements terroristes de Paris de cette soirée du 13 novembre. Effroi, tristesse et choc furent comme beaucoup d’entre nous les émotions qui me traversèrent. Comme en janvier, plus que le nombre de morts, c’est le mode opératoire et l’absence d’humanité qui me blesse le plus profondément. Parce que ceux qui perpétuent cela, ce sont aussi des Hommes, des individus d’une même espèce que leurs victimes et que cela ne les arrêtent pas.

Les commentateurs dessineront des monstres. Ils sont probablement des personnes fragiles, facilement influençables et manipulables par d’autres qui agissent dans l’ombre et qui, quant à eux, ne porteront jamais de ceintures explosives. Ils n’en demeurent pas moins humains comme nous tous.

Le projet des commanditaires de ces attentats n’est autre que de poursuivre cette manipulation à une plus grande échelle. Ces groupes terroristes agissent comme des Chevaux de Troie contre notre société. Leur projet n’est autre qu’une radicalisation des populations, des nations vers un ordre autoritaire, un régime où ils régneraient en maître sur les autres. Les postures politiques ou les religions revendiquées ne sont que les véhicules d’un vison extrémiste, axée sur une domination des populations et des plus faibles.

L’extrémisme dans l’histoire est et a toujours été multiforme, mais il partage toujours l’ambition d’une accaparation du pouvoir et des richesses et aussi le sang de victimes innocentes, comme pour mieux asservir les esprits par la peur. L’objet du terrorisme, c’est l’instauration de la peur, de la terreur. Une peur face à laquelle notre société doit trouver une réponse si elle veut rester en accord avec ses propres valeurs.

Comme le dit très bien Mireille Delmas-Marty dans son entretien au Monde (ici), il existe deux réponses à la peur. La première favorise la haine et l’exclusion. C’est clairement l’arme des extrêmes (droites, gauches comme religieuses) qui manipulent les faits, pointent des coupables et appel à un repli sur soi des individus comme des nations. Elles ne sont pas moins sur des logiques de domination par la peur. La seconde réponse à la peur est celle de la solidarité. C’est celle des manifestations pour Charlie. C’est aujourd’hui celle qui se manifeste spontanément avec un afflux de donneurs de sang, comme pour mieux combattre l’inhumanité de ceux qui l’on fait couler.

La peur est un risque et une opportunité face à notre propre humanité intérieure. Qu’est ce qui nous habite ? Quelle vision du monde désirons-nous ? Qu’est-ce que nous sommes prêts à donner pour cet idéal hérité que nous pouvons transmettre ?

Ces actes terroristes sont comme un tremblement de terre qui découvre nos réalités enfouies. C’est à chacun de trouver ses réponses. Je fais juste le vœu que celles-ci nous éloignent le plus possible de ces terroristes et nous rapprochent le plus des Lumières et de cette solidarité qui constitue clairement le socle de la nation que nous aimons.


Accueil des réfugiés politiques par la France

Accueil-des-refugies-l-EuropeA la suite des images parues dans les médias, une forte prise de conscience est née chez une partie de la population française, accompagnée d’un besoin exprimé de venir en aide aux personnes bloquées aux frontières de l’UE.

Cette prise de conscience est salutaire car elle témoigne de l’humanité et de l’esprit d’accueil qui existe en France.

Durant l’été, la France s’était engagée à accueillir 6000 personnes. A la rentrée, l’objectif a été augmenté de 24000 réfugiés politiques supplémentaires sur deux ans, afin de contribuer à l’objectif européen en cours de discussion.

On a largement entendu les partis d’extrême-droite et de droite surfer sur la peur de la difficulté d’intégration de ces populations. Il n’en est rien. Un total de 31000 réfugiés sur nos 36 000 communes que composent le France ne représente pas une difficulté. Cela représente l’accueil d’une famille de 5 réfugiés pour 10 000 français !

La vraie question de l’accueil, ce n’est pas la quantité, mais la qualité de l’accueil. Il s’agit de réfugiés politiques qui ont souvent vécus des faits de guerre et dont les pays sont encore en conflit. Cet accueil ne peut se faire à la va-vite. L’accueil doit se faire dans les meilleures conditions pour permettre une bonne intégration des adultes et des enfants.

L’État est mobilisé pour coordonner les conditions d’accueil sur les territoires. Les réfugiés qui arrivent ne seront pas laissés livrés à eux-mêmes, dans un environnement institutionnel qu’ils ne maitrisent pas et qui conduirait immanquablement à les jeter immédiatement dans une situation de précarité inextricable.

Chaque arrivée de familles de réfugiés politiques est préparée sur le plan du logement, de l’éducation, de l’accès aux soins et des droits fondamentaux. L’objectif affiché par l’Etat est de rendre les conditions du meilleur accueil possible afin d’éviter les situations temporaires qui dégénèreraient dans une précarité sociale encore plus complexe à démêler par la suite.

Pour nous, français mobilisés par ce drame, les actions ne manquent pas, notamment tout simplement l’envoie d’argent auprès des organismes internationaux qui tentent de gérer la crise aux frontières où séjournent encore plusieurs millions de réfugiés en attente de solutions (don au UNHCR). Sur le terrain, il est aussi possible de se rapprocher des associations qui accompagnent l’accueil des personnes en difficulté. Elles seront mobilisées sur ce sujet comme sur tous les autres qu'elles accompagnent déjà. Près de chez nous, pour ceux qui côtoieront ces familles, l’accueil sera sous le signe d’humanité, de bienveillance et d’entraide et il sera au moins aussi important que tout le reste.


Une rentrée sous le signe de l'accueil

150906_PS Brest_L_acceuil pour moi c_est ouiDéclaration faite durant le barbecue de rentrée du PS Brestois.

________

La nouvelle année 2015 fut largement marquée par l’horreur des attentats contre Charlie Hebdo. Cette rentrée 2015 ne le sera pas moins avec l’afflux de réfugiés aux frontières de l’Europe et l’immense tristesse que provoquent ces images de morts sur les cotes européennes.

Depuis des mois, nous avons tous vu le nombre de demandeurs d’asile grimper et nous avons tous pu compter le nombre de mort sur nos côtes. A Brest plus qu’ailleurs, la mer est un symbole d’ouverture sur le monde, de lien, de commerce et de richesse. Aujourd’hui, à l’autre bout de l’Europe, elle est à l’image de la mort.

Cette rentrée témoigne de l’inhumanité qui sévit aux frontières de l’Europe et qui pousse des individus, des familles, à tout quitter pour rejoindre un espace où une vie sans peur est possible. L’Europe fut pensée pour ne plus répéter la barbarie du début du siècle dernier. Elle tient encore cette promesse-là, mais il ne faudrait pas qu’elle se transforme en une « gated community » de nations, prêtent à s’isoler du reste du monde pour préserver ses privilèges.

L’Europe doit tenir son rang et ses responsabilités dans le monde. C’est le rôle des pays qui se disent plus riches et plus développés que d’être au rendez-vous de l’histoire.

Nos dirigeants politiques européens semblent tétanisés face à ces grands mouvements de population qu’ils ne peuvent contrôler. Leur absence de réponse n’est pas tant due aux réfugiés eux-mêmes, qu’au mal politique qui ronge nos sociétés modernes et riches : la montée des peurs, des égoïsmes, du repli sur soi et de la xénophobie. Cet état de fait vient percuter un second enjeu de nos sociétés. La difficulté dans la lutte contre les inégalités. La compréhension d’une assistance à des personnes étrangères est rendue d’autant plus difficile quand, au sein même du pays, certains concitoyens souffrent aussi eux-mêmes de l’exclusion et de la pauvreté.

Aussi, la réponse doit être apportée sur deux axes qu’il nous faut mettre au clair, deux combats qu’il nous faut mener.

Le premier axe est celui de la lutte contre les idées d’extrême-droite et le replie sur soi. C’est une illusion de croire que dans ce monde du XXème siècle, la violence, l’injustice et la misère peuvent être contenues par des frontières. On ne vainc pas la violence en tournant la tête et en dressant des murs. Tôt ou tard, ils finissent par tomber et laisser place au chao. On combat la violence et l’injustice en travaillant sur plus de justice, de bienveillance et sur les équilibres politiques qui mènent à l’apaisement et la pacification.

Le second axe essentiel est celui de la lutte contre les inégalités au sein de nos pays riches. On le voit aujourd’hui, nos démocraties sont fragilisées par les fractures qui existent en leur sein. Pour aider les autres, il faut d’abord être au clair dans son propre pays, sinon le sentiment d’injustice rendra toute action impossible.

Ces deux combats sont ceux de la gauche. Une gauche ouverte sur le monde. Une gauche soucieuse de ses concitoyens. Une gauche bienveillante à l’égard de tous les peuples.

Il est dans l’air du temps de critiquer le politique, de fuir les partis et le débat politique, de regarder l’actualité politique comme un verre à moitié vide et de se concentrer sur ce qui ne va pas, ce que l’on n’a pas. Cette actualité récente nous montre ce qui ne se voit plus, le prix de vivre dans un pays en paix, dans un pays où règne des institutions et où le débat permet à toutes ces choses d’exister et de perdurer. L’action politique, c’est le socle de cette société qui est de nos jours soumise à tant de critique. L’action politique, ce n’est pas l’affaire de quelques uns, mais ce devrait être l’affaire de tous. Faire de la politique, c’est œuvrer à défendre ces valeurs, c’est combattre ce qui nous éloignent et nous divisent, c’est construire ensemble la société de demain.

Ces événements doivent aussi nous rappeler ce que nous avons ne sera jamais acquis, mais un héritage que l’on peut perdre rapidement. Chacun de nous doit être fier de faire de la politique.

________________

Le PS de Brest appelle tous ses militants et sympathisants à faire un don* de soutien au Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR) qui s’occupe de protéger et de trouver des solutions durables pour les réfugiés, en accord avec la Convention de Genève de 1951.

*Vous pouvez nous envoyez vos chèques libellés au nom de l’UNHCR, nous ferons un envoie groupé en votre nom à tous.


Agression à Brest. La sécurité est d’abord l’affaire de tous.

PoliceCe matin dans le Télégramme, un article fait écho à l’agression d’une jeune fille, accompagnée de son petit frère, place Guérin en début de mois (ici). Les parents, éprouvés par l’agression subie par leurs enfants, en ont fait état sur leur page Facebook. De nombreux brestois ont alors témoigné leur soutien et leur inquiétude face aux problèmes d’insécurité et de violence qui existent à Brest.

L’article relate les faits, mais pointe aussi sur l’interpellation qui est faite au Maire et aux élus de la ville. Une pétition a d’ailleurs été ouverte pour demander de « tout mettre en œuvre pour assurer la tranquillité des brestois ».

En tant que parent de jeunes enfants, je partage totalement l’indignation et l’inquiétude des parents d’Amandine. Le bonheur et la sécurité de nos enfants sont notre priorité. Nous aspirons plus que tout à les protéger et à les voir grandir dans un monde où la violence à leur encontre n’aurait pas sa place.

En tant qu’élu, je suis choqué par le fond de l’article. Je comprends que, sous le coup de l’émotion, les victimes se retournent vers leurs élus et souvent les plus proches d’eux, leurs élus locaux. C’est une attente qui est légitime. Par contre, j’avoue moins bien comprendre la logique de fond de l’article qui se résume pour partie par les commentaires qui l’accompagnent : « les élus sont payés, et bien … qu’ils fassent leur travail. » La pétition, créée pour l’occasion, ne dit d’ailleurs rien d’autre. Il s’agit d’une sorte d’ultimatum envoyé à la municipalité de régler les problèmes.

Ce type d’article, comme souvent le traitement médiatique de la question de la sécurité à Brest, m’interpelle à plus d’un titre sur la santé de notre démocratie. Sur un sujet comme la sécurité, ce n’est pas le rôle des élus d’être dans la réaction face à un évènement émotionnellement fort. Aucun problème ne se résout ainsi. Il s’agit avant tout de bien poser le problème et d'y répondre collectivement.

L’objet de mon propos n’est pas dans l’affirmation d’une absence ou d’une minimisation de problèmes bien réels à notre société. Mon propos est politique et interroge sur la façon dont une société comprend et décide de résoudre (ou pas) les problèmes auxquelles elle fait face.

Lire la suite "Agression à Brest. La sécurité est d’abord l’affaire de tous." »


Réponse à RPB sur la question de l'habitat

Communiqué de presse transmis au Télégramme (et paru aujourd'hui ici) suite à l'article de vendredi, de l'opposition de droite brestoise, sur la politique de l'habitat [ici].

____

Dans votre édition de ce jour, Rassemblement pour Brest (RPB), par la voix de Bernadette Malgorn, analyse subjectivement une enquête indépendante qui étudie les chiffres de l’habitat sur Brest métropole depuis dix ans. Elle dénonce le décalage entre les logements construits entre 2012 et 2014 (650 par an), avec l’objectif de production de logements du PLU Facteur 4, afin de maintenir notre population (1300 logements/par an). Sur la période mentionnée, RPB ne peut ignorer que la faiblesse du nombre de logements produit s’explique autant par l’annulation du précédent PLU et donc de l’incertitude juridique pour les opérateurs, que par la crise qui frappe durement tout le secteur de l’immobilier.

RPB propose maintenant de geler la création de nouvelles zones d’habitat, notamment aux Capucins où 560 logements sont attendus, au moment même où une reprise de fait sentir. Les professionnels et les salariés du BTP, qui comptent sur ces projets en ces temps difficiles, apprécieront surement.  

Autre idée lumineuse de la droite brestoise : donner la priorité à la rénovation urbaine. Merci,  mais c’est ce que nous réalisons ici depuis plus de dix ans : les quartiers de l’Europe, de Saint-Martin et de Recouvrance font ou ont fait l’objet de refontes urbaines qui changent la ville en profondeur, avec un investissement d’environ 150 millions d’euros sur ces dix dernières années. Le quartier de Bellevue vient d’ailleurs d’être retenu dans le NPNRU (Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain) pour la qualité de notre projet.

Une bonne politique de l’habitat ne se décline pas à grands coups de barre, mais en gérant les équilibres des différentes offres sur la durée. Critiquer sans rien proposer de crédible et s’auto proclamer visionnaire sur des actions déjà engagées, tout en votant contre tous les projets qui dessinent le Brest de demain ne feront pas avancer notre ville. Les électeurs brestois l’ont bien compris en rejetant par deux fois en un an ce qu’il est désormais convenu d’appeler la vision décliniste de la droite brestoise.

Thierry Fayret

Vice-président chargé de l’urbanisme, de l’habitat et du plan climat.


Bernadette Malgorn : Incantation n’est pas action

Bernadette MalgornDans son interview de campagne au Télégramme du 11 mars dernier, Bernadette Malgorn ne fait pas mentir son surnom en s’en prenant à la majorité socialiste.

Fort peu de propositions concrètes dans son propos uniquement accusateur. On sait tout sur ce qu’elle supprimera, mais on peine à comprendre ce qu’elle fera sur les compétences propres du futur conseil départemental.

Ainsi, à l’instar de la droite historique au Conseil général qui négligeait Brest dans ses politiques, elle s’engage à défaire le Contrat de territoire avec la métropole brestoise qui nous fait bénéficier de financements sur nos projets métropolitains. On regrette un peu qu’elle ne s’en soit pas rendue compte, mais ces projets sont déjà largement engagés. L’absence des ces financements pèsera donc directement sur les contribuables de la métropole. Est-ce cela son ambition, supprimer les contributions du département pour augmenter l’impôt sur Brest ?

Elle accuse aussi la gauche d'avoir augmenté les effectifs du Conseil général, en comparant à celui de 1998. La gauche aurait embauché 600 personnes (sans que cela ne se voit, semble-t-il !) Mauvaise foi, inculture politique, perte de mémoire précoce ou simplement une ancienne préfète qui prend les brestois pour des imbéciles ? Rappelons que c’est Jean-Pierre Raffarin (gauchiste bien connu) qui transféra en 2005 une partie des compétences détenus par l’Etat vers les collectivités territoriales lors de ce que l’on a appelé l’Acte II de la décentralisation. Ce ne sont pas des embauches que les Conseils généraux ont faites partout en France, mais surtout l’intégration de fonctionnaires de l’Etat en charge des compétences politiques transférés (avec une partie des recettes d’ailleurs).

Lire la suite "Bernadette Malgorn : Incantation n’est pas action" »


Pierre Rosanvallon dans l'émission A voix nue

Images05R9UG5YJe suis tombé par hasard sur cette émission que j’apprécie de France culture : A voix nue. La journaliste recevait Pierre Rosanvallon. Je trouve que son propos (retranscrit ci-dessous) fait significativement écho à celui développé dans la contribution dans ma précédente note.

A écouter en entier ici !

« Les tensions concernant l’univers démocratique restent toujours en place. Il y a une contradiction par exemple dans le principe représentatif, entre la représentation comme ce qui donne de la présence, la « représentation-figuration » du monde social et la représentation simplement comme mandat. Entre le mandat et la figuration, il y a un écart. Parce que l’on peut dire que l’élection est capable de produire du mandat, parce que l’élection nomme des personnes qui peuvent agir pour autrui. Alors que l’élection produit, on le voit aujourd’hui, de moins en moins de la figuration. Donc l’historien peut montrer pourquoi dans l’histoire, alors qu’au moment de la révolution française, ces deux dimensions de figuration et de mandat étaient très séparées, pourquoi peu à peu, elles ont été agglomérées, avec le développement des grands partis politique de masse et de classe et pourquoi aujourd’hui, il y a cette dissociation qui est devenue croissante. Cette dissociation croissante produit des effets explosifs dans l’ordre politique.[…]

Lire la suite "Pierre Rosanvallon dans l'émission A voix nue" »


Contribution : Pour un parti socialiste hors les murs

Congrès de poitier 20152015 est une année de congrès pour le Parti Socialiste. Et qui dit congrès, dit contributions !

Depuis le congrès de Reims, j’essaie de me plier à cet exercice : produire une contribution, sur la base des réflexions que j’ai pu avoir depuis le dernier congrès, personnellement ou avec d’autres camarades. En 2008 pour le congrès de Reims, j’avais écrit la contribution Une seconde voie pour le 21ème siècle. J’avais récidivé en 2012, lors du congrès de Toulouse, avec une autre contribution Un parti en changement.

C’est un exercice que j’apprécie car il permet de se poser, d’analyser et de produire quelques propositions concrètes. Cela me semble être un bon exercice militant, dans un parti où en tant que responsable, on se situe plus souvent dans l’opérationnel que dans la construction d’idées nouvelles.

Cette année pour le congrès de Poitier, j’ai écrit la contribution :

Pour un parti socialiste hors les murs

L’objet de cette contribution est une réflexion que je partage depuis un certain temps avec d’autres camarades. Elle part du constat qu’un fossé se crée entre la population et les partis républicains. Les partis ne se renouvellent plus et les citoyens témoignent une grande méfiance à leur égard. Tout cela semble profiter aux partis aux accents moins démocratiques, voire autoritaires. Il y a donc urgence à se questionner.

Il s’agit d’analyser le mécanisme qui pousse vers ce décrochage et de proposer une piste d’évolution qui permettrait de reconnecter la Politique avec les citoyens. Je propose de construire un espace de médiation entre la population et le parti, dont j'esquisse la forme et les règles qu'il reste probablement encore à finaliser en avançant. La proposition va volontairement assez loin, mais elle pose des enjeux bien réels en face desquels nous devons tenter d'apporter nos réponses.

A débattre donc … !


Sidération et colère

10906284_10153035128377590_2697482977264888442_nSidération et colère, tels sont les sentiments qui viennent après l’attentat meurtrier contre les journalistes de Charlie Hebdo ce midi. Cet attentat est d’autant plus choquant qu’il est à l’opposé des valeurs qui fondent notre engagement politique.

En cette période de vœux, je crois qu’il est essentiel de réaffirmer notre attachement à la liberté d’expression ; notre attachement à la lutte contre les fanatismes, les extrémismes, contre tous les extrémismes ; notre attachement à travailler encore et toujours sur le vivre ensemble dans le respect de nos différences, de nos opinions et de nos croyances.

Cet acte de barbarie sera dans les semaines à venir le fruit tombé de l’arbre que certains essayeront de récupérer pour opposer et diviser. Je crois qu’un tel acte n’engage que ceux qui l’ont commis et qu’en aucune façon, il doit servir à stigmatiser un groupe ou un autre. Il ne doit pas changer notre regard ou nos habitudes. Au contraire, cet acte doit nous rassembler et au-delà de nos différences ou désaccords, faire prendre conscience de la chance que nous avons de vivre dans un pays pacifié ou ce genre d’acte ne peut être toléré.

Lors du grand rassemblement place de la Liberté à Brest ce soir, la Ligue des droits de l’Homme a dénoncé cette attaque contre notre République laïque et je crois aussi que c’est bien de cela qu’il s’agit.

On ne répond tout simplement pas à des mots avec des armes et aucun Dieu, aucune croyance n’appelle à tuer d’autres hommes. Ces croyances-là sont celles de fous.


Le quatrième pouvoir en question

France-24-journalNous vivons une période complexe à décrypter. Une façon facile de faire serait de choisir un bouc émissaire et tirer dessus, en espérant que les problèmes partiront avec. C’est le principe du « Holland Bashing », une lecture simpliste de ceux qui n’ont pas grand chose d’autre à proposer. Penser que l'on règlera un seul problème ainsi est une croyance qui rejoint celle de l'autruche, quand elle se met la tête sous terre !

Nous vivons une crise politique systémique, c'est-à-dire que le problème ne s’incarne pas dans un homme, mais dans des institutions et des fonctionnements institutionnels.

On parle souvent de l’impuissance de l'exécutif et de son Président, pensé comme un homme providentiel qu’il ne sera jamais. On parle de la médiocrité des législateurs, trop souvent jalousement décrits par le prisme de leurs avantages ou de ceux qui fraudes et baignent dans les affaires, sans jamais vraiment montrer la réalité de leur fonction et de leur engagement. Mais on ne s'autorise guère à porter une analyse sur le 4ème pouvoir : la presse les médias.

Pourtant, dans le contexte actuel, on pourrait se demander à quel jeu ils s’affairent. S'ils sont ce 4ème pouvoir (politique), c'est bien que leur fonction est reconnue dans le système démocratique. C'est bien que leur influence, leur rôle social est central dans la stabilité du pays et l'activation des politiques publiques.

La question n’est pas de remettre en cause la liberté de la presse ou la qualité du travail des journalistes. La question est de s’autoriser à chercher à comprendre ce que le 4ème pouvoir produit par ses choix éditoriaux, dans l’équilibre des sujets traités et aussi l’angle qui est pris pour le faire.

 

Lire la suite "Le quatrième pouvoir en question" »


Repenser la gauche - Décentraliser, jusqu’au bout !

On a coutume de parler de décentralisation dans un seul rapport Etat / Collectivités locales. C’est un regard réducteur. La décentralisation ne devrait pas avoir de limite et peut être appliquée à toutes les échelles, y compris les plus petites.

Aujourd’hui, notre structuration politique s’articule autour de l’élection. Un arbitrage collectif (de moins en moins collectif d’ailleurs) qui donne le pouvoir à certains, pour agir au nom des autres. C’est le modèle représentatif : une forme de délégation, à durée déterminée.

Ce mode de fonctionnement était plus facilement accepté dans un monde où les connaissances et l’information circulaient lentement et n’étaient pas réparties de façon homogène dans la société. Si le pouvoir tenait en partie sur la capacité à détenir l’information que les autres n’avaient pas, ce temps est révolu. Aujourd’hui, nous sommes passés à « l’ère de l’omniscience ». Les citoyens sont plus formés et mieux informés. L’accès aux savoirs est en libre-service, les grands journaux médiatisent les guerres comme les faits divers quasiment en temps réel, et même les intrigues internes aux appareils politiques finissent dans l’heure sur Twitter !

Lire la suite "Repenser la gauche - Décentraliser, jusqu’au bout !" »


Les propos révélateurs de madame B. Malgorn

Bernadette malgornAbsente ce matin du temps fort pour Brest que fut l’inauguration de la salle Brest Aréna, c’est dans le télégramme que madame Malgorn fait sa rentrée politique [ici]. Peu de propos s’avèrent intéressants puisqu’elle y fait surtout sa précampagne comme candidate à la tête de liste à droite pour les régionales. Pour se donner bonne figure, elle tente néanmoins de rendre visible son "activisme" (surtout épistolaire) sur des dossiers déjà suivis de très près par les exécutifs des conseils, dans lesquels elle siège dans l’opposition.

Toutefois, une citation de son propos sort du lot, car elle est vraiment à l’image de l’action menée par cette opposition : « Contrairement à ce que certains, mais pas nous, espéraient, la reprise de l’activité commerciale ne s’est pas produite après la mise en service du tramway. » Ainsi madame Malgorn affirme qu’elle n’espérait pas la reprise de l’activité commerciale à Brest. Propos renforcé juste après par un défaitisme affiché sur le dossier de l’implantation de Leroy Merlin au Froutven. Un dossier sur lequel nous travaillons, qui est pour l’instant en bonne voie et qui générerait une centaine d’emploi.

Ce propos est à l’image de la droite brestoise depuis « l’arrivée » de madame Malgorn à Brest : une lecture défaitiste, décliniste de Brest, une opposition systématique et un dénigrement permanent de ce qui s’y fait. Nous sommes vraiment à nous poser la question : madame Malgorn aime-t-elle réellement Brest et mise-t-elle sur la réussite de notre territoire, ou considère-t-elle juste notre cité comme un tremplin pour les régionales à venir ?