Education

Engagement 31 : Mariage et adoption pour tous

Arton679Bon ce soir, j’aborde un sujet que je ne trouve pas simple, plus par la forme qu’il prend dans la société que pour le fond de la proposition d’ailleurs.

Etant élu, je marie en mairie et je ne vois aucun problème à pratiquer des mariages de personnes du même sexe. Je préfèrerai d’ailleurs la sincérité de cette nouvelle situation, à l’entre-deux qu’autorisait le PACS et qui ne me satisfaisait qu’à moitié. Il y avait là comme un gout d’inachevé, sachant que des couples n’avaient pas accès au « vrai mariage », comme ils auraient pu le souhaiter.

Sur la question de l’adoption, on est évidemment sur un problème plus engageant pour la puissance publique. Il ne s’agit plus seulement de l’engagement entre deux adultes consentants, mais d’un engagement qui intègre un enfant, avec tout ce que cela implique. Je ne résumerais pas ma pensée en deux lignes, mais mon sentiment est que la nature du sexe des parents est un élément secondaire, tout comme la race, la condition sociale, la croyance ou l'âge … au regard de l’amour et de l’attention qu’ils ont envie de donner à leur enfant.

Cela étant, et même si cela ne me pose donc pas vraiment de questions personnellement, je reconnais aussi le droit à d’autres à pouvoir s’en poser sans pour autant devoir leur jeter l’anathème (si je puis dire). La question n’est pas nécessairement si simple, pour au moins trois raisons.

Lire la suite "Engagement 31 : Mariage et adoption pour tous" »


Rencontres internationales sur la biodiversité marine et côtière

Brest biodiversite marine et cotièreAprès l’année 2010, où Brest avait été Capitale maritime de la biodiversité, nous avons souhaité organiser deux temps forts sur ce même thème en 2012. Au printemps, Brest métropole et ses partenaires ont proposé un évènement grand public, sur trois jours, pour les habitants et les scolaires (ici). Hier et aujourd’hui, avaient lieu les premières Rencontres internationales sur la biodiversité marine et côtière, à Océanopolis (ici).

Commencées hier par un discours introductif de la Ministre de l’Environnement Delphine Batho et du Secrétaire exécutif de la Convention des Nations Unies sur la biodiversité, ces rencontres se sont terminées dans la plus grande satisfaction des participants. Nous aurons pu faire un état des lieux des connaissances et des enjeux qui se nouent en ce moment sur la question de la biodiversité en mer. Ensuite, des groupes de travail auront produit des recommandations vers les collectivités maritimes afin d’être actrice sur les enjeux de biodiversité. Enfin, cet après-midi, nous avons conclu sur la perspective de la création d’un réseau de villes côtières traitant de ces enjeux, sur la durée.

Le rôle des territoires locaux n’est pas forcément très visible sur la biodiversité marine. Pour autant, il est essentiel. Nous sommes les territoires dont les patrimoines économique, social et environnemental peuvent être touchés par une dégradation de la biodiversité. Mais nous sommes aussi ceux qui sont directement en lien avec les habitants et les acteurs, ceux qui sont à même de produire les changements de façon volontaire, sans en passer par trop de règlementation. C’est vrai à Brest, comme en Afrique, en Asie ou outre-Atlantique.

Lire la suite "Rencontres internationales sur la biodiversité marine et côtière" »


RFI – Autour de la question

RFIHier, j’ai participé à l’émission de Jean-Yves Casgha, Autour de la question, pour présenter la Conférence internationale sur la biodiversité marine et côtière que nous organisons à Brest, mardi prochain [ici].

Vous pouvez réécouter l’émission : 1ère partie et 2nd partie.

Radio France Internationale est une radio qui n’émet en France qu’à Paris, depuis la Maison de la radio, mais elle possède des relais partout dans le monde. Dépendante du Ministère des affaires étrangères, elle est un bon vecteur pour la francophonie.


Visite spéciale à Océanopolis

Oceanopolis arrière scèneCet après-midi, petit tour à Océanopolis en compagnie de gagnants du jeu organisé par l’association Surfrider Foundation et Brest métropole, lors des derniers jeudis du port.

Les jeudis du port sont l’occasion de rassemblements importants sur le port de commerce. Qui dit rassemblement, dit aussi déchets. Nous avions observé, lors des jeudis du port précédents, qu’une part significative de ces déchets finissaient malheureusement dans le port, soit par négligence et indifférence du public, soit par amusement de personnes ne mesurant pas (ou n’étant plus en capacité de mesurer !) les conséquences environnementales de leur geste. Pour la saison 2012, nous avons donc décidé de faire appel à la Surfrider Foundation pour nous aider à la sensibilisation des plus jeunes, lors de la fête. Les bénévoles de l’association ont donc installé un stand et sont allés à la rencontre des groupes pour discuter sur les risques et faire un peu de pédagogie. En marge, un concours était organisé pour ceux qui ramènaient le plus de déchets au stand de la Surfrider. Le premier prix était une visite spéciale d’Océanopolis.

Cet après-midi, nous sommes donc allés, avec les trois jeunes gagnantes, à une visite guidée des trois pavillons et aussi des dessous de ce grand vaisseau mer. C’est toujours un plaisir de visiter tous ces aquariums avec les commentaires des passionnés d’Océanopolis. C’était aussi la première fois que je rentrais dans l’arrière-scène des aquariums. Cela n’a évidemment pas la magie du devant de la scène, mais c’est quand même un petit tour sympathique. Avis aux amateurs pour l’an prochain !

[Photo : pavillon tropical, grande barrière de corail ... backstage. C'est peu dire que le corail à besoin de lumière pour vivre !]


Marguerite LAMOUR : quand la démagogie frappe à la porte

Tract_démago_marguerite_lamourEn dernière ligne droite de campagne, la droite aux abois sort un tract que je trouve parfaitement démagogique et clientéliste sur la 3ème circonscription de Brest rural.

La députée sortante y fait valoir la priorité qu’elle donnerait pour sa circonscription, là où le candidat de gauche, Jean-Luc BLEUNVEN a affirmé qu’il défendra l’ensemble du Pays de Brest, si les électeurs lui en donne le mandat dimanche.

Marguerite LAMOUR semble être la seule a ne pas s’être rendue compte encore que le Pays de Brest était l’échelle territoriale minimale pour parler de nos grands enjeux locaux. L’emploi, l’éducation, la recherche, la santé, la défense, l’agriculture ou l’aménagement de notre territoire ne se satisfont pas des petits découpages électoraux.

La cohérence est évidemment à trouver à l’échelle de notre bassin de vie. Le pays de Brest est l’échelle à laquelle s’écrit notre destin commun. La 3ème circonscription ne vivra bien que si l’ensemble du Pays de Brest a un développement cohérent et Jean-Luc BLEUNVEN a raison de soutenir que c’est ce territoire-là qu’il faut penser et défendre.

Après deux mandats en tant que députée, Marguerite LAMOUR ne semble pas encore avoir compris son rôle au parlement : être une députée de la République et non de sa seule circonscription. Elle ne semble pas s’être extraite de la logique d’un mandat d’élue locale.

Voilà ce qui est vraiment le plus inquiétant !


Quelques pas dans le bon sens

Qq pas ds bon sens
Petit conseil de lecture du soir : « Quelques pas dans le bon sens » de Benjamin Grebot [
ici].

Ce petit livre est une invitation à la remise en avant d’une volonté politique portée par le sens … le bon sens en l’occurrence.

Ce livre nous invite à nous extraire d’une myopie qui ne nous mène nulle part, pour nous inciter à regarder un avenir que nous aurions choisi avec des valeurs humanistes. Pour cela, il nous faudrait re-questionner un certain nombre de dogmes modernes (notamment économiques) et surtout nous questionner nous-mêmes sur ce que nous voulons.

Loin de se contenter de grandes déclarations, ce livre donne des pistes très concrètes et à notre portée, pour ce changement de cap.

Sauf information erronée, il ne s’agit pas là d’un programme pour un potentiel candidat à la candidature, mais plutôt d’une envie citoyenne de donner son avis, de porter à connaissance une vision alternative à celle que l’on nous sert tous les jours … et dans une démocratie, c’est un bien public précieux !

Cerise sur le gâteau, Benjamin Grebot est brestois, depuis quelques mois.

Image : Créée sur www.wordle.net avec le texte du livre.

Lire la suite "Quelques pas dans le bon sens" »


Journée de la gentillesse

Kindness  Gentillesse

   Sens 1 : Qualité de quelqu’un qui est gentil.

   Sens 2 : Parole, geste doux, aimable.

Synonymes : amabilité, aménité, attention, bienveillance, bonhomie, bonté, caresse, douceur, empressement, grâce, indulgence, prévenance, tendresse.

-

Finalement, c’est plutôt une belle journée dans un monde où la dureté et la compétition se voudraient être les valeurs dominantes !

J’entendais un psychologue parler de la gentillesse et dire que ce n’était pas donné à tous. Faire preuve de gentillesse, c’est être assez fort pour en assumer l’échec, c'est-à-dire le refus d’autrui.

Si notre société est autant tournée vers des valeurs compétitives, dans tous les domaines où elles peuvent se loger, ce n'est pas parce que nous sommes les plus forts. C’est d’abord parce que nous laissons les peurs nous dominer.


Avec Sarkozy et l'UMP, la France recule

Site UMP Malgré un discours de campagne stigmatisant un recul de la France, malgré une énergie de tous les instants pour occuper la scène médiatique, le bilan de l’UMP est à l’opposé des objectifs qu’ils affichent et des politiques qu’ils ambitionnent.

Cette semaine encore, deux chercheurs spécialistes des questions de sécurité critiquent fermement la politique de casse de la police mené par le Président, majoritairement pour des problèmes d’idéologie et de discours de campagne. Ils estiment que la police en est revenue aux années 60 ! [ici].

Au mois de novembre derniers, la cour des comptes sortait un rapport démontrant le renforcement de la ghettoïsation des établissements difficiles, conséquence de l'assouplissement de la carte scolaire, tant vendu par le candidat Sarkozy comme un signe « d’égalité des chances » [ici].

Lire la suite "Avec Sarkozy et l'UMP, la France recule" »


HOME de Yann Arthus-Bertrand

Arton1234-a9496Ayant été sollicité par la FNAC et le cinéma multiplexe Liberté de Brest pour répondre aux questions de la salle suite à la projection du film HOME de Yann Arthus-Bertrand demain soir, j’ai eu la chance de pouvoir le voir en avant première mondiale cet après-midi !

Le 5 juin étant la journée mondiale de l’environnement, ce film sera diffusé aussi largement que possible demain, tant dans sur les grands écrans de cinéma que sur les petits écrans puisqu’il sera aussi diffusé à 20H30 sur France 2 et ensuite sur Youtube.

On s’attend seulement à de belles images de la part de YAB, mais elles sont ici là pour imager le propos et donner du sens aux mots. On ne refait pas le monde en deux heures, mais il arrive à en donner une lecture globale qui j’espère réveillera les esprits et donnera la nature et la hauteur des enjeux auxquels nous avons à répondre ensemble dans ce tout début de siècle.

Demain, regardez ce film, car c’est aussi un miroir sur ce que nous sommes.

-

Article : Terra Eco

Site de HOME

 


Education nationale - Grand Corps Malade

 

« Alors si tout s’joue à l’école, il est temps d’entendre le SOS

Ne laissons pas s’creuser l’fossé d’un enseignement à deux vitesses

Au milieu des tours y a trop de pions dans le jeu d’échec scolaire

Ne laissons pas nos rois devenir fou dans des défaites spectaculaires

-

L’enseignement en France va mal et personne peut nier la vérité

Les zones d’éducation prioritaires ne sont pas des priorités

Les classes sont surchargées pas comme la paye des profs minés

Et on supprime des effectifs dans des écoles déjà en apnées

-

Au contraire faut rajouter des profs et des autres métiers qui prennent la relève

Dans des quartiers les plus en galère, créer des classes de 15 élèves

Ajouter des postes d’assistants ou d’auxiliaires qui aident aux devoirs

Qui connaissent les parents et accompagnent les enfants les plus en retard

-

L’enseignement en France va mal, l’état ne met pas assez d’argent

Quelques réformes à deux balles pour ne pas voir le plus urgent

Un établissement scolaire sans vrais moyens est impuissant

Comment peut on faire des économies sur l’avenir de nos enfants

-

L’enseignement en France va mal car il rend pas les gens égaux

Les plus fragiles tirent l’alarme mais on étouffe leur écho

L’école publique va mal car elle a la tête sous l’eau

Y a pas d’éducation nationale, y a que des moyens de survies locaux

-

Alors continuons de dire aux p‘tit frères que l’école est la solution

Et donnons leur les bons outils pour leur avenir car attention

La réussite scolaire dans certaines zones pourrait rester un mystère

Et l’égalité des chances un concept de ministère

-

Alors si tout s’joue à l’école, il est temps d’entendre le SOS

Ne laissons pas s’creuser l’fossé d’un enseignement à deux vitesses

Au milieu des tours il y a trop de pions dans le jeu d’échec scolaire

Ne laissons pas nos rois devenir fous dans des défaites spectaculaires.

-

J’m’appelle Moussa, j’ai 10 ans, j’suis en CM2 à Epinay

Ville du 93 où j’ai grandi et où j’suis né

C’est pas d’ma faute à moi si j’ai moins de chance d’avoir le bac

C’est simplement parce que j’vis là, que mon avenir est un cul de sac. »

 

Grand Corps Malade


Qualités humaines

EducationLa France, comme bien d’autre pays, a construit son système éducatif sur l’apprentissage des savoirs : scientifiques, techniques ou littéraires. Si les premières années d’apprentissages sont tournées vers les apprentissages de base qui ne sont pas le propos de cette note, il est clair que la seconde partie de la scolarité (depuis la 6ème, jusqu’à bac +X) est tournée vers des apprentissages que l’on pourrait qualifier d’encyclopédistes.

Je ne nie pas le fait que nous ayons en effet besoin de personnes de savoir et d’une élite pour faire avancer l’état du savoir global, grâce à la recherche par exemple. Pour autant, ce pays n’est-il composé que de chercheurs ? Non, bien sur. Pour aller même plus loin, 90% de l’activité, des métiers qui emploieront ces fameux formés n’auront nullement besoin de toute cette science ! Tous ces ingénieurs qui feront du management, tous ces médecins qui soigneront des grippes, tous ces professeurs qui tenteront d’instruire des ados dormants, etc … finalement, des professions où la sélection passera par un diplôme, quand 90% de leurs usages vienndront des expériences professionnelles acquises après.

Notre système éducatif est un système tourné vers l’élitisme, à la façon du système sportif chinois quand il veut sortir des athlètes de premier niveau pour figurer en bonne place au tableau d’honneur des JO. La comparaison est dure, mais au regard de toutes les personnes de valeur qui restent sur le bord de la route de notre système éducatif, c’est la moindre des choses !

Lire la suite "Qualités humaines" »


La semaine scolaire en débat

Cole_enfantHier soir avait lieu une conférence ouverte au public sur « les rythmes de l’enfant », dans le cadre de la réflexion sur la semaine scolaire. Une conférence était donnée par le professeur Hubert Montagner, sous la houlette de Marc Sawicki, adjoint à la politique éducative locale pour la ville de Brest.

J’ai trouvé la soirée particulièrement intéressante. La question de l’éducation est une question complexe car elle entremêle une multitude d’acteurs autour de l’enfant et ce n’est pas forcément ce dernier qui prime face aux choix politiques des adultes. La suppression du samedi, décrétée par Nicolas Sarkozy est encore à mettre dans le lot de ces aberrations politiques pour l’enfant.

Lire la suite "La semaine scolaire en débat" »


Sport : le grand écart

240431974_603afdd99d_bAvec l’affaire de la banderole du PSG au stade de France et celle des Jeux Olympiques en Chine, le sport réapparait sous sa forme la plus sombre.

Dans l’imaginaire collectif, le sport reste encore synonyme de valeurs très positives. En plus d’être un signe extérieur de bonne santé, le sport est souvent combiné avec l’idée d’esprit d’équipe, du dépassement de soi, du respect de son adversaire et dans le cas des JO, l’idée que la participation est plus importante que la victoire.

Il est clair que la désillusion est brutale par les temps qui courent : lancement des JO dans un pays où la répression fait rage … où la communauté internationale préfère tourner la tête par peur des représailles économiques et propos violents et xénophobes dans les stades. Mais cela ne s’arrête pas là et la liste serait bien longue : dopage et atteinte à la santé des sportifs, pouvoir de l’argent et achat des joueurs, règne de la compétition jusqu’à l’absurde, quasi acceptation d’une violence gratuite dans les gradins et sur le terrain (coup de boule de zizou), etc …

Lire la suite "Sport : le grand écart" »


Egalité femmes-hommes

504352484_4098a05875_o_2La réflexion sur l’égalité entre les femmes et les hommes dans la société est un sujet beaucoup plus complexe qu’il n’y parait pour au moins deux raisons. D’abord parce que nous sommes tous, d’un coté comme de l’autres, sujets et acteurs dans cette réflexion et que toute analyse conduit immanquablement à remettre en cause chacun de nous. Ensuite parce que cette distinction des sexes s’inscrit dans un « patrimoine » qui fonde beaucoup de nos habitudes, de nos cultures et qu’il faut creuser pour débusquer les attitudes discriminantes dans des comportements que l’on apparente souvent à du sens commun, voire du bon sens !

Il serait illusoire de cantonner la réflexion sur l’égalité des sexes à la partie visible de l’iceberg : propos ou comportements sexistes, mauvaise répartition des taches ménagères, discrimination à l’embauche, etc … Si le traitement de ces inégalités flagrantes est un préalable indispensable, il risque aussi de masquer le nécessaire travail de fond sur l’éducation et à l’organisation de nos sociétés.

Lire la suite "Egalité femmes-hommes" »


Laurent Prunier et la « Culture pour tous ! »

1755079080_c30c21941e_o_2Dernier jour de campagne avant le premier tour …

Un petit passage sur le blog du candidat Prunier pour m’apercevoir qu’il y traite le sujet de la « culture pour tous » … en oubliant de mentionner ce qui est, pour encore quelques heures, ma délégation de conseiller municipal à la ville de Brest : les associations de quartier.

La première culture pour tous, ce ne sont pas les professionnels de la Culture avec un grand « C », ce sont les associations qui dans les quartiers, font de l’éducation populaire, de l’éducation culturelle auprès de la population et de toutes les populations.

On a trop tendance à croire que la culture s’appréhende naturellement et que le seul fait de la rendre accessible (financièrement ou physiquement) permet à tous d’y gouter et d’y prendre plaisir. C’est faux. L’accès à la culture n’est pas inné. C’est souvent un apprentissage, le fait de pratiquer une activité, le fait d’être immergé dans un milieu culturel qui donne ensuite accès au plaisir d’aller vers la Culture.

A Brest, ce sont 23 associations de quartiers (Maisons pour Tous, Patronages laïques et Centre sociaux) et bien d’autres associations qui permettent de rendre accessible à toutes et à tous la culture. Ces associations tournent grâce à des centaines de bénévoles, soucieux de rendre accessibles leur culture aux autres. Simplement pour les seules 23 associations de quartiers, c’est entre 15% et 20% des 150 000 habitants de Brest qui y passent chaque année pour pratiquer différentes activités artistiques ou éducatives.

Lire la suite "Laurent Prunier et la « Culture pour tous ! »" »


Paradoxe d’Easterlin

240941261_6f1bda2552_oLe paradoxe d’Easterlin tient son nom de l’économiste qui l’a mis en évidence en 1974 : une hausse du PIB ne se traduit pas nécessairement par une hausse du niveau de bien-être ressenti par les individus.

Cette théorie met en lumière la fragilité de nos modèles de pensée : « travailler plus pour gagner plus » … Pourquoi ? On se pose rarement la question du pourquoi dans nos choix de société qui sont souvent inspirés par des intérêts particuliers.

Ma vision du rôle du politique dans une société est justement de se poser ce genre de question et si besoin, de corriger les dérives poussées par des intérêts particuliers au détriment de l’intérêt général.

La fièvre consumériste, attisée par des spécialistes des sciences du marketing et de la publicité, ou encore le contenu de nos programmes télévisuels devraient nous donner l’alerte.

On peut se demander d’ailleurs si la réponse à la quête du bien-être n’est pas tout simplement dans la question : être.


La question du bonheur

Bonheur_3Il y a quelques mois, j’étais invité à m’exprimer devant des étudiants du Lycée Brest Rive Droite - Anne Marie Javouhey, lors d’une conférence sur le développement durable (DD).

Abordant la question des indicateurs économiques, je rappelais les limites du PIB, de sa comptabilité positive quand à certaines activités néfastes à l’humanité (catastrophes, guerres, tabac, accidents, etc…) et de son absence de prise en compte de certaines activités très positives (associations, solidarités, etc…) voire même vitales (parentalité). J’évoquais donc d’autres indicateurs alternatifs tels que l’IDH (Indicateur de Développement Humain) et pour rigoler, je faisais un clin d’œil sur le BNB : indicateur de Bonheur National Brut.

Cet indicateur d’un genre nouveau nous vient de l’ancien Roi Jigme Singye Wangchuck du Bouthan : petit état bouddhiste de 600 000 habitants, qui a déclaré en 1972 : « Le bonheur national brut est plus important que le produit national brut ». Il faut relativiser le propos tant le Bouthan a du chemin à parcourir dans certains domaines … mais l’idée était lancée et elle a suscité quelques débats en Occident.

Lors de la phase des questions / réponses avec les étudiants, une des questions qui m’a été posée vint d’une étudiante :

« Vous avez parlé du BNB, comment mesure-t-on le bonheur ? »

J’en conviens, le coté abrupte d'une question touchant un tout petit point de mon intervention, mais aussi le caractère assez philosophique d’une potentielle réponse ne me poussa pas à développer ! J’ai du botter en touche face à cette question un peu ardue …

Lire la suite "La question du bonheur" »


1er Prix des Trophées Eco Actions

Pea Le 15 janvier dernier, la ville de Brest a reçu le 1er prix du Trophées Eco Action de l’association des Eco Maires, dans la catégorie Gestion-Organisation, pour son projet de cuisine centrale.

En plus du projet d’une cuisine centrale intégrant des cibles de « Haute Qualité Environnementale » (HQE) dans la construction du bâtiment, Brest a eu le souci de construire un projet global autour des produits qui y seront travaillés.

En partenariat avec la Maison de l’Agriculture Biologique (MAB) et la SODHEXO qui gère la cuisine centrale, la Ville de Brest a mis en place un cahier des charges imposant l’utilisation de produits bio et locaux dans les menus. Cette utilisation ne se fera pas ponctuellement, mais sur des parties du repas, tout au long de l’année, de façon à favoriser la gestion sur le long terme des producteurs.

Ce faisant, la ville agit tout autant sur la qualité des repas servis, que sur le soutient d’une agriculture plus respectueuse de notre environnement.

Ci-dessous le résumé de la candidature de Brest décrivant le projet.

Lire la suite "1er Prix des Trophées Eco Actions" »


Détestation

"… Récompenser le mérite, sanctionner la faute, cultiver l'admiration de ce qui est bien, de ce qui est juste, de ce qui est beau, de ce qui est grand, de ce qui est vrai, de ce qui est profond, et la détestation de ce qui est mal, de ce qui est injuste, de ce qui est laid, de ce qui est petit, de ce qui est mensonger, de ce qui est superficiel, de ce qui est médiocre, voilà comment l'éducateur rend service à l'enfant dont il a la charge et comment il lui exprime le mieux l'amour et le respect qu'il lui porte …"

4 septembre 2007 - Lettre aux éducateurs" de Nicolas Sarkozy

1250612293_c884e6e702_2Le jour où j’ai lu cette phrase, je me suis demandé si le rôle de l’école était vraiment d’apprendre la détestation. Puis, je me suis demandé qui était vraiment la personne pouvait penser cela et pourquoi elle en arrivait à penser cela.

Il y a dans ce propos un reniement de ce qu’est la nature humaine, de son imperfection, mais aussi une vision simpliste binaire du monde : le bien et le mal, les bons et les méchants …

La profonde bêtise de cette phrase me choque … au-delà de toute logique politique.