Les scénarios de financement alternatifs

Financement stade brestois foot brest Froutven Francis Le BléComme promis dans mes deux dernières notes (ici et ), nous allons tenter de répondre aujourd’hui à la recommandation de la Chambre régionale des comptes sur un nouveau stade (ici) : « rechercher un équilibre entre les ambitions du club et ses capacités réelles de financement. »

Sage propos de la CRC qui, actant que Brest n'est pas Paris, en conclut que la SA Stade Brestois 29 n’est et ne sera jamais le PSG en matière de capacité de financement. Raison il faut garder, surtout lorsque des têtes commencent à tourner, par suite d'une belle saison de matchs gagnés !

 Retrouvez toutes mes notes sur le stade → ici 

Je vous propose donc de revisiter le financement du stade que j’avais longuement détaillé dans la note : Projet de stade au Froutven - Point sur le financement, et dont le coût global se chiffrait déjà à 126 M€ [1], et 160 M€ si nous comptabilisons les emprunts sur 50 ans que la métropole se propose de garantir à 50 % des restes à charge.

Sur ce projet de financement des frères Le Saint et du maire/président Cuillandre, il y a trois choses choquantes qu’il nous faut corriger, pour atterrir à une copie acceptable.

Lire la suite "Les scénarios de financement alternatifs" »


Réponse à lecteur : les acteurs du projet de stade

Les acteurs du stade brestoisÀ la suite de ma précédente note, sur le plan de financement prévisionnel du nouveau stade au Froutven, j’ai eu quelques commentaires et questions sur les réseaux sociaux. J’y ai répondu directement, mais le commentaire de Jean-Yves m’a stimulé dans la réponse que j’avais commencé à lui faire. Compte tenu de la longueur de la réponse à la question et de l’intérêt de celle-ci, j’ai décidé de la publier ici, comme une note à part entière. La voici donc !

Message de Jean-Yves :

«  🙏 Pour ce travail d'analyse du projet d'un nouveau stade sur la zone du Froutven à Guipavas.

J'ai lu avec attention et intérêt jusqu'aux notes de bas de page, aussi très instructives.

Je me pose la question des acteurs. On connaît le maire de Brest, M Cuillandre, et aussi le Président du Stade Brestois, M Le Saint. Qui sont les autres, les dirigeants de sociétés privées ou publiques, les élus ? Un tableau Excel, sur les intérêts croisés ?

Je me pose aussi la question de l'information et de la communication faite autour de ce projet ? Je note à cet égard que le Télégramme est un partenaire. Il faudrait peut-être élargir vers d'autres médias ? Là, encore une question de transparence et de démocratie.

Enfin, comme elle est citée, la Cour des comptes régionale peut-elle intervenir à ce stade du projet ? Peut-on lui demander un avis ?

🙏 Encore, très bon boulot ! »

Tout d’abord, merci pour ces encouragements ! Cela fait toujours plaisir de savoir que ce que l’on écrit intéresse. C’est l’objectif. Merci aussi pour ces questions, qui m’ont permis d’aller questionner d’autres sujets, autour de ce projet de stade. Comme à chaque fois que l’on cherche, on trouve des choses intéressantes. Voici les fruits de ma quête…

-

Je vais tenter de répondre à ces trois questions : sur les acteurs, sur la communication autour du projet et sur une interpellation de la CRC.

Lire la suite "Réponse à lecteur : les acteurs du projet de stade" »


Projet de stade au Froutven - Point sur le financement

ARKEA PARK - Analyse financière 2024 - Nouveau stade au Froutven - 160 M€En juillet dernier et à la suite de la conférence de presse qu'avaient faite les porteurs du projet avec le maire/président de Brest, j'avais détaillé le financement du projet de stade au Froutven dont le cout prévisionnel était donné à 106,5 millions d'euros. Neuf mois plus tard, le projet a avancé et la myopie sur le financement s'est peu à peu atténuée. Compte tenu du niveau de financement public de ce projet, dit « privé », il m’est apparu intéressant d'y jeter un œil, à la suite de ma précédente note. La transparence étant une vertu en matière de choix politiques et de finances publiques, votre serviteur est donc parti à la quête d’informations, dont voici la synthèse.

 Retrouvez toutes mes notes sur le stade → ici 

Âmes pressés, passez votre chemin. Le résultat de mon enquête et de l’analyse qui va avec sont fort intéressants, mais un peu long ! Pour ma défense, expliquer pas loin de 200 millions d’euros en dix lignes manquerait assurément de rigueur et de sérieux, ce qui n’est pas la marque de fabrique de cette maison !

-

En juillet 2023, notre compréhension du projet reposait sur quatre postes, détaillés lors de la conférence de presse (ici) :

  • Un financement d'une Holding pour 24 M€
  • Un financement par avance sur loyer du SB29 pour 15 M€
  • Un financement par des subventions publiques pour 27 M€
  • Un financement par des emprunts pour 39 M€ (dont la métropole annonçait se porter garante à 50 %).

Restait un petit financement participatif, à hauteur de 1,5 M€, que l'on soupçonnait déjà d'être plus là pour la communication et l'acceptabilité du projet, que pour un besoin réel de consolidation financière.

Rappelons aussi que ces 106,5 M€ étaient, dès le départ, hors aménagements extérieurs. Ces aménagements seront financés en totalité par la métropole, en dehors de cette enveloppe. Ils sont estimés entre 15 et 25 M€. Cela donnait donc un coût global du projet pour ce nouveau stade au Froutven entre 120 et 130 M€.

En 2024, qu'en est-il du financement du projet

D'après des sources proches du projet, le budget global serait officiellement encore calé sur une copie à 106,5 M€, pour la simple raison que le tour de table pour atteindre ce montant n'était pas encore consolidé au premier trimestre 2024, comme nous le verrons. Pour autant, les porteurs du projet semblent déjà tester des copies financières à 110 M€. En 9 mois, l'écart semble s'être plutôt creusé entre la capacité à lever des fonds pour l'investissement et le besoin réel de financement du projet.

Lire la suite "Projet de stade au Froutven - Point sur le financement" »


Étude de faisabilité de la rénovation de Francis Le Blé

Etude Francis le blé DeclassifiedIl avait été annoncé que la ville de Brest communiquerait dans la presse au mois de mars sur l'étude commanditée pour la rénovation du stade Francis Le Blé. Actons qu'avril, est arrivé et toujours rien. Les glorieux résultats du Stade Brestois (et peut-être aussi une visite impromptue de l’UEFA) semblent avoir détourné nos chers édiles de leurs belles promesses. C'est dommage, il va falloir effectuer le travail nous-mêmes !

Dans une précédente note (ici), j'accusais la municipalité brestoise d'avoir fait faire un rapport sur un coin de table, afin de valider leurs propres conclusions sur l'impossibilité de rénover Le Blé. Mea-culpa, je me suis lourdement trompé ! Le fameux rapport aurait couté quelques 40 000 € aux deniers publics et a été fait très sérieusement par l'Atelier d'architectes urbanistes Lauzeral (AXL) et un Cabinet d'ingénierie sportive et culturelle (ISC). 

Je n'aurai pas fait mieux pour une pré-étude de faisabilité de la rénovation de notre emblématique arène.

Un vénérable édifice qui vient de fêter ses 100 ans en 2022, dans un silence honteux, malgré les grands moments vécus dans ce haut lieu du foot brestois, dont certains s’écrivent encore ces derniers jours. Nos élus semblent avoir préféré célébrer la jeunesse des 10 ans de l'Aréna aux 100 ans du stade de l'Armoricaine ! On se demande bien pourquoi ?!

Un rapport public devenu Top Secret 

Mais alors, que contient ce fameux rapport qui, d'après nos chers élus, confirme le fait qu'une rénovation de Le Blé n'est pas possible pour des raisons normatives et les contraint donc à engager un projet pharaonique de nouveau stade privé au Froutven, à grand coup de subventions publiques. 

Question subsidiaire : pourquoi ce rapport, datant de juin 2023, met-il autant de temps à « passer dans le domaine public » ? Contiendrait-il des données « secret défense » dans ces temps tourmentés ou alors, cacherait-il seulement des éléments pouvant laisser penser qu'une fois encore, de grands responsables nous ont raconté de gros bobards !!

Par chance, quelques élus de la métropole osant porter un regard critique sur le projet de nouveau stade semblent avoir fait fuiter le document de synthèse final. Il y a deux mois, une bonne âme m'a déposé le Précieux (document) dans ma boite aux lettres, sans plus de commentaires. J'attendais patiemment la version commentée par nos élus dans la presse, mais puisqu’elle semble tarder, malgré les écrits de l'adjoint au Sport, je me résous à aider cette collectivité à tenir sa parole en expliquant le contenu de cette étude qui semble plutôt très sérieuse.

Que dit cette étude ?

Le rapport se découpe successivement en quatre parties distinctes.

Lire la suite "Étude de faisabilité de la rénovation de Francis Le Blé" »


« Shame on you », un podcast remarquable et passionnant sur l’affaire DSK

Podcast Shame on you - Affaire DSK - Marine Pradel et Anne-Cécile Genre _Fin février, sortait le dernier épisode de la série « Shame on you ». Un podcast passionnant de 8 épisodes sur l’affaire DSK. Une affaire que l’on redécouvre par les yeux et surtout par la sensibilité de deux journalistes, Marine Pradel et Anne-Cécile Genre. Deux femmes qui ont couvert l’affaire, en 2011, au plus près, à New York. Deux personnes qui, comme beaucoup d’entre nous, ont subi le déroulé des faits sans vraiment en comprendre toute leur portée. Douze ans plus tard, elles reviennent sur cette affaire qui aura marqué le monde, comme la goutte d’eau qui engendra ensuite la vague #Metoo dans le cinéma américain, avant de déferler sur l'Occident tout entier.

Les deux histoires

Ce podcast, raconté avec une grande précision et étayé de nombreux témoignages, raconte finalement deux histoires concomitantes.

La première, la plus singulière, est celle qui en fit un phénomène mondial. C’est le contre-récit des contes anciens ou modernes, dans lesquels le puissant prend justement soin de la plus faible. Au fil des épisodes, nous découvrons la vérité d’alors, un homme au plus haut de l'échelle sociale occidentale, le directeur du FMI : riche, décomplexé, ivre de sa toute-puissance, dont il mesure parfaitement la protection sociale qu’elle lui offre. De l’autre côté, une jeune femme africaine, émigrée aux États-Unis dont elle ne maîtrise pas les codes et qui a déjà dû acheter sa liberté par deux fois, pour acquérir un petit espace d’indépendance. Une petite porte de liberté lui ouvrant le droit d'être femme de ménage, dans un Sofitel new-yorkais.

Cette première histoire, presque caricaturale si elle était écrite dans un roman, c’est cette rencontre entre ces deux mondes, ces deux êtres en tous points opposés. Là, dans cette chambre d'hôtel, va se jouer la réalité de chacun. La domination sexuelle consommatrice de l’un sur l’impossibilité de réagir de l’autre, prise dans sa précarité sociale, cumulée à une soumission culturelle qui l’astreint au silence pour garder son honneur.

La première histoire finit par la faillite de la justice et de la presse, parfaitement analysée au fil des échanges, qui s’acharnera sur la victime plutôt que de la soutenir et de lui rendre sa dignité. L’homme riche et puissant peut se payer des avocats qui fouillent la vie de sa victime pour travestir la vérité à son avantage. La femme précaire et isolée ne donne pas les bonnes réponses et n’offre pas les bonnes images, à une presse avide de sensationnel. La messe est dite dans cette Amérique surmédiatisée, hystérisée. La Justice n’a pas parlé.

Lire la suite "« Shame on you », un podcast remarquable et passionnant sur l’affaire DSK" »


Vivre à Brest - Le mot de la fin : Démission

François Cuillandre démissionToute affaire a une fin, quelle qu’elle soit. Comme j’ai pu l’annoncer, ceci sera probablement la dernière note que j’écrirai au sujet de l’affaire Vivre à Brest. Je crois  avoir dit ce qu'il y avait à dire, entre le livre et les différentes notes que j’ai pu écrire au cours du déroulé judiciaire (retrouver tout ici).

Pour conclure, je souhaitais laisser la parole au principal et dernier intéressé par le sujet : le maire de Brest, monsieur Cuillandre. Sans le vouloir, il a lui-même exprimé la seule conclusion respectable pour lui, dans cet extrait collector [1] qui a été immortalisé lors de la première conférence de presse [2], le 26 novembre 2018, seulement cinq jours après que l’affaire éclate.

Lors de cette conférence de presse, en dépit de toute précaution pour la présomption d’innocence, monsieur Cuillandre chargea de toutes ses forces Alain Masson. Dès l’introduction de son propos, il insista d’ailleurs pour renommer l’affaire Vivre à Brest comme « Affaire Masson » (voir article du Télégramme et argumentaire écrit de cette conférence de presse, qu'il me donna juste après, ici). Mais, là ne sont pas les paroles qui vont marquer cet entretien.

Lire la suite "Vivre à Brest - Le mot de la fin : Démission" »


Nouveau stade - Obstruction à la démocratie citoyenne à Guipavas !

Collectif contre le nouveau stade 29Samedi dernier, j’avais l’intention d’assister à une réunion organisée par un collectif de citoyens qui s’opposent à la construction du nouveau stade au Froutven. Ayant été informé par un membre du collectif qui m’avait interrogé sur mes notes concernant le financement du stade (ici), j’avais décidé d’aller écouter leurs arguments.

À ma grande surprise, la maison de quartier de Coataudon à Guipavas était fermée lorsque je suis arrivé pour la réunion. Deux jours plus tôt, le maire avait retiré le droit d’utiliser ce lieu public pour la réunion. Le Collectif devait se suffire du parking pour expliquer l'annulation de la réunion.

La raison invoquée par l’édile de Guipavasien était de ne pas avoir été mis au courant de la nature de la réunion et de supputer qu’elle allait être une source de désinformation. Il avait également justifié l’annulation de la réservation par la nécessité de maintenir l’ordre public.

L’ordre public à Guipavas semblait-il être en danger, par ce froid samedi matin de janvier ? Si une trentaine de personnes calmes, principalement des retraités et des habitants, se réunissant pour discuter peuvent perturber l’ordre public, je me demande comment le maire qualifie les blocages des agriculteurs ayant cours en ce moment… Une troisième Guerre mondiale, probablement !

Idem, au-delà de cet Armageddon tant redouté à la maison de quartier de Coataudon, que penser d’un maire refusant que des citoyens organisent une réunion, sous le prétexte qu'il la juge comme de la désinformation, avant même la réunion. Va-t-il interdire toutes réunions politiques qui ne seraient pas en ligne avec sa pensée ?! Cela en dit long sur la nature du régime politique à Guipavas dans la période !

Lire la suite "Nouveau stade - Obstruction à la démocratie citoyenne à Guipavas !" »


Réponse au courrier de monsieur CUILLANDRE

Courrier FC-TF

Je dois bien l’avouer, je fus quelque peu surpris de découvrir une écriture bien connue sur l’enveloppe d’un courrier reçu dans ma boite aux lettres. J’avais déjà reçu des courriers d’avocats de sa part (ici), mais pas de courrier personnel, signé de sa main.

Alors même que le jugement de l’affaire Vivre à Brest n'était pas encore acté, la lecture de cette lettre ne fut pas sans me questionner, tant sur le but poursuivi par son auteur que sur sa réelle compréhension de l’affaire Vivre à Brest.

La lecture de la première partie laissait peu de doute sur l’intention déjà prise de plaider coupable et sur des discussions probablement déjà en cours avec le procureur qui avait, quelques semaines plus tôt, pris la parole dans la presse pour préparer les esprits. Lorsque l’on sait aujourd’hui que la condamnation ne fut que de 3 000 € fermes, autant dire que la négociation n’a pas été trop rude.

À la réception de ce courrier, il me fut déconseillé d’y répondre avant le jugement. J’ai donc gardé pour moi ce témoignage de l'état d’esprit du maire. Ce courrier révèle le peu de considération qu’il a pour la réalité des faits qui ont été révélés par l’enquête et que j’ai, pour une très large part, déjà expliqués dans un livre et sur mon blog.

Maintenant que l’affaire est close et qu’il est temps de refermer ce dossier, j’ai souhaité répondre à celui qui m’avait écrit afin d’argumenter point par point les contrevérités qui sont exposées dans le courrier. Faute de procès public en correctionnel comme l’avait requis la juge d’instruction, chacun repartira avec sa vérité.

Comme à son habitude, je ne doute pas qu’il ait largement fait lire sa prose à ceux qu’il souhaitait convaincre ou influencer, en se posant en victime et en traitant ses opposants de gens haineux. Je fais donc de même en rendant publique ma réponse ci-dessous.

 

--------------\/--------------

 

Thierry FAYRET

 

A François CUILLANDRE

 

Objet : réponse au courrier de monsieur CUILLANDRE 

 

Monsieur,

Avant de refermer le dossier de l’affaire Vivre à Brest, je souhaitai répondre au courrier que vous m’avez envoyé à mon domicile, en mai dernier. Vos propres écrits sont probablement le meilleur témoignage de l’homme que vous êtes devenu. Je ne sais pas qui vous cherchiez à convaincre en m’écrivant, probablement que vous.

Pour m’en avoir fait lire quelques-uns à une autre époque, je connais les usages que vous faites de ce genre de courrier que vous écrivez à vos opposants. Vous les montriez ensuite à vos proches ou à des militants pour mieux vous justifier. Vous rajoutiez toujours que vous n’aviez jamais reçu de réponse, comme pour mieux prouver la justesse de vos propos. Puisque vous me mettez en cause dans votre écrit, vous me contraignez à y répondre, y compris publiquement. J’ai fait le choix de la sincérité et de la transparence dans cette affaire, je ne vais pas changer maintenant.

Lire la suite "Réponse au courrier de monsieur CUILLANDRE" »


Vœux de la nouvelle année

Les vœux intranquilles de Camille Étienne - MédiapartPas facile de se renouveler tous les ans pour les vœux de la nouvelle année ! 😊

Que mettre en avant ? Le passé et une année difficile sur le plan social et international. Le présent et sa nécessité d'apprendre, de créer, de rire, d'être ensemble pour vivre heureux avec ses proches et entre nous. L’avenir et une forme d'angoisse qui naît d'un avenir sombre, se dessinant au gré de l'immobilisme et de la montée des autoritarismes de nos dirigeants, mais aussi des peuples qui consentent à ces dérives, voire les demandent parfois même, sans trop se poser de questions.

Difficile de rester optimiste quand les signaux passés ne font qu’annoncer des lendemains plus difficiles. Mais a-t-on d’autres choix que l’optimisme ? Probablement pas.

D’où une nécessité de continuer à combattre tout ce qui nous conduit à avoir des craintes pour notre avenir commun, pour notre monde. Mais pas combattre de façon stérile, celle de l’ancien monde qui veut que l’on ait raison simplement parce que l’un domine l’autre, que l'un soit plus fort que l'autre. Il faut combattre en se posant l’exigence de faire naître un nouveau modèle d'équilibre pour demain. Cela multiplie probablement la difficulté et le risque d'échec, mais c’est la seule façon d’améliorer le monde durablement, plutôt que juste changer des têtes !

L'optimisme, c'est aussi savoir se nourrir des nombreuses initiatives, des nombreuses prises de paroles, d'écrits qui portent une transformation de fond. Nous sommes loin d'être seuls à attendre un vrai changement. Une évolution plus silencieuse que le brouhaha politique ambiant, moins bruillante que les canons qui tonnent à nouveau, mais bien plus crédible et porteuse d'espoirs pour un retour à l'équilibre sur notre petite planète. 

Une bonne décision que j’ai prise en 2023 (loin des résolutions de début d’année !) fut de m’abonner à Médiapart. Je ne savais pas trop quoi en penser, ayant déjà des abonnements au Monde et au Télégramme. J’ai découvert un autre style de journalisme, plus engagé et, reconnaissons-le, plus libre, créatif et sincère. J’aime beaucoup.

Chaque année depuis 2010, Mediapart demande donc à un·e citoyen·ne (ou à plusieurs) de remplacer et de précéder le président en place dans l'exercice des vœux. Pour les vœux de 2024, c'est Camille Étienne qui se plie à l'exercice, avec talent. J’aime beaucoup.

Un bon partage valant mieux qu'un mauvais discours, et bien mieux que les vœux présidentiels actuels, je vous recommande d'écouter ces 13 petites minutes pour bien commencer l'année. C'est la preuve qu'un autre monde existe, plus féminin, plus jeune dans son esprit, plus ouvert, plus aligné à un avenir désirable ensemble, plus intelligent et enfin, plus sincère que l'ancien monde.

Pour celles et ceux qui préféreraient le rire au sérieux et au sens (il est des moments où l’on a besoin de cela aussi), je vous mets aussi le lien vers les vœux secrets de Waly Dia … qui ferait assurément un PR étonnant !

Bonne année 2024 à toutes et tous, ainsi qu'à vos proches !

Les vœux intranquilles de Camille Étienne (article et texte)


Vivre à Brest - L’histoire de la Caisse noire

Vivre à Brest Histoire de la caisse noireComme nous l’avons vu dans la précédente note (ici), la Caisse noire de la majorité municipale de François Cuillandre reposait sur l’existence d’un compte bancaire issu de la création d’une association inactive depuis longtemps, nommée Vivre à Brest, et dont les raisons d'être statutaires étaient très extérieures à ce que fut l’usage du compte bancaire du même nom.

Ce compte associatif, initialement créé pour soutenir la publication d’un journal politique, va finalement surtout servir à collecter les indemnités des élus municipaux socialistes de Brest, avec le beau projet de les mutualiser. L’idéal affiché était de compenser ceux qui perdaient le plus en salaire du fait de leur mandat, grâce à ceux qui étaient bénéficiaires, pour diverses raisons [1]. Un système peu critiquable dans ses fondements pour des socialistes (bien plus dans ses méthodes 😉 !).

Le système de mutualisation semble avoir bien fonctionné jusque dans les années 2000, sous les deux mandats de Pierre Maille. Un précédent maire socialiste qui fut le président fondateur de cette petite association et, n’en doutons pas, un des penseurs de ce système mutualiste qui avait vocation à soutenir les moins bien lotis. À l'issue du dernier mandat de maire de Pierre Maille, le compte semble avoir été très bénéficiaire, malgré un engagement de l'association très au-delà du seul système de compensation des pertes de salaires [2].

Lire la suite "Vivre à Brest - L’histoire de la Caisse noire" »